Magazine Côté Femmes

Comment survivre en open space

Publié le 15 avril 2013 par Marietudors
Il s'agit d'une jungle. Codée, risquée, plaisante et faussement nonchalante.
Décontractée au premier abord, l'ambiance en open space est pleine de surprises. De nombreuses et nobles raisons expliquent ce choix fait par de plus en plus d'entreprises : tout le monde est au même niveau, la hiérarchie est déstructurée, la communication aisée et le travail d'équipe boosté. Le bénéfice d'un grand espace est également à citer.
Voici quelques dangers inhérents à cette "cool business life" :
1. La déconcentration.
Réglés de façon précise, les pics d'agitation sont impossibles à surmonter. La faune observée se meut particulièrement le lundi vers 11h, le vendredi dès 15h et tous les jours entre 17 et 18h. Affamée, fatiguée et en ébullition, la masse salariale a besoin de se divertir.
Remèdes :
- Un casque avec de la musique, forcément ;
- Des oeillères en supplément pour les plus atteints ;
- Faire le gros de son boulot entre 13 et 15h ou après 18h (mouais).
2. La non intimité.
Impossible de prendre RDV chez l'esthéticienne pour l'épilation maillot intégral, de traquer TOUTES les photos de l'ex de son ex et de finir son niveau de Candy Crush avec la bouche ouverte. Non, il faut bien se tenir et chronométrer les passages divertissement.
A noter : stagiaire ou nouvel arrivant, vous écoperez des bureaux les mieux placés bien sûr (dos à la direction par exemple).
Remèdes :
- Regarder les réseaux sociaux sur son smartphone (bah oui faut s'équiper) ;
- Faire beaucoup de pauses clopes ;
- Aller en salle de réunion et faire croire à un appel pro (ça c'est pour l'esthéticienne).
3. Le reluquage.
Certes, dans un sens, c'est cool. Mais dans l'autre (= VOUS êtes reluqué), c'est périlleux. Il ne faut pas se casser la gueule sur la petite marche, il faut travailler sa démarche "décontractée mais affairée", savoir rigoler en se retournant mais continuer à slalomer dans la bonne direction et bien sûr, affronter les regards des femelles (jaloux ou dédaigneux selon les cas) (les regards des mâles sont bien plus indulgents).
Remèdes :
Ca dépend si vous aimez être reluqué ou pas!
Si oui : Talons + courir + plein de dossiers dans les bras + rigoler.
Si non : Ne vous levez jamais (cas extrême), ayez une bassine près de vous (et un rideau).
Plus soft : Regardez tout le monde au fil de votre itinéraire. Comme ça, tout le monde baisse les yeux.
4.  La multi-connexion.
Si vous travaillez avec plusieurs personnes en même temps, il faut, à tout moment, que vous puissiez vous brancher sur le bon sujet sans dire "euuuh c'est quoi ça déjà?". Car comme tout le monde passe à côté de votre bureau, tout le monde aime bien faire un commentaire à propos d'un travail qu'il a en tête. Il faut capter les ondes rapidement.
Exemple : Je rédige un texte pour La Poste demandé par Nicolas, Anne passe et me demande de lui renvoyer la dernière brève (mais pas de La Poste) (mais laquelle?) (mais ok), le téléphone sonne, on m'attend au standard, Julie passe et me dit "à toute à l'heure!" (?), Pierre m'amène un plat à tartes qu'il a trouvé dans son nouveau bureau et Antoine me lance une balle en mousse dans la tête.
Tout ce que j'ai retenu, vu qu'il est 12h24, c'est que ce serait sympa que je fasse une tarte pour tout le monde un de ces quatre.
Remède masculin : Ne répondre à personne tant qu'on a pas fini avec un sujet.
Autre : Avoir une pancarte sur son bureau : "OK mais envoie un mail recap asap. Xoxo"
En conclusion, soyez open, mais gardez votre space (hohohoho).

Comment survivre en open space

Le plat à tartes, je l'ai pas inventé



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Marietudors 3131 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte