Magazine Culture

Cosmopolis

Publié le 26 mars 2013 par Haiyken @JALFDM
CosmopolisCosmopolis, réalisé par David Cronenberg.
Synopsis : Dans un New York en ébullition, l'ère du capitalisme touche à sa fin. Eric Packer, golden boy de la haute finance, s’engouffre dans sa limousine blanche. Alors que la visite du président des États-Unis paralyse Manhattan, Eric Packer n’a qu’une seule obsession : une coupe de cheveux chez son coiffeur à l’autre bout de la ville. Au fur et à mesure de la journée, le chaos s’installe, et il assiste, impuissant, à l’effondrement de son empire. Il est aussi certain qu’on va l’assassiner. Quand ? Où ? Il s’apprête à vivre les 24 heures les plus importantes de sa vie.
   Quel film surprenant ! Je ne m'attendais clairement pas à passer un si bon moment devant Cosmopolis qui est, à mes yeux, un vrai chef d’œuvre. Il faut avouer que le ton du film et l'ambiance qui y règne est réellement étrange, presque irréel. Car Cosmopolis est presque un film de science-fiction, ou tout du moins d'anticipation, plaçant son personnage principal, Eric Packer, au milieu d'une société décadente au bord de l’effondrement.
   Et pourtant de ce monde chaotique on en verra très peu d'images. En effet, la majorité du film se déroule dans la limousine du jeune golden boy qui se traine lentement à travers la ville. Techniquement c'est remarquable et il est amusant de noter que Don DeLillo, l'auteur de la version littéraire à partir de laquelle le film est adapté, jugeait son livre inadaptable principalement à cause de cette sorte de hui-clos. Et même si la voiture s'arrête plusieurs fois au cours du trajet, les lieux abordés sont fait très succinctement et avec la même impression d'enfermement. Pas de grands espaces, jamais. Eric Packer est toujours coincé dans New York, entre les immeubles qui montent jusqu'au ciel et la foule qui s'entasse tout autour de lui. Même lorsqu'il se retrouve en plein air on le retrouve derrière des grilles. Le personnage est piégé, enfermé.
   J'ai été amusé et intrigué par la personnalité d'Eric. Robert Pattinson est remarquable dans le rôle de ce jeune homme psychotique et bouillonnant, obsédé par la notion de perfection et d'équilibre, et tout aussi brillant que dérangé. J'ai vraiment été surpris par la justesse du jeu d'acteur et l'émotion qu'il parvient à faire passer. Il est clair que Pattinson est un très bon acteur et que son rôle de vampire scintillant ne lui fait pas honneur. Peut être, d'ici quelques années, pourra-t-on dire que l'on aime cet acteur sans se faire accabler de moqueries. Toujours est-il qu'Eric Packer est un personnage fascinant construit sur différentes couches que l'on épluche tout au long du film.
   Le reste du casting n'est pas en reste et on voit se succéder dans la limousine blanche tout un panel de personnages tous très différents qui interagissent chacun à leur façon avec Eric. Je dois avouer m'être un peu senti largué lorsque le dialogue tournait un peu trop autour de la finance mais la justesse des répliques m'a vraiment fait accrocher et j'ai adoré les écouter parler de ce monde qui s’effondre. J'ai ainsi découvert Samantha Morton qui m'a scotché avec sa performance. Il faut avouer aussi que sa séquence est particulièrement impressionnante, avec la discussion incessante qu'entretient son personnage avec Eric pendant qu'une émeute éclate dans la rue autour de la limousine qui se retrouve taguée et bousculée pendant qu'ils boivent et parlent comme si de rien n'était. Impressionant.
   L'entrevue finale avec le génial Paul Giamatti dans le rôle de Benno Levin est très bien ficelée avec une succession de plusieurs plan séquences qui ont du mettre à rude épreuves les deux acteurs. Mais le résultat est saisissant et rend toute cette séquence vraiment particulière. Robert Pattinson dévoile alors tout son talent et laisse exploser toute la complexité de son personnage. L'ultime scène est poignante et l'absence de conclusion laisse une porte ouverte aux suppositions même s'il est clair qu'il n'y a pas énormément de doute sur la fin de cette étrange histoire.
   Cosmopolis est un film vraiment surprenant, à la photographie extrêmement travaillée et de très bonne qualité. Le jeu d'acteur, tous confondus, est réellement impressionnant, d'autant plus avec la mise en scène particulière de certaines séquences. Il est clair que David Cronenberg livre ici un excellent film que je prendrais beaucoup de plaisir à revoir et à savourer.
CosmopolisCosmopolisCosmopolisCosmopolisCosmopolisCosmopolisCosmopolisCosmopolisCosmopolisCosmopolisCosmopolisCosmopolisCosmopolisCosmopolisCosmopolisCosmopolisCosmopolisCosmopolisCosmopolisCosmopolisCosmopolisCosmopolisCosmopolisCosmopolisCosmopolisCosmopolisCosmopolisCosmopolisCosmopolisCosmopolisCosmopolisCosmopolis

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Haiyken 86 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine