Magazine Culture

En 1971 sortait ce chef d’oeuvre, “There’s a...

Publié le 05 mars 2013 par Delicieusemusique @delicemusique

En 1971 sortait ce chef d’oeuvre, “There’s a riot goin’ on”.
Originaire de San Francisco, le groupe Sly and the Family Stone balance cette bombe à la croisée des chemins entre la funk, la soul et le rock psyché. Difficile de rendre justice à cette oeuvre monumentale de la musique contemporaine. Comme toute oeuvre aboutie et originale, une écoute méticuleuse est nécessaire pour pénétrer l’univers singulier du fantasque Sly Stone. Ce dernier, multi-instrumentiste de génie se joue des codes de la soul en faisant trainer sa voix langoureusement sur des beats suaves et lourds. Ça nous rappelle à certains égards un certain S. Gainsbourg.
Côté instrumentistes, on est fasciné par la batterie qui est arrangée pour donner des loops un poil salaces mais diablement envoutants. En témoigne le dernier morceau de l’album (That’s pretty clean, indispo sur soundcloud malheureusement). Aussi, on aime la basse de Larry Graham dont le jeu se détache des conventions funk.
À l’écoute un edit du titre Family Affair, tiré de l’album susmentionné, par notre ami australien Late Night Tuff Guy (lord des edits funk/soul).

Et en cadeau, ce petit bijou de 1969, Thank You.

————————————-

In 1971 came the masterpiece, There’s a riot goin’ on.
Originating from San Fran, the group Sly and the Family Stone balance this bomb at a crossroads between funk, soul, and psychedelic rock. It’s difficult to do justice to such a monumental piece of
 contemporary music. Like any accomplished and original work, meticulous listening is necessary when entering the ever unique and unpredictable world of Sly Stone. This multi-instrumentalist genius plays by the codes of soul, dragging his languid vocals over sweet and heavy beats. It reminds us in some respect to the work of S. Gainsbourg.
Side instrumentals, we’re fascinated by the drums which are arranged to produce loops a bit sensual but devilishly captivating. Demonstrated by the last track of the album (That’s pretty clean, not available on soundcloud unfortunately), we also admire the bass of Larry Graham, whose game purely represents conventional funk.
Take a listen to the edit of the title Family Affair, from the album previously mentioned, by our Australian friend Late Night Tuff Guy (the King of funk/soul edits).

And let’s enjoy this lil 1969 jewel.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delicieusemusique 34126 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines