Magazine Culture

J’haïs ça les rapports d’impôts!!!!!

Publié le 15 avril 2008 par Epicure

Epicure J’HAÏS ÇA LES RAPPORTS D’IMPÔTS!!!!!

Un grand sage aurait déjà dit que de mettre ses peines ou frustrations par écrit, était un pas vers la guérison ou du moins l’acceptation de ces dites peines et/ou frustrations. Donc dans un but uniquement expérimental, je ferai fi du contenu éditorial plutôt culturel de ce blogue pour écrire haut et fort ma relation trouble avec la période des impôts. Peut-être, je dis bien, peut-être, que je finirai un jour par me débarasser de cette phobie printanière.

D’aussi loin que je me souvienne, avant même d’abdiquer pour mes maths de secondaire 5, tout ce qui est formulaire, chiffres, ligne 821 + ligne 417, numéro d’assurance sociale, nom de famille de votre mère et tutti quanti, ça me donne de l’eczéma. Ça n’a rien avoir avec la peur de payer ou non ma dîme à l’état, c’est plutôt tout ce qui entoure ce genre de processus poche qui me trouble terriblement. Je fonctionne bien en société, j’ai même réussi à obtenir un bacc. mais devant ce qui s’appelle demandes de prêts et bourses, CV, formulaires de réclamations d’assurances et surtout, SURTOUT damnés rapports d’impôts (pis essayez pas de rendre ça plus cute en utilisant « déclarations de revenus »), je perds tout mes moyens.

Je commence à capoter dès les premières annonces de REER le 1er janvier. À chaque fois que je vois une pub, et c’est comme ça depuis au moins 20 ans, je prends la résolution de me prendre en main et de régler ça dès que j’ai mon T4. Me semble oui. Depuis 3 semaines, j’ai une boule dans le ventre juste à penser qu’il faudrait bien que je téléphone à Joe-Impôts, que je paie pour compléter les documents maudits. Parce que naturellement ce n’est pas moi qui touche à ça, horreur!!! Il ne le sait pas, mais j’y donnerais le double de ce que je lui paie tellement je ne veux rien savoir de toucher à « ça ». La seule démarche de rassembler les quelques petits papiers dont Joe-Impôts a besoin pour faire son travail (un beau gros 15-20 minutes maximum) ça me pue au nez. Je retarde le plus possible ce fatidique moment et plus j’attends, plus ça me stresse. Je le sais trop bien que je devrais régler ça le plus vite possible pour m’en débarasser, pas si folle la fille! Mais non, ça serait ben trop simple!

Ce soir, 14 avril, la boule au ventre et la bouche sèche, j’ai pris mon courage à deux mains et j’ai téléphoné. Cette semaine il faudra aller lui porter la paperasse, attendre qu’il nous rappelle pour nous donner le verdict et ensuite aller payer notre dû. Enfin, seulement à ce moment-là, ma boule disparaîtra pour une dizaine de mois. Je le sais, je suis bien malade…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Epicure 750 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine