Magazine Beaux Arts

Soto – chouchou

Publié le 19 mars 2013 par Lifeproof @CcilLifeproof

IMG_20130309_172137Vue de l'exposition "Soto" au Centre Pompidou.Premier plan: Cube bleu interne, 1976. Au second plan: Cube pénétrable, 1996. © Coll. Centre Pompidou. Photo: CR.

Il y a quelques années, j’ai travaillé à la mise en place d’une exposition autour de l’art optique et cinétique et j’avais failli rencontrer Jesús-Rafael Soto mais il était décédé quelques mois avant l’ouverture de l’exposition. J’ai, par contre eu la chance de rencontrer la papesse de l’art cinétique, décédée en juillet dernier : Denise René, petite bonne femme touchante de plus de 90 balais perchée sur talons aiguilles. Cette dernière, j’avais déjeuné avec elle et à ce moment-là elle m’avait dit que, dans les années 1960-1970, si j’étais venue à l’un de ses vernissages, Soto et toute la clique d’artistes cinétiques m’auraient sans doute courtisé (façon polie), flattée. Ainsi, il y a dix ans je découvrais les œuvres des artistes cinétiques et j’apprenais à les aimer. C’est donc en public captif, captivé que je suis allée visiter l’exposition Soto qui a lieu au Centre Pompidou jusqu’au 20 mai 2013 : retour sur ce qui a ressemblé à un pèlerinage…

322_l

Jesús Rafael Soto, Cuadrado tabaco y vibracion, 2004, peinture acrylique sur bois et métal, dation en 2011 © Coll. Centre Pompidou.

Samedi ensoleillé à Paris, cheville bloquée par une entorse : bon ben direction le Centre Pompidou et l’exposition Soto malgré cela. Cette dernière est constituée des œuvres acquises par dation par le Centre Pompidou à la suite du décès de l’artiste : il s’agit de près une trentaine d’œuvres représentatives du travail de cet artiste vénézuélien. Né en 1923 en Bolivie, il s'installe à Paris en 1950 où il assiste à des conférences autour de l'art abstrait et participe à l'exposition intitulée Le Mouvement à la galerie Denise René : là il va rencontrer les artistes qui vont faire de l'art cinétique un courant artistique qui a marqué toute la société de l'époque que ce soit la déco, la mode ou le cinéma. Le principe de l'art optique ou Op'Art est d'inclure du mouvement dans une œuvre en deux dimensions, d'en donner l'illusion. Jesús-Rafael Soto était devenu maître dans l'art de troubler le regard et lui faire croire que le mouvement est là.

IMG_20130309_171633

Soto, Cube pénétrable, 1996. Vue depuis l'intérieur du pénétrable.© Coll. Centre Pompidou. Photo: CR.

Les œuvres peuvent être difficiles à regarder, on n'a pas l'habitude d'avoir le regard si sollicité et perturbé par les éléments et modifications qui viennent créer l'illusion de mouvement. Mais c'est magique aussi : Soto, tout au long de sa vie, a réalisé des œuvres de toutes dimensions, des petits mais aussi des installations monumentales. Au centre Pompidou, dans l'espace des collections au quatrième étage, vous pourrez découvrir quasi une trentaine d’œuvres représentatives du travail de Soto ; du petit tableau qui fait mal aux yeux quand on le regarde longtemps au Pénétrable, installation dans laquelle, comme son nom l'indique on peut entrer et s'immerger autant dans la matière que dans la couleur et voir le monde qui nous entoure autrement. Il est en perpétuel mouvement, des tiges perturbent la vision de ce que l'on peut voir et discerner, on est dans l’œuvre, on en fait partie et elle n'existe que si l'on y entre. Expérience à faire, n'hésitez pas, c'est magique!

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Soto. Collection du Centre Georges Pompidou, Mnam/Cci

Expositions

27 février 2013 - 20 mai 2013

de 11h00 à 21h00

Musée - Niveau 4 - Galerie du Musée - Centre Pompidou, Paris

Fermé le mardi

Cécile


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Lifeproof 5971 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines