Magazine Culture

Dargaud: Douce pincée de lèvres en ce matin d’été.

Par Misteremma @misteremma

Lorsque vous découvrez l’album de Laurent Bonneau (Métropolitan) pour la première fois, tout vous interpelle. La couverture tout d’abord, épurée à son maximum avec uniquement le titre dans une écriture presque tremblotante sur fond blanc. A la lecture des premières pages, la sensation d’avoir entre les mains plus qu’une bande-dessinée mais un ouvrage d’auteur devient une certitude. Le décor se plante dans les toutes premières pages avec des couleurs sombres, mais qui dégagent d’emblée une certaine mélancolie. L’histoire prends ensuite vie, dans des cases qui seront jusqu’à la dernière page dénuées de phylactères. On rentre d’emblée dans l’intimité du personnage, coach d’une équipe de ping-pong qui a récemment vécu une séparation difficile, qui apparait dans certaines planches flou voire même sans visage, et qui soudainement retrouve des traits extrêmement précis comme s’il allait sortir de son univers et prendre vie sous vos yeux.

Le texte raconte à lui seul l’histoire, qui n’est très certainement qu’un prétexte pour laisser libre court aux envies artistiques de l’auteur, qui mélange avec une grande aisance de nombreuses techniques graphiques. Il n’est pas rare de stopper la lecture de l’album pour admirer toute la dextérité d’un dessin, ou pour tenter au mieux de saisir l’émotion et les sentiments qui y sont encrés. Le dessin sublime ici l’histoire, qui pourrait-être résumée en une phrase, et vous emporte dans une expérience graphique inédite.

Si vous aussi vous souhaitez vivre cette expérience, nous vous proposons de remporter un exemplaire de cet album.

179062_c

Scénariste / Dessinateur / Coloriste : Laurent Bonneau
Editions: Dargaud
Date de sortie: 04/01/2013

Max est un jeune entraîneur de tennis de table de haut niveau. Quelques jours avant une compétition importante en Chine, et au lendemain de sa rupture amoureuse, le jeune coach va se perdre dans ses réflexions sur le sport, la réussite, et les relations humaines. Au plus près de sa perception, nous voyageons au sein de cette journée au temps dilaté, emportés par des couleurs envoûtantes et les mouvements que Laurent Bonneau, d’un trait affirmé, rend avec une grande maîtrise.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Misteremma 42498 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines