Magazine Culture

Attachement de Rainbow ROWELL

Par Douceurlitteraire

attachement

« Le coup de foudre est possible, même avant le premier regard ».

Cette phrase résume bien à elle seule l’histoire du premier roman de Rainbow Rowell.

Même si la rencontre entre nos deux principaux protagonistes se fait tard, très tard dans le roman, la richesse de l’écriture et la tournure des évènements m’a tenue en haleine jusqu’à la fin, allant même jusqu’à me faire regretter d’avancer trop vite ma lecture. Je me suis même obligée à faire des pauses pour ne pas quitter trop vite les deux personnages principaux.

Lincoln et Beth travaillent tous deux dans une boîte de rédaction, Beth à la rubrique cinéma et Lincoln à la sécurité. Célibataire, beau mais ne le sachant pas, vivant toujours chez sa mère et persuadé de n’être aucunement intéressant auprès de la gente féminine, Lincoln est chargé, grâce à un logiciel, d’envoyer des alertes aux employés dès que le contenu de leurs mails dépassent les limites du professionnalisme.

Beth, elle, est rédactrice, en couple avec un certain guitariste, rêve que celui-ci se décide à l’épouser et qui parallèlement va se mettre à épier un homme au travail. Elle passe beaucoup de son temps à discuter avec Jennifer, sa meilleure amie elle aussi rédactrice et à la soutenir dans ses remises en question.

Les discussions de ces deux femmes vont attiser la curiosité de Lincoln qui va, petit à petit se prendre d’amour pour Beth. Il ne sait pas du tout à quoi elle ressemble mais sa façon d’écrire lui laisse transparaître une femme pleine d’humour et de charme qui ne va pas le laisser indifférent.

Tomber amoureux sans la voir, voilà ce à quoi Lincoln va être confronté, lui l’homme le plus timide au monde.

Une histoire touchante qui m’a fait sourire et m’a émue. J’ai aimé suivre ces personnages et ai été triste de refermer ce livre car Rainbow Rowell a su faire vibrer ma fibre littéraire.

Bonne lecture !

Mon meilleur passage :

« Ca te tuerait de te pointer avant midi ? Je suis là, assise au milieu des ruines de ma vie telle que je l’ai toujours connue, et toi… telle que je te connais, tu te réveilles à peine. Tu es sans doute en train de manger tes flocons d’avoine devant un talk-show. Réponds-moi dès que tu arrive, toutes affaires cessantes. Avant même d’avoir lu les strips ».


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Douceurlitteraire 1705 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines