Magazine Cuisine

Autorisation du mariage gai entre la cuisine et la santé

Par Illicocotte @illicocotte

Saumon croute sesame, haricots

ILLICONEWS, le 26 mars 2013

La cuisine dite « saine », locale, bio, végétalienne, sans gluten ou sans produits laitiers connaît un succès croissant. Certains restaurateurs proposent à leur carte une cuisine gourmande adaptée à une clientèle sensible à la qualité et à la provenance de leur alimentation. Les consommateurs deviennent de plus en plus exigeants et réclament une nourriture bio et tracée. La région Ile-de-France vient même de créer un tout nouveau label qu’elle a appelé « Des produits d’ici, cuisinés ici » pour rassurer les locavores.

Prise de conscience ?

A l’occasion du Congrès international Sirha World Cuisine Summit qui s’est tenu fin janvier 2013 à Lyon, la société Krealinks a confirmé dans une étude, que le « bien manger », bio, local et sain était tendance. Les consommateurs souhaitent retrouver des produits sains et riches en goût dans leur plat et montrent une sensibilité aux origines liées à un terroir ancré dans le régional qui respecte le rythme des saisons. Frédéric Loeb, délégué général du Sirha World Cuisine Summit confirme que « le consommateur commence à se soucier vraiment de sa santé. Il veut une nourriture tracée, bio, la moins modifiée possible, voire carrément sans gluten ou sans viande, et surtout sans OGM… ».

Questions de mots ?

Pour autant, la France serait, en matière de cuisine santé, en retard par rapport à ses voisins anglo-saxons. Parler de diététique trop ouvertement pourrait faire fuir les clients. Alors, on parlera plutôt de qualité de matières premières, de traçabilité et de savoir-faire artisanal pour garantir une restauration saine.
Certains restaurateurs proposent à leur carte une cuisine gourmande adaptée à une clientèle sensible à la qualité et à la provenance de leur alimentation. Exit le côté austère des restaurants bios d’autrefois, les nouvelles « cantines saines », comme le café Pinson dans le Marais à Paris, sont devenues des lieux de convivialité qui attirent des gourmands de plus en plus variés mais pas uniquement des locavores ou des allergiques. Le chef étoilé, Yannick Alléno, a ouvert, il y a un an, son bistrot Terroir parisien. Il propose à sa carte une cuisine avec produits franciliens (près de 160 référencés) afin de faire revivre un patrimoine agricole oublié.
Parmi les trésors locaux, on trouvera des variétés peu connues (choux de Pontoise, asperges d’Argenteuil, poireau de Gennevilliers…), ou des spécialités plus illustres, champignons et jambon de Paris, moutardes de Meaux et de Provins, bries de Melun, Meaux et Montereau, menthe poivrée de Milly-la-Forêt…

Un nouveau label pour les locavores franciliens ?

57 autres chefs d’Ile-de-France ont adhéré à un tout nouveau label lancé le 19 février 2013 « Des produits d’ici, cuisinés ici ». Les restaurateurs qui ont signé la charte s’engagent à élaborer leurs plats avec des produits frais, de saison et originaires de l’Ile-de-France. Cette initiative a été menée par le CERVIA Paris Ile-de-France (Centre Régional de Valorisation et d’Innovation Agricole et Alimentaire) déjà créateur de la marque « Saveurs Paris Ile-de-France ».

Pour aller plus loin

www.sirha-world-cuisine-summit.com
www.saveursparisidf.com
www.yannick-alleno.com
www.cafepinson.fr


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Illicocotte 460 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines