Magazine Culture

Le diable, tout le temps de Donald Ray Pollock

Par Sylvie

ETATS-UNIS

http://multimedia.fnac.com/multimedia/FR/Images_Produits/FR/fnac.com/ZoomPE/2/0/0/9782226240002.jpg

Editions Albin Michel, "Terres d'Amérique", 2012

Premier roman magistral d'un auteur qui s'était déjà fait remarquer avec un recueil de nouvelles EN 2008. L'auteur a été ouvrier pendant 32 ans dans une usine de pâte à papier de l'Ohio, avant de prendre le chemin de l'Université et de se consacrer à l'écriture...

Itinéraire magistral qui lui vaut d'être classé parmi les meilleurs écrivains américains en 2011 et de recevoir le Grand Prix de Littérature Policière en France en 2012 ainsi que le Prix du meilleur livre de l'année 2012 par la rédaction de Lire/L'express. 

Ce roman à l'atmosphère noire et poisseuse, alliant sauvagerie et mysticisme, mêle plusieurs personnages hauts en couleur qui sont amenés à réaliser des actes terribles dans la province de l'Ohio, terre traditionnelle du Nord-Est, à la fois industrielle et agricole. 

Willard, ancien soldat du Pacifique, confronté au cancer de sa femme, est amené à faire des sacrifices d'animaux en forêt, en compagnie de son fils, pour en appeler à la clémence de Dieu. 

Roy, un prédicateur fou croyant qu'il peut réveiller les morts, égorge sa femme. Quant aux deux auto-stoppeurs, Carl et Sandy, ils prennent en stop des jeunes hommes pour les photographier en plein ébat avant de les tuer. 

Sans oublier un paralytique soupçonné de pédophilie et un prêtre testant le pécher sur des jeunes femmes...Et aussi un shérif qui veut assurer sa réélection. 

Le destin de ces personnages habités va se croiser entre l'Ohio et la Virginie Occidentale de la fin de la Seconde Guerre Mondiale aux années 60. Victimes et bourreaux se rencontreront au hasard des routes. 

Une atmosphère apocalyptique qui n'est pas sans rappeler celle de Flannery O'Connor et Jim Thompson (surtout par le personnage immonde du shérif de 1275 âmes).

Si la religion et la sexualité constituent en apparence le socle du roman, on doit aussi retenir surtout la force infaillible du destin qui semble manipuler les personnages. L'auteur évite toute violence gratuite ou choquante ; cette dernière, au contraire, semble transcendée par une force plus grande. 

Une oeuvre profondément lyrique, très noire, qui se place d'emblée dans la tradition du grand  roman américain. 



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Sylvie 700 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines