Magazine Culture

Nan Aurousseau - Quartier Charogne

Publié le 12 mars 2013 par Picotcamille @PicotCamille

Il m'arrive de prendre mes livres au hasard. Je ne connais pas vraiment les auteurs et je ne suis pas forcément les prix et autres sélections. Je choisi à la couverture, au titre ou au résumé. Un livre choisi comme ça, c'est comme si t'avais plusieurs porte à choisir. Tu sais pas ce qu'il y a derrière. Alors sur des principes 'à la cons", tu choisis.

Là ce qui m'a interpellé déjà c'est le nom du gars, Nan. J'ai pensé à Nan Goldin, la photographe. Je me suis dit que c'était une fille qui écrivait ça. Et puis sur la quatrième de couverture:

"Mon père est un salaud. Il est mort dans les chiottes, en poussant. C'est le cœur qui a lâché. J'écris salaud comme j'écrirais saint, parce que les salaud sont des saints, eux aussi, une fois mort. Il faut pardonner aux morts et j'ai pardonné à mon père le mal qu'il nous a fait."

Ça m'a scotché. Du côté de mon père, on voue un culte à Michel Audiard, aux tontons flingueurs et à l'argot parisien. On retrouve cette verve chez Nan Aurousseau. Du coup je vais essayer de faire ma critique avec de les quelques mots d'argots que j'ai.

Dans ce papelar donc, il raconte son enfance dans le 20ème de paname. Rue des Maraîcher, quartier Charonne, quartier Charogne. L'enfance est les pas rose tous les jours pour Nan, Son dab a le lever de coude facile, et le revers de main aussi. Il a tendance à bigorner la mère de Nan et ses 5 frères et sœurs. La dabesse, elle fait ce qu'elle peut. Il lui boume son lulu, mais faut pas déconner. Faut trouver la boustifaille pour la marmaille.

Dans le quartier Charogne, Nan croise des mac et leurs crevettes (prostitués), les bande rivales, les manouches et de temps en temps poulets qui l'emmène au bloc. Il biche comme un pou dans la crème fraiche. Enfant, il lit des bds, écrit des pièces de théâtre, monte même en scène dans la cour. Anecdote amusante, il traverse le quartier pour se rendre aux studios des buttes chaumont  avec un copain, tous deux habillé en speakerine (talon haut et tout le tralala). Un homme leur ouvre et amusé par les deux gamins, leur fait faire le tour du studios. Sous l'œil médusé de l'assistant qui lui rappelle discrètement qu'ils sont en train de tourné un film. L'homme s'en fout et continue la visite. A la fin il salue les deux jeunes, et l'assistant lui lance un "on peut recommencer monsieur Renoir?".  Et puis Nan fait exploser le conomètre. Il bascule dans la délinquance.

Avec son franc-parlé et sa plume aiguisé, Nan Aurousseau a une écriture bien à lui, forgé à l'expérience. Jamais il ne juge, où s'il juge, ce sont les fonctionnaires, les flics et tous les serviteurs de l'état qui laisse les gens dans la misère. Un fait divers à eu beaucoup d'importance dans sa vie, l'affaire du métro Charonne en 1962. Essayez de comprendre à 10-11 ans que des policier chargent des manifestants et en tuent huit. Ou ces huissiers qui laisse en mère et ses 5 gosses dehors à 5heures du matin avec quelques affaires, expulsion.

Quartier Charogne est un livre facile à lire. Je serai à l'éducation, je le mettrai au programme. Je repense à toutes les personnes que j'ai croisée pour qui un livre est un truc d'intello frimeur ou de passe temps pour sans-ami ou les deux. A tout ces jeunes à qui ont a essayé de faire lire zola, puis vipère au poing parce que c'était "plus facile". Et qui n'en avait rien à foutre. Je ne leur jette pas la pierre, j'ai eu un mal fou à finir l'assomoir. Parce que ça ne nous "parle" pas. Nous ne sommes pas pour autant réfractaires. Je me souviens d'un mec, le genre grand baraque et débile avec qui je bossait durant un été. Il racontait que des conneries. Et une fois il m'a dit: "moi j'ai été au Louvre, tout le monde se pressait pour voir la Joconde, alors que derrière, il y a un immense tableau qui claque!". On ne peut pas demander à un jeune d'aimer un truc sous prétexte qu'il y a 500 ça a révolutionné je ne sais quoi, faut qu'il aime de lui-même. Quartier Charogne est avant tout un livre qui parle d'un jeune et de ses envies, gagner du fric, beaucoup et facilement, même si c'est pas très légal, des filles, du respect.

A lire.

Et comme les grands esprits se rencontrent, ma copine hedonism à aussi lu ce livre!


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Picotcamille 366 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte