Magazine Culture

Balzac: inventeur de la publicité rédactionnelle

Par Bernard Vassor

PAR BERNARD VASSOR

705f6e5d8bcbe8f7f1eae9cafbe45dc8.jpg

Gravure de Laurent Gsel du magasin de mode du tailleur Buisson à l'angle rue de Richelieu, boulevard Montmartre. Pour payer ses dettes envers son tailleur, Balzac avait trouvé un procédé pour se libérer de ses obligations : faire de la réclame.... Il fut aussi logé dans un appartement loué par Buisson, sous les combles quand, poursuivi par des créanciers, il se cachait. De sa fenêtre, il observait les mouvements du boulevard Montmartre. C'est là qu'il écrivit "Les Parents pauvres". Voici quelques romans dans lesquels Buisson est "promotionné" : Le Cabinet des Antiques, "(..)Non, non, il n'a pas de groom, dit Rastignac en interrompant de Marsay; il a une manière de petit paysan qu'il a amené de son endroit, et que Buisson, le tailleur qui comprend le mieux les habits de livrée, déclarait inhabile à porter une veste.." Une autre étude de femmes :

(...)"et dit à son ami habillé par Buisson, chez qui nous nous habillons tous, et monté sur vernis comme le premier duc venu:-"

Eugénie Grandet :

(...)"Il emporta toutes les variétés de cols et de cravates en faveur à cette époque. Il emporta deux habits de Buisson, et son linge le plus fin. Il emporta sa jolie toilette d'or, présent de sa mère. Il emporta ses colifichets de dandy, sans oublier une ravissante petite écritoire donnée par la plus aimable des femmes, pour lui du moins, par une grande dame qu'il nommait Annette, et qui voyageait(...)" Plus loin (....) " Il doit être bien fatigué, se dit-elle en regardant une dizaine de lettres cachetées, elle en lut les adresses: A messieurs Farry, Breilman et Cie, carrossiers*.-- A monsieur Buisson, tailleur, etc. (...) Physiologie du mariage (roman dans lequel il semble avoir aussi des factures criantes chez le maroquiner Boivin !)

(...)"Mais les bagages de l'amour sont les charmes de la jeunesse; Mais un habit dû à Buisson, une paire de gants prise chez Boivin, des bottes élégantes que l'industriel tremble d'avoir fournies, une cravate bien nouée, suffisent à un homme pour devenir le roi d'un salon; Mais enfin les militaires, quoique l'engouement pour la graine d'épinards et l'aiguillette"

*J'ai dans mes archives la facture d'un carrosier loueur de calèche rue Bergère, un certain Panhard....Dans cette lettre de relance, il réclame son dû pour la location d'une voiture que Balzac avait louée pour se rendre au procès Peytel.

 

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Bernard Vassor 2258 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines