Magazine Cinéma

[Critique Blu Ray ] Le Guetteur

Par Gicquel
[Critique Blu Ray ] Le Guetteur

Le commissaire Mattei tente d'arrêter un gang de braqueurs de banques, lorsqu'un tireur d'élite en couverture, blesse un groupe de flics, permettant à ses complices de s'enfuir. Mattei engage une gigantesque chasse à l'homme, le gang ,une véritable descente aux enfers..

[Critique Blu Ray ] Le Guetteur
"Le Guetteur [Blu-ray]" de Michele Placido

Avec : Daniel Auteuil, Mathieu Kassovitz, Olivier Gourmet, Violenta Placido

Sortie le 08 janvier 2013

Distribué par StudioCanal

Durée : 89 minutes

Nombre de : 1

Film classé : Accord parental souhaité

Le film :

★
★
★
½
☆

Les bonus :

★
★
★
½
☆

Je ne comprends pas comment ce film a été si mal reçu. Le pourquoi est évident pour une critique qui n’a pas aimé. Mais comment refuser une telle proposition cinématographique qui entre les apports d’un Melville et la production américaine du moment fait la part belle à une œuvre totalement originale, sur le fond et la forme.

Des braqueurs venus de nulle part signent leur forfait de manière assez particulière, notamment sur leur protection, à chaque fois assurée par un sniper. Ce qui intrigue bien évidemment les enquêteurs qui au fur et à mesure des investigations dénichent des dossiers de la grande et de la petite histoire, pas forcément reluisants.

Plusieurs scènes fixent solidement le film dans ses marques, dont  une chasse à l’homme (et à la femme) dans des bois clairsemés. Cette séquence nous évite les sempiternels halètements des films du genre.

photo-Le-Guetteur-2012-2

Elle est poignante, et aussi désarçonnante que ce film qui plonge au cœur des ténèbres de l’âme humaine, quand celle-ci se cache derrière un Kassovitz  dont l’ambiguïté du personnage est une force de tous les instants. Elle  porte le film de bout en bout,  sans jamais faiblir.

Si l’apport du cinéma américain est patent, il s’en détache en osant justement ces gueules pas ordinaires, pas banales, comme ce policier français que Daniel Auteuil incarne avec juste ce qu’il faut d’humanité pour ne pas sombrer dans la caricature. Le Franck d’Olivier Gourmet est tout aussi accaparant dans ses apparences et sa vérité profonde qui peut à peut surgit sans que le scénario ne nous laisse rien entrevoir. C’est encore un atout à ce récit mené de main de maître par Michel Placido, qui s’appuie sur une écriture à la fois pertinente et inspirée pour mener sa petite entreprise. Ce n’est peut-être pas le cinéaste de « Romanzo criminale »  mais depuis «  L’ange du mal », assez décevant,  le réalisateur italien retrouve le moral.

photo-Le-Guetteur-2012-8

  • Making of (24.40 mn)

Un excellent documentaire avec de nombreuses scènes de tournage, sous tous les angles, le travail du réalisateur (répétitions, indications …) où l’on voit bien souvent ressurgir l’acteur qu’il fut. C’est passionnant à suivre, quand on découvre qu’il fut aussi policier pendant deux ans.

Il nous parle de son film, et des rapports avec sa fille Violante Placido  (« c’est quand même plus problématique ») qui joue ici la femme d’un des truands.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Gicquel 940 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines