Magazine Culture

Unknown Mortal Orchestra – II

Publié le 05 février 2013 par Wtfru @romain_wtfru

ii

_

La plupart du temps, lorsque vous cherchez la définition et le sens d’un mot sur la toile, vous trouverez plein de conneries et autres résultats qui vous mettront dans des situations embarrassantes. Vous savez, le genre de situations que vous essayez de cacher à votre mère, qui veut toujours savoir ce vous foutez toute la journée sur un ordinateur, et qui trouve ça logique de venir jeter un oeil robotique à vos activités virtuelles.
Le mot Orchestre, lui, fait partie de ces rares chanceux épargnés par toutes ces définitions et images, un peu chelous et assez porno. Ce qui ressortira principalement du mot orchestre, c’est de la synchronisation, un ensemble, des images d’un bloc captivant. Des instrumentistes qui répondent au doigt et à l’oeil à un chef, qui s’exécute à merveille. Une sensation d’immortalité qui envahie une salle de concert qui devient peu à peu, remplie de ces émotions qu’on aimerait touché. Un orchestre c’est cette entité bien définie, des visages concentrés: chacun fait sa part du boulot et le résultat mettra tout le monde d’accord.

_

   Mais il faut toujours que des petits malins viennent tout chambouler, et donner leur vision assez différente, d’un mot ou d’une idée. Unknown Mortal Orchestra, eux, se sont mis sur le créneau de l’orchestre. Imaginez vous ces visages concentrés devenir flous et cette sensation d’immortalité disparaître: la définition d’un Orchestre renversée. Alors si les attraits même d’un orchestre ne sont plus, plus de raisons d’être nous dira t’on. Et bien, Unknown Mortal Orchestra arrive pourtant à percer et à toucher: rien à reprocher au traditionnel symphonique. Un orchestre nouvelle génération, mais vous méritez quelques explications.
Unknown Mortal Orchestra est un groupe Américain/Néo-zélandais de pop-rock aux côtés garage/lo-fi savoureux. Trois membres aux commandes: Ruban Nielson en chef d’orchestre (Vocales/Guitare/Lyricistes), et deux instrumentistes Jake Portrait (basse) et Riley Geare (Batterie). Oui, c’est peu, mais les trois réunis n’ont besoin de rien d’autres, pour former cet orchestre fantôme.

_

_

La première preuve de ce non-besoin de compléments, est Unknown Mortal Orchestra, album éponyme sorti en 2011 chez Fat Possum Records. Neuf chansons pour un seul album au dessus de toutes attentes venant d’un groupe quasi inconnu. Du lo-fi et du saturé soigneusement appliqué sur des chansons qui collent parfaitement à n’importe quel type d’humeur. Que ça soit pour les chansons FFunny FFrends, Bicycle, Nerve Damage! ou encore Little Blue House, on avait hoché la tête de la manière la plus positive possible. L’orchestre est en marche, se disait-on en entendant ce premier opus brouillé et soigné. Mais comme toujours, on a pris peur à l’annonce du deuxième, peur de rencontrer l’interdit, de voir que le groupe ait cherché à toucher l’inconnu, et que cela ne colle pas du tout.

_

Après écoute,

II, le nouvel album de Unknown Mortal Orchestra (chez Jagjaguwar), est une espèce de bombe à retardement, qui ne demande qu’à être joué pour commencer à faire ses jolis dégâts. On pourrait même parler d’un de ces premiers coups de coeur du début d’année. II, c’est l’évolution Pokémon du premier album. II, c’est comme passer de Canal+ en crypté à essayer d’entrevoir des morceaux de films, à Canal+ en clair. II, est tout simplement une merveille, mais pas n’importe laquelle. La merveille d’un groupe qui a su s’organiser pour faire du neuf avec du vieux, rester fidèle en trompant un peu sa femme.
Les instruments et les vocales sont bien plus fluides et clairs, même si les Fadded in the Morning et The Opposite of Afternoon nous rapprochent fortement du premier album et de son côté lo-fi, ce sont les So Good At being in Trouble et Monki qui viennent particulièrement trouver notre attention ici. Ces deux derniers transpirent d’une sensualité qu’on ne peut pas faire semblant d’ignorer.

_

_

L’histoire commence sur un From The Sun, qui trouvera vite sa place dans nos oreilles un peu bouchées, avec ses paroles qu’on retient facilement, et une mélodie évolutive. Le soleil se lève peu à peu, mais on veut rester au lit. Juste pour voler ces cinq minutes supplémentaires de plaisir matinal. S’enchaîne un Swim And Sleep (Like A Shark) qui donne assez de motivation pour ré-ouvrir les yeux et apprécier cette journée. Toujours un rythme délicat, on ne bouscule pas, on nous entraine plutôt peu à peu dans la spirale infernale qu’est So Good At being in Trouble. Il est trop tard pour quitter le navire à ce moment là, hypnotisé et conquis. S’en suit une avalanche, One At a Time, The Opposite of Afternoon et No Need For A Leader pour retrouver en bas de la piste, le chocolat chaud Monki, qui prend son goût sur quelques notes psychées avant de devenir l’une des meilleures chansons de cet album. Dawn, petit interlude de l’espace, les étoiles brillent dans un ciel sombre qui retrouve quelques couleurs grâce à Faded in the Morning et Secret Xtians, qui vient clôturer II avec délicatesse.

_

Alors Unknow Mortal Orchestra ont-ils trouvé l’équilibre parfait? « Vous nous avez principalement connu pour ça, mais voici ce qu’on sait très bien faire aussi ». Et bien la réponse est clairement oui. II est ce mélange réussi, entre sonorités psychédéliques, effet lo-fi et mélodies aguicheuses. Le Unknown Mortal Orchestra de 2011 qui se met à jour, en version II.0. Le résultat se veut déjà être ancré dans une certaine nostalgie: la sensation de se rappeler de certaines choses, sûrement jamais vécues. II fait clairement appel à nos émotions et à ces autres souvenirs fictifs, grâce à ces sons effet vintage, du brouillon saupoudré de clarté. Conclusion d’une belle histoire, Unknown Mortal Orchestra devient notre Orchestre préféré, trop facilement.

_

_

Certains parlent déjà de R’n'b Pop, d’un côté soul-pop qui ressort sous son meilleur jour chez II. On ne se lancera peut être pas dans la définition d’un nouveau style, mais il est vrai qu’ici, Unknow Mortal Orchestra réussit à attiser un feu qui n’a rien à envier à celui d’une excellente chanson Soul/R’n'b, pop ou pas.
Le label Jagjaguwar en pleine explosion, tel l’excellent Fat Possum en 2011. Entre Foxygen et Unknow Mortal Orchestra, le double pari est gagnant. On retient ce nom aux couleurs d’Afrique et de Safari sous acides, car les surprises risquent d’être belles.

_

II, de Unknow Mortal Orchestra, disponible le 5 Février chez vos disquaires virtuels préférés: Itunes | Amazon. Vous venez de trouver le cadeau parfait pour le 14 Février.

_

4.5

_

Tracklist:

01. From the Sun
02. Swim and Sleep (Like a Shark)
03. So Good at Being in Trouble
04. One at a Time
05. The Opposite of Afternoon
06. No Need for a Leader
07. Monki
08. Dawn
09. Faded in the Morning
10. Secret Xtians

_


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Wtfru 11406 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine