Magazine Culture

Notre Dame de perpétuels donuts

Publié le 25 mars 2013 par Lemediateaseur @Lemediateaseur

notre-dame-de-perpetuels-donuts-affiche

« Le pardon est plus qu’un sentiment, c’est une force qui déclenche d’admirables effets. »

Cette citation de Marcelle Auclair illustre admirablement le spectacle Notre Dame de perpétuels donuts, actuellement au théâtre Le Lucernaire.

1975. Edna Howard reçoit des mains du maire de Hayward (USA) le prix de la citoyenneté qui  la gratifie chaleureusement pour son combat acharné contre l’enfance maltraité, combat qu’elle mènera jusqu’au bout avec un courage et une persévérance sans pareil.

Edna, merveilleusement interprétée par la comédienne Natasha Mashkevich, est une femme que la vie a sans cesse mise à l’épreuve et pourtant, tel un phœnix, elle renaît toujours de ses cendres.

Tout d’abord on la déclare « mort-née ». Elle s’accroche à son destin fragile et une nouvelle fois la vie la rattrape et la force à laisser de côté ses rêves de petite fille pour y découvrir la violence d’un père, puis plus tard, celle d’un mari.

Nous sommes face à une héroïne du quotidien, propriétaire d’un donut-shop, qui se livre sans retenue avec beaucoup de tendresse et d’élégance et qui montre du doigt ses bourreaux non pas pour les juger mais pour leur pardonner et plus encore pour se pardonner à elle-même, et enfin, nous révéler que la vie est plus forte que tout cela.

Grâce à son humour, sa sincérité et sa joie de vivre communicative, la comédienne nous transporte avec facilité dans son univers et son histoire qui nous trouble et nous émeut.

Jordan Beswick, auteur et metteur en scène de la pièce, nous évoque une histoire vraie, celle de sa tante et il nous y dévoile avec intelligence une métaphore magnifique sur le pardon, la compassion, le courage et l’optimisme.

C’est une fable très jolie et très émouvante sur la nature humaine et un questionnement très bien construit sur comment un homme, père ou mari, victime et bourreau, peut faire basculer le destin d’une fillette qui deviendra femme et comment cette femme-ci peut décider de lui pardonner pour sauver sa vie et vivre enfin dans le bonheur, celui qu’elle désirait ardemment et ce depuis son premier cri.

Notre Dame de perpétuels donuts, Théâtre Le Lucernaire, du mardi au samedi à 19h, jusqu’au 27 avril.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Lemediateaseur 66837 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine