Magazine Afrique

Le choix d’un pape noir ?

Publié le 12 mars 2013 par Africahit

Et si le prochain pape, successeur de Benoît XVI,était guinéen? Le JDD est parti sur les traces de Mgr Robert Sarah.
Mgr Robert Sarah, le pape Jean-Paul II et soeur Marie-RenéeParu dans leJDD

Mgr Robert Sarah, avec le pape Jean-Paul II et soeur Marie-Renée. (JDD)

Fumée blanche pour un pape noir? La formule fait florès. Le fol espoir des Africains enflamme l’hémisphère Sud et les réseaux sociaux. La surprenante démission de Benoît XVI pourrait annoncer une autre surprise, plus grande encore… Immédiatement, les "sachants" calment les enthousiasmes. "C’est une idée séduisante, mais c’est beaucoup trop tôt, explique un ancien diplomate français auprès du Saint-Siège, l’Église en Afrique a trop de démons, de prêtres corrompus, parfois pères de famille, la liturgie y est insuffisamment respectée". Certes, mais l’Église africaine n’est pas la seule à traverser une crise.

Elle a pour elle - et parfois contre elle - sa jeunesse. Mise à part l’Afrique du Nord et le Bas-Congo, le reste du continent n’a été évangélisé qu’au début du XXe siècle. Et les missionnaires ont baptisé généreusement, s’enthousiasmant d’accueillir tant de fidèles, fermant parfois les yeux sur la vigueur de la foi, et la persistance des religions traditionnelles. Les premiers prêtres africains n’ont été ordonnés qu’entre les deux guerres mondiales, les évêques plus récemment encore. En outre, les dignitaires catholiques se sont trop souvent compromis avec les dictateurs en place. Rome, soucieuse des dangers, a organisé deux synodes consacrés à l’Afrique. Et depuis 1969 et la première visite de Paul VI, les papes y multiplient les voyages.

La plupart des cardinaux africains sont très conservateurs

Cette histoire chaotique disqualifie-t-elle définitivement les cardinaux venus d’Afrique? Rien n’est moins sûr. Ils sont une demi-douzaine, particulièrement bien introduits à la Curie romaine, connaissant toutes les arcanes du Vatican, à pouvoir recueillir les voix de leurs pairs.

Les candidats "noirs" ont en effet parcouru le monde, comme Robert Sarah ou Francis Arinze. Confronté à des populations très pauvres, aux dictatures, aux trafics, ils ont en outre tous eu à jouer un rôle politique qui sied de plus en plus à la fonction. En revanche, les laïcs qui verraient dans cette élection un élan progressiste seront déçus si l’un de leurs favoris était choisi. À l’instar du cardinal Sarah, qui s’est exprimé contre le "mariage pour tous en France", la plupart sont très conservateurs et partagent les idées de leurs prédécesseurs sur le préservatif.

"L’argent se perd dans la hiérarchie"

Enfin, avec plus de 150 millions de croyants et des pays comme la République démocratique du Congo qui comptent plus de catholiques que la très pieuse Pologne, l’Afrique apporte un souffle certain à la Vieille Europe. Les jeunes curés africains sont légion à venir officier dans les églises sans prêtre des pays du Nord. "L’Église africaine a besoin d’encouragements", explique le père Côme, secrétaire général de la conférence épiscopale de Guinée. Des jeunes prêtres attendent un signe de Rome. Ils n’ont pas d’argent, manquent cruellement de moyens pour exercer leur ministère. Beaucoup vivent des dons de leurs paroissiens qui eux-mêmes sont très pauvres. Ces curés de campagne se sentent souvent oubliés, isolés dans des diocèses coupés du reste du monde où ils essayent de faire vivre la foi chrétienne. À Conakry, les paroissiens viennent d’ailleurs d’adresser un fervent plaidoyer au nonce apostolique, le représentant du pape, pour dénoncer la situation de leurs prêtres. "L’argent se perd dans la hiérarchie, accuse l’un des signataires, et nos prêtres reçoivent 250.000 francs guinéens de l’évêché par trimestre [moins de 30 euros par trimestre]."

Officiellement, toutefois, les Africains ne souhaitent pas un "pape noir". "C’est Dieu qui choisi le meilleur, s’enflamme sœur Marie-Renée, qui fait tourner le dispensaire d’Ourous. Et pour lui, les hommes n’ont pas de couleur." Pourtant, elle le confesse, dans ses prières, elle ne peut s’empêcher d’espérer…

Lire aussi :
Mgr Robert Sarah, un guerrier discret et juste
Notre dossier "Tour du monde des Papabili"

Marie-Christine Tabet, envoyée spéciale à Conakry (Guinée) - Le Journal du Dimanche

dimanche 03 mars 201



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Africahit 4465 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte