Magazine Beauté

Vivre & danser

Publié le 05 février 2013 par Carnetauxpetiteschoses @O_petiteschoses

Juste avant le nouvel an, je me suis blessée au genou. Bêtement. Juste en me relevant dans le métro un peu brusquement et en plaçant ma jambe en porte-à-faux. Elle n’a pas supporté mon corps et je suis tombée. Les lunettes presque collées au strapontin, déchirée comme le côté intérieur de mon genou gauche, par la douleur.

Ce mouvement tout bête m’a entravée pendant plus d’un mois. Peu importait l’interdiction de boire de l’alcool pour le réveillon ou de sauter partout comme d’habitude. Je bougeais avec difficulté, et surtout j’avais beaucoup de mal à marcher.

Tout d’abord, j’eus la pensée angoissante de devoir rester immobile pendant une période, privée d’expos, de sorties et de balades-photos. Et plus que tout je me suis empêchée de penser à la danse. J’ai refusé de prendre le traitement puissant, puis j’ai cédé pour une semaine seulement au Lamaline et autres comprimés que j’abhorrais. Peu à peu, j’ai cessé de boitiller. Rien ne pouvait agir autre que le temps. A l’intérieur, ça devait se réparer. Les fibres devaient se reconnecter. J’ai attendu. Au début sans ciller. Puis en recommençant à assister aux cours de danse, j’ai senti un fourmillement, un cri intérieur qui semblait réclamer de s’exprimer. J’étais spectatrice, observant les autres et notant les mouvements les plus anodins et la manière dont elles les faisaient. Je comprenais les indications de mon professeur les en voyant les réaliser. J’apprenais et je me détachais de moi.

IMG_20130205_080010
Mes mains formaient les mudras, ma tête bougeait légèrement de manière latérale, et mes épaules se secouaient dès que j’ai réécouté les chansons. En voyant l’échauffement, les étirements et les pliés, je ne pouvais que me résoudre à attendre. J’en étais encore incapable.

J’ai repris doucement mes visites dans les galeries ou dans les salles de spectacle.

Tous les jours j’ai appliqué scrupuleusement de la crème anti-inflammatoire en détournant les yeux à chaque fois que je voyais mes tenues de danse sur mon étagère.

C’était difficile d’en discuter, car la blessure était bénigne, mais elle me bridait, me faisant otage du temps, d’une période. Je ne voulais pas m’étendre dessus.

Un jour, assise au fond de la salle, en souriant comme si je dansais, j’ai eu un sentiment prenant de tristesse. Comme si j’avais emprisonné en mois un désir d’émotions et de liberté. Je voulais ressentir à nouveau le plaisir d’expression, d’identité, de transmission et de joie de la danse. Je voulais sentir au plus profond de moi mes muscles se tendre et mon corps dessiner des lignes. Je voulais éprouver chacun de mes muscles sous les mouvements, les ondulations ou les pliés. Pour l’heure je regardais mes amies, me projetant tellement, qu’il m’arrivait de rêver d’elles.

J’ai commencé à voir un kiné, une dame qui m’a manipulée avec attention. Pendant qu’elle testait les liaisons à force de massage local, de tension sur la jambe et d’exercices, j’ai repris confiance. Je pouvais à nouveau tendre la jambe et agir plus ou moins normalement.

Pendant un cours, où je suis restée debout tant il y avait de monde, j’étais habitée par l’énergie du groupe et par le rythme.
Je voyais les enchainements de mouvements, les chorégraphies, je me représentais les nouveaux mouvements, je notais les transitions et je me répétais celles sur lesquelles je butais dans ma tête, je marquais les temps en ne forçant pas, le matin et le soir en me brossant les dents.

Et puis plus l’échéance approchait, plus je me suis imaginée reprendre. Je pensais au sourire radieux que j’aurais, aux mouvements dont l’éprouverais chaque étirement et au plaisir que j’aurais à sentir toutes les parties de mon corps se mettre en mouvement. Mes amies me soutenaient.

IMG_20130205_080510
Quand j’ai recommencé, j’ai laissé mon corps suivre aveuglément celui de mon professeur, s’abandonner au fil de ses improvisations. Je sentais que nos corps communiquaient et qu’elle me guidait.  J’ai éprouvé ce que j’attendais à mesure que les chansons passaient, fronçant les sourcils et modulant mes expressions de visage pour mieux exprimer la diversité des émotions. J’ai ri et sourit. Mon corps et mon cœur réamorçaient la pompe, se réhabituaient aux efforts après tout ce temps de repos. Hier en reprenant la danse traditionnelle, celle que j’aime par dessus tout, j’ai veillé à la fois au bon positionnement de mon corps que je sais parfois désaxé, tout comme à ressentir tout ce qu’il décrivait en profondeur. Je visualisais mon schéma corporel en essayant de respecter les lignes, et de corriger mes positions. J’éprouvais avec plaisir le feu qui réchauffait les muscles de mes cuisses, je retrouvais mon souci de recentrer mon bassin pour amoindrir ma cambrure et même je me souvenais à quel point mes talons me faisais mal lors des frappés de fin de phrase. Je m’éprouvais à nouveau libre de mes mouvements et d’expressions, et par plus que tout, vivante.

Articles en rapport:


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Carnetauxpetiteschoses 1154 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte