Magazine Culture

Mythe ou realite ? 5 idees que les noirs entretiennent a propos d’eux-mêmes

Publié le 05 mars 2013 par Zafro @zafroland

Chaque culture possède ses propres croyances et ses stéréotypes. Les blondes sont bêtes. Les blancs ne savent pas danser. Les asiatiques sont des génies. Beaucoup de latinos sont des immigrants illégaux, etc.

De plus, les médias peuvent faire perdurer ces croyances, comme les gens eux-mêmes. Il y a des faits concernant la communauté noire, des faits auxquels certaines personnes se rattachent. Il y a aussi des idées arrêtées sur les noirs, comme le fait qu’ils sentent fort, mauvais. Mais nous aborderons ce point une autre fois. Voyons ici les idées que véhiculent les noirs eux-mêmes à leur propos.

Les noirs paraissent plus jeunes
Les noirs paraissent plus jeunes

C’est une croyance populaire transportée par le fait que de nombreuses personnalités de la communauté afro traversent les âges gracieusement, et on peut aussi voir cela de la part de gens qui nous entourent. Alors, mythe ou réalité ?

Fait ! Les noirs vieillissent différemment, et les problèmes de peau les concernant ont comme qui dirait sauté dix ans par rapport à la population caucasienne qui est déjà embêtée avec rides et ridules, ainsi que d’autres signes du vieillissement.

La mélanine est un pigment qui contribue à la couleur des yeux, des cheveux, de la peau, et c’est cela qui permet de protéger la peau puisque les peaux plus foncées en sont mieux pourvues. Cela est d’autant plus valable en comparaison aux personnes à la peau claire qui n’ont pas usé de protection lors de leurs différentes expositions au soleil, et qui pourront aussi rencontrer en vieillissant des problèmes dûs à ça. Toutefois, le soleil peut aussi abîmer les peaux les plus foncées, et celles-ci peuvent aussi développer un cancer de la peau. Alors se protéger la peau sous le soleil et éviter de fumer, contribue d’autant plus à garder une jolie peau.

Les noirs génèrent plus de chaleur

Le scénario type est une pièce remplie de noirs, une pièce qui devient bientôt suffocante. Et alors on entend quelqu’un dire en plaisantant : « Il y a trop de noirs ici ! ». Alors, mythe ou réalité ?

Mythe ! La quantité de chaleur dégagée par le corps peut dépendre de plusieurs facteurs mais la couleur de la peau n’en est pas un. Les gens avec plus de poids par exemple génèrent plus de chaleur que les plus minces. Aucune étude n’a encore montré de différences compte tenu de la couleur de la peau. Il y en a une qui a été menée et qui concernait 100 volontaires. Bien qu’une très légère différence fut constatée entre les femmes à la peau noire et les femmes à la peau blanche, les résultats ne furent pas confirmés parmi les hommes. Par conséquent il s’agit d’autres facteurs.

La température de chaque être humain peut être différente au cours de la journée, le corps selon ce qu’on en fait, aura besoin de se débarasser d’un peu de chaleur. C’est parceque les noirs absorbent la chaleur du soleil de manière plus intense qu’on avait cru qu’ils généraient aussi plus de chaleur, or c’est faux.

Les noirs naissent avec le rythme dans la peau
Les noirs naissent avec le rythme dans la peau

Parceque l’on a vu de nombreux noirs se démarquer en matière de danse et de musique, il peut sembler que ceux-ci possèdent un rythme naturel. D’ailleurs, les noirs qui ne savent pas danser seront souvent moqués et on pourra entendre qu’ « ils dansent comme des blancs ». Alors, mythe ou réalité ?

Cela dépend ! Si on dit des noirs qu’ils ont le rythme c’est souvent à cause de l’environnement dans lequel ils évoluent, a précisé le Docteur Andrée Grau, professeur d’anthropologie à l’Université de Roehampton à Londres.

Les enfants sont souvent exposés à la musique et donc apprennent un certain rythme. Ils copient leur mère, leur entourage, et auront une expérience autre que celle des enfants qui ne sont pas élevés avec de la musique. Dans certaines cultures la musique est si présente que cela force le corps à apprendre à se mouvoir très vite. Cela serait donc plus culturel que biologique.

Richard Lynn, un psychologue anglais, a écrit un livre intitulé « Race difference in intelligence ». Il y parle d’une étude comparant le QI des afro-américains et des européens en matière musicale, ainsi qu’au niveau de leurs capacités rythmiques.
Les afro-américains ont obtenu de meilleurs scores en matière de musicalité, mais il n’y avait pas de différence en terme de QI au rapport à la musique. Cela signifierait que tous ont les mêmes capacités rythmiques. Toutefois les études montrent que les noirs ont une certaine habileté pour la musicalité… Et cela est un serpent qui se mord la queue puisque ça renvoie de nouveau à penser que la musicalité génère le rythme, qui génère la capacité à danser. Bref les chercheurs ne tendent pas à penser que les noirs ont plus de capacité à danser que les autres… Mais le doute persiste.

Les noirs sont naturellement des athlètes

Plus de 60% des joueurs de basket américains sont des noirs, les noirs possèdent les plus grands records sportifs du monde, certains journalistes mettent en avant le fait que les noirs réussissent mieux et mettent à ce propos en avant bon nombre d’athlètes. C’est commun de croire que les noirs sont meilleurs au sport mais alors, mythe ou réalité ?

Fait ! Et… Entre les deux ! Il ne s’agirait pas d’une question de « race » (si on peut utiliser ce terme ici) mais plutôt d’une question d’environnement dans lequel on progresse. Les gens d’Afrique de l’ouest par exemple sont meilleurs à la course de vitesse et au saut, avec plus de gens se démarquant dans ces matières que les autres groupes ethniques.

Entine, auteur du livre « Why race matters in sport » dit que le meilleur des blancs ne pourra pas sauter plus haut qu’un afro-américain bien entrainé.

Toutefois les gens originaires d’Afrique de l’ouest sont aussi connus pour être moins efficaces en matière d’endurance.  Les blancs eux seraient forts pour les portés de poids par exemple. Les asiatiques sont excellents en gymnastique, ont une prédisposition pour la flexibilité du corps.

L’Anthropologiste William Montague Cobb écrivait en 1939 que les noirs sont naturellement supérieurs à cause de tout ce que leurs populations ont dû affronter au fil des années. Toutefois, alors que certains noirs dominent des sports tels que le football, le basket, la boxe, les blancs dominent encore dans la plupart des sports d’hiver. Par conséquent, c’est un fait que les noirs sont génétiquement prédisposés pour exceller dans certains sports, mais on ne peut le généraliser à toutes les épreuves sportives.

Les noirs sont mieux pourvus au niveau de la longueur de leur sexe
Les noirs ont un sexe plus grand et/ou plus gros

Les images perpétuées dans l’industrie du porno tendent à le penser. Alors, mythe ou réalité ?

Il ya des extrêmes partout, notamment les pénis les plus petits, appelés micro pénis, et les très longs. Mais la plupart des hommes restent dans la moyenne qui est entre 7 et 11 cm au repos, et 10 et 20 cm en érection. Les études nommées « The kinsey data » suggèrent qu’il n’y a pas une grande différence entre les noirs et les blancs à ce niveau là, sinon une mince. Les asiatiques par contre sont effectivement moins bien dotés. En effet, une étude indienne du Indian council of Medical Research a prouvé que sur 1200 hommes, 60% n’atteignaient pas la moyenne internationale standard pour les préservatifs.

Il y a 6 ans par contre les hommes sud africains se plaignaient que la taille des préservatifs sur le marché était trop petite par rapport à leurs besoins, et Durex a donc sorti une création spéciale pour le pays avec des préservatifs extra larges.

Si l’on se base sur les chiffres de l’industrie du préservatif, il apparaît qu’effectivement les noirs ont des besoins plus grands que les blancs et les asiatiques en cette matière. Ils tendraient à avoir de plus gros besoins lorsquils sont en érection. Une étude nigérianne elle, prouvait que les pénis des hommes noirs étaient clairement plus longs que ceux des autres. Toutefois cette étude n’a pas été étendue aux afro-américains, et à tous les noirs du monde.

Alors mythe ou réalité ? Tout cela n’est pas précisément prouvé mais les africains tendraient à effectivement rentrer dans le moule du mythe, jusqu’à en faire une réalité. Tandis que les afro-américains et les descendants afro dans le reste du monde, se rapprocheraient plutôt de la moyenne générale citée plus haut… Avec une légère avance toutefois.

Source


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Zafro 2110436 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines