Magazine Culture

Une petite histoire ordinaire

Publié le 08 janvier 2013 par Pimprenelle2

C’était un samedi soir d’un week-end copines, un week-end de douce chaleur hivernale, un week-end au cours duquel nous nous étions fermement promis de ne laisser aucun fâcheux nous le gâcher.

Rentrant d’une belle promenade dans la campagne aixoise, nous espérions une place au centre ville afin de garer notre voiture, quand oh miracle, nous croisons la route d’un jeune couple sur le point d’en libérer une. Arrêt, clignotant, nous attendons sagement que poussette bébé papa maman aient pu prendre place, quand apparut une poubelle automobile rouge qui nous fit face, s’arrêta et mit à son tour son clignotant. La petite famille démarre, le véhicule antagoniste démarre sa manœuvre. Coup de clacson pour rappeler notre présence. Le conducteur baisse sa vitre et nous dit, avec un grand mépris que LUI « tourne depuis 15 minutes » … et se gare …

7968865a584211e2a3d522000a9f13e2_6
Mon amie choisit la voie de la sagesse, et redémarra. Les anges devaient être avec nous car quelques mètres plus loin une autre opportunité s’offrait à nous. Fin de l’histoire. Pas de ma colère.

Notre chemin a de nouveau croisé le sien. Echange de regards, lourds de haine. Je suis trop civilisée pour me venger et rayer la voiture, trop prudente pour me lancer dans une harangue vengeresse et stérile, mais putain, ça ne passe pas.

Je ne peux, ne veux admettre qu’au XXI ème siècle, en France, des hommes puissent encore se comporter ainsi !

C’est quoi ton problème petit bonhomme, tu ne les aimes pas les femmes ? Tu as un problème avec la tienne ? Elle t’a quitté, trompé ? Ou bien c’est ta maman qui t’a maltraité, humilié ? T’as pas de succès avec le sexe que tu ne peux que qualifier de faible, une chef de service, une hiérarchie féminine, ne trouves pas ta place ton bonheur dans un monde qui se féminise ? Parce que moi les hommes je les aime, mais tes semblables, les ploucs, les minables, les lâches,  me filent la gerbe. Mais saches que je suis heureuse, heureuse de n’être ni ta femme ni ta compagne, et qu’il en ait d’autres qui t’en fasse baver !



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Pimprenelle2 679 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines