Magazine Culture

LA FILLE-SORTILÈGE de Marie Pavlenko

Par Phooka @Phooka_Book

LA FILLE-SORTILÈGE de Marie Pavlenko
Editions Le pré aux clercsCollection Pandore427 pages16 euros
Résumé :
"Six clans, six magies, six pouvoirs. Un destin."Six Clans dirigent la Cité. Chacun possède une Magie qui commande aux éléments ou aux êtres vivants. De leur union dépend l’équilibre. C’est pourquoi durant la Fête des Échanges, les adolescents sont soumis à des épreuves, en vue d’être initiés. Parce qu’elle a échoué, la jeune Érine est bannie, loin de sa famille et de son Clan. Condamnée à survivre dans la zone d’exil, elle va bientôt découvrir le sombre secret de la Cité. Et le terrible complot qui menace de la détruire.
Une fantasy à la fois classique et originale : une quête, une élue mais un traitement actif et moderne. Une figure féminine forte et déterminée. Une lecture haletante, pleine de rebondissements. Tels sont les atouts principaux de ce roman destiné à un public jeune adulte épris d'aventures extraordinaires.



L'avis de Dup :
Méfiez-vous de ce livre, c'est un livre-sortilège. Si si, une fois commencé, rien ne pourra vous convaincre de le reposer. Autant l'annoncer de suite : gros coup de coeur !

La Cité des Six a surgit en plein désert grâce à la magie des Clans. Six Clans se partagent cette Cité-Etat de l'Entre-Terre. Les Planteurs, les Sourciers, les Dresseurs, les Façonniers, les Couteliers et les Guérisseurs. C'est le principe de la société égalitaire, qui fonctionne sans monnaie, uniquement d'échanges. Chaque Clan a besoin des cinq autres.Erine est issue du Clan des Dresseurs, mais elle veut envisager sa vie d'adulte au service des autres en tant que Guérisseuse. A 17 ans, à la Fête des Échanges, elle demande son transfert, qui lui est refusé. Elle est donc bannie, rejetée par les siens, désavouée par ceux qu'elle admirait. Elle va devoir basculer dans la clandestinité, se battre pour survivre au milieu des autres laissés-pour-compte qui s'entassent à la périphérie de la Cité. Elle rejoint les taudis des Orklas. Orkla : un mot d'argot qui désigne les bannis, les Hors-Clans. Erine va passer d'une vie de nantis à une vie où il faut se battre pour le moindre quignon de pain rassi ou moisi, voire les deux en même temps. Une vie dure et pleine de dangers. C'est Malcor qui va la recueillir, la protéger et l'initier à son travail bien singulier. A la mort de Malcor, elle va devenir la "déterreuse", elle a 21 ans. Erine va alors prendre sous son aile une jeune ado, Arkadi, qui a été rejeté par sa famille a cause d'une infirmité. Ensemble ils vont creuser, déterrer, reboucher, transporter des cadavres. Ensemble ils vont découvrir un mystère qui menace la population, Clans comme Hors-Clans, et le devenir de la Cité.Et c'est ensemble qu'ils vont mener l'enquête et découvrir de sombres secrets...Erine est une jeune femme forte et attachante. L'auteur ne va pas l'épargner et lui soumet de sacrées épreuves ! Elle est déterminée et réfléchie, jamais impulsive, et surtout elle ne laisse pas ses sentiments la commander. On lui a inculqué de bonnes valeurs et celles qui faisaient défaut à son éducation, elle va les appréhender toute seule. J'ai beaucoup aimé Erine, mais j'ai aussi une tendresse particulière pour Arkadi. Avec sa candeur, sa répartie et son humour, il a su toucher mon coeur. C'est un peu un rayon de soleil au milieu de cette noirceur.La magie exploitée par l'auteur est intéressante. Après en avoir développé le côté pratique, celui qui permet la vie dans ce désert, celui qui régit la vie des Clans, elle nous fait découvrir son origine, sa source. Les descriptions sont magnifiques, on a envie d'être aux côtés d'Erine, envie de ressentir sa puissance et d'être une Fille-Sortilège. Et non, je ne vous dirai pas ce que c'est, zavez qu'à le lire !L'écriture de Marie Pavlenko m'avait déjà enchantée avec sa série Saskia, là elle percute encore plus. Elle fouille ses personnages et prend au piège ses lecteurs. Dès qu'il y a de l'action, les phrases raccourcissent et nous entraînent derrière les personnages. Plus de fioritures, sujet-verbe-complément nous laissent halletants.Ce roman pour Young Adult est bien plus sombre, plus dur que le monde de Saskia. Mais il est passionnant et fera réfléchir nos ados sur des idéaux importants. La fin est juste comme il faut. Bref, j'ai adoré et je ne peux que vous en conseiller la lecture.



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Phooka 16646 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines