Magazine Culture

Le cercle - Bernard Minier

Par Jostein

minierTitre : Le cercle

Auteur : Bernard Minier

Editeur : XO

Nombre de pages : 572

Date de parution : octobre 2012

Auteur :

BERNARD MINIER est né à Béziers et a grandi dans le Sud-Ouest. Après Glacé, prix du meilleur roman francophone du festival Polar 2011 de Cognac, Le Cercle est son deuxième roman.

Présentation de l'éditeur :

Un coup de fil surgi du passé, un e-mail énigmatique, qui signe peut-être le retour du plus retors des serial-killers, pré­ci­pi­tent le com­man­dant Martin Servaz dans une enquête dan­ge­reuse, la plus per­son­nelle de sa vie.

Un pro­fes­seur de civi­li­sa­tion anti­que assas­siné, un éleveur de chiens dévoré par ses ani­maux… Pourquoi la mort s’acharne-t-elle sur Marsac, petite ville uni­ver­si­taire du Sud-Ouest, et son cercle d’étudiants réu­nis­sant l’élite de la région ?
Confronté à un uni­vers ter­ri­fiant de per­ver­sité, Servaz va rou­vrir d’ancien­nes et ter­ri­bles bles­su­res et faire l’appren­tis­sage de la peur, pour lui-même comme pour les siens.

Après le succès de Glacé, déjà tra­duit dans de nom­breux pays, Bernard Minier, le maître des atmo­sphè­res som­bres et oppres­san­tes, nous entraîne dans une nou­velle intri­gue à couper le souf­fle, qui renou­velle les lois du genre.

Mon avis :

Bernard Minier maîtrise sans conteste l'art du suspense en multipliant les pistes, en jouant sur les liens affectifs de l'enquêteur principal et en maintenant toujours l'épée de Damoclès que représente l'évasion récente de ce tueur psychopathe ( Hirtmann) auquel Martin Servaz a été confronté dans une précédente enquête.

Tout est réuni pour tenir le lecteur en haleine dès  cette scène du meurtre d'une jeune professeur de khâgne de Marsac, assez spectaculaire. Martin Servaz est appelé par Marianne, son amour de jeunesse, car son fils Hugo est accusé de ce meurtre.

Je n'ai pas lu le premier roman de l'auteur, Glacé, et il me manque sûrement des données pour apprécier pleinement les enquêteurs. Martin, de manière assez classique, est un policier très investi, mû par un désir de vengeance lié à son passé familial lourd. Il n'est pas très chanceux dans ses relations féminines mais a une tendresse particulière pour sa fille Margot qui est aussi son talon d'Achille.

Par contre, je trouve ses adjoints Vincent et Samira assez neutres et l'auteur donne d'ailleurs tout le dynamisme à cette gendarme homosexuelle, Irène Ziegler qui se retrouve un peu étrangement en scène sur cette nouvelle affaire.

L'auteur multiplie les ramifications dans le récit pour densifier le mystère et le suspense et je reconnais que c'est diablement efficace mais il me semble aussi que c'est parfois un peu trop poussé. Des récits intercalés de la séquestration d'une jeune femme, qui ajoutent une dimension stressante et mystérieuse se révèlent ultérieurement en décalage temporel.

Par contre, j'aime cette façon qu'a l'auteur de glisser son avis très rapide sur des points de société. L'action se passe pendant la coupe du monde de football ce qui nous vaut une analyse assez critique des supporters inconditionnels et des petites réflexions sur le comportement de l'équipe de France. Mais l'auteur évoque aussi rapidement l'IRA, la crise économique, la manigances politiques et les grasses indemnités de nos députés.

Sans aucun doute c'est cette ouverture d'esprit de l'auteur et aussi la personnalité de Martin Servaz, policier littéraire et humain qui me pousseront peut-être à relire cet auteur.

J'ai lu ce roman policier dans le cadre du

elle
.

polars
  
rentrée 2012


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jostein 443 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines