Magazine Cinéma

[Critique DVD] Une seconde femme

Par Gicquel
[Critique DVD] Une seconde femme

Fatma vit à Vienne avec Mustapha et leurs six enfants. Elle essaie de préserver les traditions et le prestige social de leur famille d’immigrés turcs. Ayse, 19 ans est choisie dans un village en Turquie pour officiellement épouser leur fils et se joindre à la famille. En réalité elle devient la seconde épouse de Mustapha


[Critique DVD] Une seconde femme
"Une seconde femme" de Umut Dag

Avec : Nihal G. Koldas, Begüm Akkaya

Sortie le 10 décembre 201

Distribué par Kmbo

Durée : 93 minutes

Nombre de : 1

Film classé : Tous publics

Le film :

★
★
★
½
☆

C’est à mes yeux d’occidental quelque chose qui m’échappe totalement. Une jeune fille Ayse feint un mariage avec un jeune homme pour devenir la seconde femme de son père. En accord complet avec la première épouse Fatma, qui a d’ailleurs tout organisé.
Je vous laisse imaginer les tensions que cela provoque au sein d’une famille où la fille aînée ignore complètement la présence de la nouvelle épouse, la traite en étrangère, en domestique, tandis que la mère, malade, lui tend la main et le sourire.
L’intégration est passée par là, et désormais pour ce clan turc solidement installé en Allemagne, c’est une question de filiation quasi ancestrale, à travers les traditions d’un pays que l’on n’oubliera jamais. C’est peut-être pourquoi le cinéaste réussit à nous faire aimer toutes ces femmes, quel que soit leur degré d’inimitié ou de fraternité.

photo-Une-Seconde-femme-Kuma-2012-5

Au centre, un homme, patriarche et mari, amoureux, à l’écoute de tous, jusqu’au jour où son absence va à nouveau redistribuer les cartes. Ses deux femmes jouent l’entraide, la complicité, et c’est avant tout cette histoire-là que Umut Dağ nous raconte dans le confinement de l’appartement dont on sort très peu.
A peine un coup d’œil sur la supérette voisine où maintenant travaille Ayse, qui s’ouvre ainsi au monde et à ses tentations. On peut encore la considérer comme une femme de ménage, elle envisage sa liberté, pleine et totale. Le regard de Dağ posé sur une mise en scène très légère, l’encourage dans ce sens. Le spectateur aussi, mais un peu à l’image de cette famille recroquevillée sur le poids de son passé, le réalisateur nous laisse sur un je-ne-sais-quoi d’inachevé.
Il ne donne pas une fin véritable à son film. Toutes les nuances apportées  jusque-là, s’effilochent en un tour de main. C’est bien dommage.

  • Entretien avec le réalisateur (14 mn)

Il évoque surtout le sujet majeur du film : « à quel point les traditions peuvent-ils lier les gens. En débarquant en Europe il y a la peur de nouvelles traditions, d’une autre culture. Que peut-il alors arriver si celles-ci ont une forte emprise sur nous ? ».


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Gicquel 940 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines