Magazine Culture

Une bonne raison de se tuer de Philippe BESSON

Par Jellybelly

une bonne raison de se tuer_philippe Besson

Je vous l’accorde, le titre laisse présager une histoire difficile, oui, mais, ce roman est écrit par Philippe BESSON, c’est peut-être ce qui fait la différence…

L’histoire se passe sur une seule journée, celle du 4 novembre 2008. Vous vous souvenez, il s’agit du jour de l’élection de Barack OBAMA aux Etats-Unis. Philippe BESSON décide d’aborder cet évènement par le prisme de deux personnages : Laura Parker et Samuel Jones.

Laura a passé toute son enfance à San Diego, elle vit maintenant en Californie. Mariée, elle est aujourd’hui divorcée et mère de deux grands garçons. Elle vit seule dans un petit appartement et travaille à mi-temps dans un café. Elle, elle a décidé d’en finir, aujourd’hui sera sa dernière journée.

Samuel a 40 ans. Elevé dans le Mississipi, il a rompu avec sa famille. Installé en Californie, il s’y est marié, a divorcé. C’est le père d’un garçon de 17 ans, Paul, dont il va vivre aujourd’hui les funérailles. Paul s’est suicidé.

Dès le début du livre, le lecteur connaît la situation de ces deux personnages, des chapitres leur sont alternativement dédiés. Ce qu’il ne sait pas, c’est quand est-ce que ces deux-là vont bien pouvoir se rencontrer ? Et mine de rien, le lecteur tourne les pages dans cette attente (vous pensez bien que je ne vous le dévoilerai pas !).

Personnellement, j’ai été particulièrement intéressée par la manière d’aborder le suicide de Philippe BESSON. Une fois l’acte réalisé, la question de ses motivations torture les esprits des proches. Et pour tenter d’y répondre, l’écrivain décide de donner deux voies possibles, celle de l’instantané et celle de la préméditation. Le parcours de ces personnages fictifs nous éclaire sur le mal être de ces individus, le poids de leurs réalités, leur tristesse, leur rapport aux autres…

C’est aussi une fresque de la société américaine, plus précisément en Californie, en 2008. Imaginez, à l’époque, les homosexuels luttaient pour le maintien du mariage pour tous. Ça fait écho à quelques débats actuels en France, non ?

Un petit conseil quand même, ayez la pêche quand vous lirez ce roman… pour trouver, comme le disait Anne vendredi dernier lors de notre rencontre de l’Antre des Mots : « une bonne raison de ne pas le faire ».

Annie


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jellybelly 132 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines