Magazine Culture

Cornelia hediger : l’image en grillage

Par Blended @blendedph


 

Cornelia Hediger est une femme tiraillée. Entre la performance et la photo, l’autoportrait et le journal, Cornelia s’utilise elle-même pour parler d’elle-même.A l’inverse d’une Cindy Sherman qui joue des personnages, elle, ne veut être qu’elle .
Ses images forment un tout composé de petits morceaux., représentatif de l’idée qu’a de la vie Cornelia Hediger. Plusieurs options, plusieurs choix possibles, différents chemins qui peuvent tout de même cohabiter et communiquer entre eux.
Loin d’utiliser son art à des fins thérapeutiques publiques, elle met en scène son dilemme psychologique de manière obsessionnelle. Elle l’approfondit, le scrute, l’affronte, et le dissèque comme ses images. Toutes prises chez elle.
Sa maison est multiple, a l’image de ses images et de ce qu’elle est. Elle peint et repeint toute seule donc inlassablement au grès de ses idées et de ses envies. Cornelia Hedeger travaille seule.
Enfin presque. Elle se met en scène avec son fantôme ou son « doppelganger » comme on dit en allemand Sorte de double mort qui apparait dans chacune de ses images.
Dans la littérature germanique romantique le « doppelganger » est la personnification du double maléfique, reflet du coté obscur qui sommeille en chacun de nous. Il y a quelque chose de presque gênant des ses images, comme imaginer qu’un ace à face avec son double pourrait amener vers le suicide. avec toutefois.. une pointe d’érotisme.

15

 

Elle insiste sur le fait qu’elle travaillera toujours seule et qu’elle ne photographiera jamais quelqu’un d’autre qu’elle-même. On comprends pourquoi.

04

 

12

 


 

22

 

24

 

28

 

29

 

30

 

32

 

33

 

34

 

03

 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Blended 45115 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines