Magazine Culture

János Pilinszky – Blessure (Baleset, 1972)

Par Stéphane Chabrières @schabrieres

János Pilinszky – Blessure (Baleset, 1972)Des oiseaux ensanglantent le ciel,
les pas d’enfants et de bohémiens
trouent la neige dure, plus vierge
qu’une sérénade. Mais c’est ça qui est beau,
la blessure incessante
faite à la splendeur.

***

János Pilinszky (1921-1981)Éclats (Szálkák, 1972) – Traduit du hongrois par  Lorand Gaspar et Sarah Clair



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Stéphane Chabrières 13365 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines