Magazine Culture

Kiddo, la parisienne a pris son envol jusqu'à New York

Publié le 28 octobre 2012 par Camillegreen @camillegreen03

Kiddo, la parisienne a pris son envol jusqu'à New York
A 23 ans, Anne Chalon alias Kiddo est l'étoile montante de la chanson française et le symbole de la génération Erasmus, prête à franchir les frontières pour assouvir ses envies.
Certes, avoir une maman qui s'appelle Zabou Breitman peut aider mais le parcours de la jeune femme prouve qu'elle a cherché à se forger ses propres armes. Elle a commencé par se familiariser avec un environnement musical: à 6 ans, Kiddo entrait au Conservatoire, à 8 ans, elle jouait de la guitare classique. Des années plus tard, la jeune fille étudie le droit mais lorsque sa mère lui demande si elle ne regrettera pas de ne pas avoir tenté une aventure musicale, Anne Chalon se laisse rattraper par sa passion... Son premier album "Where to", sorti le 1er octobre, est écrit de façon très habile dans la langue de Shakespeare.
Interview menée d'un bout à l'autre de l'Atlantique puisque la chanteuse vit désormais à New York.
1. Quel a été le déclic pour faire le grand saut dans le monde de la musique professionnelle ?  J'ai commencé  à écrire sérieusement, en collaboration avec Marianne Groves, alors que j'étais en droit. Nous avons écrit 12 titres que j'ai finalement décidé de ne pas exploiter. C'est en partant étudier a Londres, à la London Music School que j'ai vraiment pu écrire ce premier album avec des histoires qui me tenaient à coeur et je pense aussi que cela m'a permis de murir dans mon style de composition.
2. Que raconte ton premier album"Where to" ?C'est d'abord une expression commune que les chauffeurs de taxi utilisent aux Etats-Unis afin de connaitre la destination du passager.J'ai composé les 12 titres de l'album sur une période d'un an, une année où je suis partie de Paris pour emménager a Londres avant de quitter Londres pour Boston puis de quitter Boston pour New York. J'avais donc vraiment envie de parler de voyage (physique) mais aussi de mon changement personnelle à travers différentes épreuves qui mènent a la vie adulte.
3. Comment arrive-t-on à s'entourer des musiciens de Norah Jones ?J'ai eu la chance de rencontrer Joe D'Ambrosio (devenu mon manager) lorsque j'étais a Boston. Ce dernier m'a mis en contact avec Jay Newland, le producteur des albums de Norah Jones, Etta James... Nous nous sommes extrêmement bien entendu à tout point de vu et avons décidé de collaborer sur ce premier album. Jay a ensuite fait appel aux musiciens avec qui il a l'habitude de travailler.

4. Pourquoi as-tu décidé de t'exiler aux Etats-Unis ? J'ai toujours été très attirée par les Etats Unis et la culture Nord Américaine. La famille du côté de ma mère vient du Canada et j'ai toujours adoré aller la-bas !J'ai beaucoup aimé Londres où j'ai vécu un an pour faire une école de musique, mais encore une fois toutes mes influences musicales ou cinématographique viennent des États-Unis, à savoir le Jazz, le Blues, le folk... donc j'ai toujours gardé en tête de partir vivre là-bas.

5. Les États-Unis ont-ils une culture plus ouverte à l'Art, à la musique que la culture française ?C'est une culture différente  mais il est vrai qu'aux États-Unis pour la musique live, il est plus facile de trouver des musiciens incroyables au bar du coin et de créer des liens avec eux. Le contact humain se fait plus facilement.
6. Comment s'organise ton quotidien à New York ? Es-tu occupée à 100% par la promotion de ton album ?Mon quotidien à New-York est assez souple pour l'instant entre les répétitions et les concerts tous les lundis au Living Room. L'album sort fin janvier donc ça nous laisse un peu de temps avant de rentrer dans la promo intensive.Je joue donc de la guitare chez moi et commence les cours de piano (jazz). Je fais aussi pas mal de Yoga, très populaire à NY et je prépare le Marathon de New York (le 4 novembre) donc voilà, j'ai le temps de faire autre chose !

7. Est-il facile d'être acceptée à New York en tant qu'artiste française chantant en Anglais ?Les Américains aiment beaucoup les Français, surtout en ce moment, donc de ce côté là tout va bien.De plus, mon style musical n'est pas trop éloigné de leur culture donc je pense que mon public à New York arrive à se retrouver dans certaines chansons et découvrir un autre style dans d'autres.
8. Aujourd'hui est-il facile de gagner sa vie en jouant de la musique ?Ce n'est pas facile, surtout aujourd'hui, car c'est une industrie qui marche de moins en moins bien. Il faut avoir la chance de faire partie de ceux qui sont soutenus par un label, ce qui est mon cas. Autrement il faut jouer sur scène tout le temps avec des artistes différents et ne pas faire uniquement ce qu'on aime. C'est là que le compromis entre gagner sa vie et préserver son intégrité artistique doit se faire.
9. Où en es-tu dans ta préparation physique pour le marathon de New York ?Le Marathon est dans deux semaines, j'espère être prête en tout cas je cours autant que je peux !

10. Quel chanteur américain me recommandes-tu d'écouter ?Je te recommande Mumford & Sons (British) et Bon Iver (USA) pour les chanteurs et Regina Spektor, une super chanteuse.
Kiddo, la parisienne a pris son envol jusqu'à New York
Où trouver Kiddo ?
Tournée française prévue en 2013
Site officiel
Facebook Album sur iTunes label VAZIVA MUSIC
Filmographie
2001: Se souvenir des belles choses de Zabou Breitman
2006: L'homme de sa vie de Zabou Breitman
2009: Je l'aimais de Zabou Breitman
2010: No et moi de Zabou Breitman

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Camillegreen 957 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine