Magazine Cinéma

Jason Bourne, l'héritage (2012) de Tony Gilroy

Publié le 08 janvier 2013 par Flow

Jason Bourne: l'héritage.

(réalisé par Tony Gilroy)

Spin-off (certainement) inutile.

 

 

Comment continuer à s'en foutre plein les fouilles alors que l'histoire qu'on a raconté en trois films est terminée? Pas dur, il suffit de faire croire que c'était seulement la face cachée de l'iceberg et d'inventer une conspiration encore plus grande. Le problème, avec ce genre de procédé douteux c'est qu'il est fortement artificiel. Du coup, l'accepter est extrêmement difficile...

 

the-bourne-legacy.jpg

 

On croyait tout connaître de l'histoire de Jason Bourne et de son passé d’agent tueur malgré lui. Mais l’essentiel restait à découvrir. Le programme Treadstone dont Jason était le cobaye n’était que la partie émergée d’une conspiration plus ténébreuse, ourdie par d’autres branches du gouvernement et mettant en jeu d’autres agences de renseignement, d’autres programmes militaires, d’autres laboratoires secrets…

De Treadstone est né "Outcome", dont Aaron Cross est un des six agents. Sa finalité n’est plus de fabriquer des tueurs, mais des hommes capables d’assurer isolément des missions à haut risque. En dévoilant une partie de cette organisation, Jason laissait derrière lui un "héritage" explosif : compromis, les agents "Outcome" sont désormais promis à une liquidation brutale. Effacés à jamais pour que le "père" du programme, le Colonel Byer puisse poursuivre ses sinistres activités.

Une gigantesque chasse à l’homme commence, et Cross, devenue sa première cible, n’a d’autre recours que de retrouver et gagner la confiance de la biochimiste d’"Outcome", Marta Shearing, elle-même menacée de mort…

 

Je ne suis certainement pas le meilleur pour juger de la qualité de ce film, n'ayant pas vu les trois premiers et ignorant donc tout de ses subtilités, je n'ai pas été capable d'accrocher au film qui (tente) de se rattacher à la locomotive comme il peut au cours de sa première demi-heure. Impossible pour les néophytes de s'intéresser à cette histoire de pilules bleues, vertes, jaunes ou je ne sais quoi.

Ce que je recherchais, c'était de l'action. Quitte à ne rien comprendre à l'histoire, le spectacle devait être capable de me maintenir éveillé. Hélas, lui non plus n'était pas au rendez-vous. Quelques poursuites, quelques combats éparpillés sur 2h15 de long-métrage. C'est mince pour convaincre. Très mince. Je me suis profondément ennuyé.

 

Et puis bon, sans avoir vu les précédents, j'ai quand même une fâcheuse impression de déjà-vu. Et ça, ce n'est pas bon signe...

Peut-être que ce film ne s'adresse qu'aux fans inconditionnels ou qu'il est tout simplement nul mais je me suis fait chier. Et pourtant, j'aime bien Jeremy Renner.

 

 

 

Note:

Pastèque périmée


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Flow 261 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines