Magazine Asie

Site du Premier Congrès national du PCC

Publié le 16 avril 2013 par Ancre_de_chine
Site du Premier Congrès national du PCC
Enfin, quand même...
Il y a des incontournables qu'il m'arrive de contourner. Pas intentionnellement, attention, pensez, le site du premier congrès national du PCC, je n'oserais pas. Pas parce que le site est loin de chez moi, 3 stations de métro, une dizaine de minutes de marche à travers le très touristique quartier de Xintiandi. Non, les files d'attente composées d'écoliers parfois, mais surtout de vaillants retraités à casquettes m'ont toujours découragée.  Et voilà qu'au lendemain de Qingming, alors que nous n'avions aucune intention d'entrer dans l'illustre bâtisse, le trottoir devant l'entrée était désespérément vide, il ne fallait pas rater l'occasion.
Site du Premier Congrès national du PCC
Le bâtiment gris joliment restauré est un lilong traditionnel  sur deux étages, situé au 76, Xinye Road, à l'est de l’ancienne Concession française. Sa situation actuelle, au milieu de restaurants, boutiques et clubs à la mode, dans l'un quartier où le mètre carré de terrain est l'un des plus élevés de la ville, peut prêter à sourire... ou démontre la progression de la Chine dans sa transformation économique. Pour les Chinois, pas de contradiction : le capitalisme est une notion économique, alors que le communisme est politique, ils ne s'opposent pas. Un pays communiste peut se développer dans une économie capitaliste. C'est vrai, nous le constatons au quotidien !
C'est à cet endroit que  le 23 juillet 1921 est né le Parti communiste chinois dans une totale clandestinité le congrès fondateur du parti communiste chinois réunissant 13 Chinois dont Mao Zedong et deux députés de l'Internationale communiste.
Au départ de la visite, nous avons eu droit à un billet d'entrée à particularité chinoise : un bureau dans la cour intérieure, deux personnes pour le délivrer, un contrôleur de billet, tout ça pour un billet gratuit, en couleur, et numéroté !
Site du Premier Congrès national du PCC
Le musée, grâce à de nombreux documents et photos, retrace la naissance du PCC. On y trouve même une reconstitution en cire du premier meeting politique.

Site du Premier Congrès national du PCC

Trouvé sur Internet puisqu'il était interdit de photographier cette
scène historique


Le Programme du Parti adopté lors du congrès fixait les objectifs du Parti : renversement de la bourgeoisie au moyen de l'armée révolutionnaire prolétarienne, établissement de la dictature du prolétariat, abolition du régime de propriété privée des moyens de production — tous ces objectifs visant à l'élimination des classes. De plus, le programme confirmait le centralisme démocratique comme principe d'organisation du Parti et définissait la discipline du Parti. Le congrès a fixé pour le Parti comme tâche essentielle et immédiate de prendre la direction des mouvements ouvriers.
Site du Premier Congrès national du PCC

Shanghai, ville de forte concentration ouvrière et place-forte du capitalisme, foyer de rassemblement d'intellectuels modernistes, est le laboratoire où peuvent naître et se développer les mouvements révolutionnaires. Le régime des concessions, par la relative protection qu'elles offrent, permet en outre à ces théories de s'exprimer avec plus de liberté. Les principes de démocratie, de droits de l'homme, les idéaux de la révolution française y sont revendiqués par la jeune intelligentsia, qui dénonce en même temps la présence étrangère. La direction du PCC s'installe donc dans la concession, et particulièrement, son secrétaire général, Chen Duxiu, professeur de littérature francophile, converti au marxisme en 1920. Le premier congrès du Parti communiste et ses activités n'échappent pas à la surveillance policière. Chen Duxiu, qui tient dans sa maison de la rue Vallon, une école de langues tenant lieu d'officine de traduction et de diffusion de textes émanant du Komintern et passant pour subversifs est l'objet d'une dénonciation et arrêté le 4 octobre 1921 puis en 1922. Grâce aux appuis dont il bénéficie il sera l'objet d'une clémence relative de la part des autorités françaises.

Site du Premier Congrès national du PCC

Chen Duxiu


Par ailleurs, Chen Duxiu est l'un des inspirateurs du mouvement travail et études qui, dès 1919, permet à 2 à 3000 étudiants-ouvriers - parmi lesquels les deux fils de Chen Duxiu - de s'embarquer vers Marseille. Le mouvement souffre des mauvaises conditions économiques en France à cette époque et il se termine assez mal en 1925. Le 30 mai, la police de la concession internationale a tiré sur un cortège de manifestants qui soutenaient les ouvriers en grève d'une filature japonaise de la banlieue ouest de Shanghai, faisant 13 morts et déclenchant la colère à travers tout le pays et un mouvement révolutionnaire préfigurant les évènements de 1927. A Paris, les étudiants chinois soutiennent le mouvement, obtiennent l'appui des communistes français, lancent des appels à l'insoumission aux marins envoyés par la France pour protéger la concession. Parmi eux, des leaders - et non des moindres - de la révolution chinoise : Zhou Enlai ou Deng Xiaoping, pour lesquels le séjour en France, malgré ses difficultés, a joué le rôle d'apprentissage.
En poste à Shanghai de novembre 1925 à décembre 1927, le consul général Paul-Emile Naggiar a été le témoin des évènements que Malraux transcrira dans La Condition humaine (1933).
Ah, que l'histoire récente chinoise est riche... Et ce n'est pas dans des musées comme celui-ci que l'on pourra en trouver une transcription fidèle... Cumuler les sources, souvent étrangères, pourrait offrir une piste, tout comme les compte-rendus d'anonymes chinois qu'on trouve dans les librairies internationales.

Site du Premier Congrès national du PCC

Mao tout jeune en 1921.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ancre_de_chine 9 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte