Magazine Culture

Quatrième volet de l'Interview d'Oliver Peru

Par Phooka @Phooka_Book


Déjà le tome 4 !! Quels bavards ... :))


Pour lire ou relire le début de l'ITV c'est ici : Tome 1 , Tome 2 et Tome 3
Il est toujours là... :))
Quatrième volet de l'Interview d'Oliver Peru
Book en Stock & Oliv Peru

Difficile de parler de soi. Habituellement, j'évite... Mais, on ne dit pas non à Book en Stock. Je me tiens bien droit, je respire et je me lance. Non, je respire encore... et cette fois j'y vais.


Je m'appelle Oliv(i)er Peru, j'ai sept ans, la tête dans les nuages, je dessine tout le temps et j'adore les super héros et les bouquins. Je passe mon temps à rêver à d'autres univers mais je n'en parle pas, je sens qu'on pourrait me trouver bizarre.
J'ai dix ans, je lis la revue Strange, je suis fan des X-Men, j'adore les films d'horreur et quand je pense à mon avenir, je rêve de tas de choses qui paraissent étranges aux autres. Quand je dis que je veux être écrivain, dessinateur, travailler dans la BD ou faire des films, personne ne me prend au sérieux. On me sourit gentiment et on me dit que je trouverai un vrai métier avant de faire toutes ces choses-là. Je ne comprends pas trop le principe du « vrai métier » alors je m'en moque un peu.
J'ai douze ans, je m'ennuie au collège, je me raconte des histoires et je dessine beaucoup. Je suis cependant moins naïf, j'arrête de croire qu'un de ces quatre matins, je vais être enlevé par des créatures d'une autre réalité pour mener d'incroyables aventures aux côtés de grands rois et chevaliers. L'improbable mécanique des portes spatio-temporelles commence à m’apparaître et je pressens que je vais passer toute mon existence dans notre monde.
J'ai quatorze ans, je passe en seconde. On veut « m'orienter », mais mes rêves sont toujours là. On me répète pourtant souvent que le « vrai métier » est plus important, et que mes passions ne sont que des hobbies que je pourrai exercer une fois que j'aurai une situation. Beaucoup trop compliqué à comprendre, tout ça. Je reste sourd à tous les conseils qu'on me prodigue. Je pense malgré tout qu'il faut que je donne le change et je réfléchis à une nouvelle carrière pour faire bonne figure : footballeur professionnel (je précise que je veux jouer en Angleterre ou en Espagne) ou alors basketteur en NBA (là, je choisis Chicago). Les gens me regardent avec des yeux encore plus ronds qu'avant. « Ben quoi, c'est des vrais métiers, non ? Et puis ça rapporte carrément plus d'argent que les livres ! »
J'ai vingt ans, je m'ennuie à la fac, je n'y vais pas souvent, je dessine et j'écris toujours plus. J'envoie mes œuvres de jeunesse chez quelques éditeurs. Les rares qui me répondent me disent que je dois progresser avant de pouvoir être publié. Je suis déçu, je me trouvais plutôt bon... Je commence à douter. Et si tout ce qu'on m'avait dit depuis vingt ans était vrai ? Et s'il me fallait un « vrai métier » ? Comment je vais m'en sortir... Je suis déjà trop vieux pour la NBA.
J'ai vingt-trois ans. Un éditeur accepte de me faire travailler dans une petite revue. Il me propose de dessiner quelques pages de BD aux côtés d'un scénariste. Je suis heureux, c'est le début de ma carrière, enfin.
Excusez, je m'arrête là. Faut que je file, une porte spatio-temporelle vient de s'ouvrir... Et si c'était pour moi ?On se raconte la suite sur Book en Stock !
****************************
Snow
Bonjour, c'est re-moi
J'aurais une question qui a un rapport avec Druide (et ça me trotte dans la tête depuis hier)L'idée de l'Arbre Vie, est-ce que ça a un rapport conscient avec Yggdrasil (l'arbre monde scandinave) ou l'Arbre de la Connaissance (de la Bible) ou un truc mythologique avec des arbres?
Olivier:
L'Arbre Vie que j'ai inventée pour Druide a effectivement un lointain rapport avec Yggdrasil, cet arbre au centre de tous les mondes dans la mythologie nordique. Sans doute inspiré par sa légende, j'ai voulu moi aussi inventer un arbre roi qui serait à l'origine de tous les cycles de la vie,un arbre gigantesque au centre de toutes les forêts. Mais je voulais que cet arbre reste mythique,qu'il demeure invisible et que nul ne le voie jamais. Je me souviens avoir écrit plusieurs branches de l'histoire dans lesquelles des druides essayaient de le trouver en pensant qu'il pouvait guérir tous les maux, mais j'ai finalement préféré que le premier arbre du monde reste un mystère. Et si je me décide à écrire un second one-shot pour Druide, il y a de fortes chances que cette fois, mes druidesse mettent sur sa piste.

Autrement, à un niveau plus inconscient, je crois que cet Arbre Vie qui me tient à cœur est aussi né de deux visions qui m'ont marqué quand j'étais plus jeune. La première est tirée d'un jeu vidéo Nintendo appelé Secret of Mana. La jaquette du jeu me fascinait. On y voyait les racines d'un arbre géant et je crois que ce visuel m'a profondément marqué. Ma deuxième vision est venue un peu plust ard quand j'ai vu Princesse Mononoké de Miyazaki. J'ai été bluffé par ses dessins, par les rapports entre les personnages et la nature et je me suis senti connecté à cette nature victime et vindicativeont parle le film. Je pense que cela est réapparu dans mon écriture et mon idée de l'Arbre Vie.


Thalyssa
Eh beh ça papote, ça papote ^^ Tu m'as offert un ticket book-en-stock sur la 1ère page, mais j'aurais enchaîné avec d'autres questions de toute façon. C'est la Thaly Ley ^_^
Alors... J'ai été soufflée de voir le pavé Martyrs écrit en plus en tout petit. C'est très dense et pourtant, aucune longueur dans la narration et l'intrigue, je me régale et ai presque fini (je ne lis pas très vite, je savoure chaque phrase mais du coup, je suis un peu à la bourre ^^")
Bref, te souviens-tu combien de temps il t'a fallu pour rédiger une telle pépite ? As-tu des habitudes d'écrivain en dehors des musiques de fond ?
Je vois que tu as un chat toi aussi. T'es-tu inspiré de son caractère pour créer Karmalys ? (tout le monde sait combien les chats sont tyranniques et ne supportent pas qu'on conteste leur autorité naturelle :P)
Olivier:
Merci et pourvu que la fin te plaise ! Quant au temps qu'il m'a fallu pour rédiger ce bébé, je dirais environ six mois. Mais il m'est difficile d'être précis, car je travaille toujours sur plusieurs projets en même temps. Je me souviens avoir écrit les premières lignes du livre le soir du 31 décembre 2011, juste pour me motiver et commencer la nouvelle année avec un nouveau roman sur les bras. Je crois ensuite que j'ai envoyé mon manuscrit final chez J'ai Lu en juillet ou en août.

Quant à mes habitudes ou d'éventuels rituels, hormis la musique qui permet de construire une ambiance, j'avoue que je n'en ai pas vraiment. Ma réponse manque d'exotisme ou de croustillant mais je plonge en général assez vite dans les histoires que j'écris et je me laisse très facilement emporter par mes personnages.Il y a tout de même un truc que je fait, c'est essayer de me mettre dans la peau des personnages, un peu comme les comédiens lorsqu'ils se préparent pour un rôle. Je me souviens que pour Druide et l'esprit médiéval du livre, je passais mon temps dans l'encyclopédie de Viollet-Le-Duc et je crois que je ne me suis pas rasé pendant 2 mois juste pour avoir une grosse barbe en me disant que ça faisait Moyen-Âge.

J.A.E Lou
Bonjour Olivier,
Je n'ai pas de question particulière, car en fait, j'ai déjà une réponse (l'histoire des yeux dorés dans Druide ET Martyrs, j'avais préssenti le lien, ça m'a même frappé quand j'ai lu le premier chapitre de Martyrs, je me suis dis "Ben didonc, il est obsédé par les yeux dorés" ^^).
Je laisse donc juste un message pour dire que de ce que je lis sur Book en Stock, ça me donne encore plus envie de lire Martyrs (duquel je n'ai lu que le premier chapitre) et autres car tu as l'air hyper sympathique et qu'on a vraiment l'impression que tu aimes papoter avec tes lecteurs :)

Olivier:

Bonjour J.a.e Lou,Et merci ! C'est vrai que j'aime rencontrer les lecteurs, échanger avec eux et prendre leur avis. À bientôt donc sur Martyrs.
Nahe:
Bonsoir Oliv(i)er,
je suis plongée dans Druide en ce moment et j'ai beaucoup de mal à en sortir... Déjà merci ! Je suis passée lire l'interview et je retiens cette excellente présentation, je note aussi de me précipiter sur Martyrs. Je retourne à ma lecture, les questions (s'il en reste après ces 3 pages) viendront ensuite. A bientôt !
Olivier:Bonjour Nahe, Bonne lecture sur Druide et pour les questions, je suis encore là pour 15 jours, profitez-en :-)
C’est encore moi !
Je viens de finir Martyrs ^_^
Je redoutais de nombreux passages avec trois tonnes de description et de récits peu captivants pour poser l’univers, et bien je me suis complètement trompé. Comme dans Druide, les intrigues s’entremêlent et tiennent en haleine, même au départ où l’on pourrait croire qu’il faille du temps avant que ça démarre. Dès le début on suit la traque que mène un assassin, l’un des protagonistes principaux, et l’on découvre qu’il s’agit d’un art entre les mains expertes de ce guerrier au sang de dragon. Sa rencontre avec un spectre très particulier attise l’envie de savoir le pourquoi du comment jusqu’à la fin du livre. A chaque fois, la tension de ne redescend que démarrer une nouvelle intrigue qui convergeront toutes dans le même sens. Donc miracle, je ne me suis pas ennuyé une seconde !
Autre miracle, l’écriture est tellement bien ficelée qu’on a l’impression à chaque fois de découvrir les secrets avant que la vérité n’éclate pour on se laisse surprendre systématiquement.
Dernier miracle. En arrivant vers la dernière centaine de pages, une de mes grandes craintes est revenue : « il va falloir que j’attende le tome 2 pour avoir la fin de l’histoire… les boules ». Et bien non, à ma grande surprise la fin du tome 1 se suffit à elle seule. Certes tous les secrets
de l’univers ne sont pas percés mais les principales intrigues sont dénouées y compris celle du spectre. Certes, il y a toujours matière pour un second tome mais je trouve que le premier se suffit à lui-même.
Donc un grand merci.
Denis
PS : le nouveau continent que voudrait découvrir Helbrand ne serait-il pas celui de Druide ? Dans les deux cas les ancêtres des héros ont bu du sang de dragon…
Olivier:

Hé bien, Denis, que dire si ce n'est un gros merci pour tous ces compliments. Je crois me souvenir que vous n'aimiez pas lire, or vous venez tout de même de vous « taper » un pavé de 700 pages ! J'en suis suis ravi, je suis également très touché de votre enthousiasme. C'est en partie pour ça que j'écris, pour faire rêver mes lecteurs comme moi je rêvais quand je lisais des livres plus jeune. J'adore quand on vient me voir en dédicace pour me dire qu'on a pas pu lâcher le livre, qu'on a pleuré, qu'on a eu peur ou qu'on a ri. Je trouve ça génial de faire éprouver tout ça aux gens et de les faire voyager dans mon imaginaire. Quant au lien entre les univers de Druide et Martyrs, je dirai que vous êtes sur la bonne piste ;-)
Mariejuliet
Bonjour, Pas de nouvelles questions, mais j'ai juste envie de dire que je lis avec plaisir les questions et les réponses. Je n'ai pas encore lu Druide (ni martyr), mais il est sur ma liste de "courses" ;-) pour les Imaginales.
Olivier:
Heureusement que les Imaginales sont là ;-)
Thalyssa
 Encore moi ^^" J'espère ne pas paraître pressante en intervenant à nouveau avant que tu aies eu le temps de répondre à ce qui a été dit entre-temps, mais je suis poisson rouge et ai peur d'oublier à nouveau cette question qui me turlupinait un peu :)
On a parlé des yeux d'or des Arserkers, mais pas de leur nom. Un lien avec le mythe des Berserkers, je suppose ?
Olivier:

Bien vu, Thalyssa. J'ai toujours adoré l'idée de ce que pouvait être un berserker mais je ne trouve pas le mot pas très folichon. Selon moi (et c'est un avis très personnel qui n'engage pas toute l'équipe du film), il sonne mal et il n'inspire pas autant de respect et de poésie qu'il le devrait. Et comme cela fait très longtemps que je voulais détourner ce mot pour me l'approprier, je me suis fait plaisir dans Martyrs en créant la nation des Arserkers, une peuplade de guerriers aux yeux d'or. Ainsi, grâce à l'analogie entre les deux mots, sans connaître les Arserkers, quelques lecteurs peuvent préjuger avec raison que ces hommes sont des combattants. J'aime bien jouer avec cela, c'est ce que j'appelle l'intuition des lecteurs. Faire deviner les choses à l'avance, mettre les lecteurs sur des pistes ou détourner un mot pour redonner un sens inconscient à un concept qu'on explique par ailleurs, c'est un exercice qui enrichit le récit.
Saefiel
Bonjour Oliver,
Je vais te tutoyer si tu me le permets. C'est plus sympathique !
Je dois t'avouer que j'ai découvert ton talent il n'y a pas très longtemps, surtout à travers les BD (Zombies notamment, je suis un genre de monomaniaque avec ce genre d'histoire j'avoue). Quand à Druide et Martyrs, ils m'attendent dans ma bibliothèque et j'ai le pressentiment que je ne serais pas déçue, je suis pressée de les commencer dès que j'en aurais finis avec mes exams !
Alors ma question se situe par rapport à ton travail d'écriture:
Est ce que tu as déjà été confronté au phénomène si redouté de la page blanche ? Et, si oui, comment l'as tu surmonté ?
Autre question complètement égoïste :Est ce que tu comptes venir bientôt faire une petite dédicace à Lyon ? :D
Je pars réfléchir à d'autres petites questions ! Merci !
Olivier:
Bonjour Saefiel. Et merci pour Zombies. En ce qui concerne la page blanche, j'avoue ne pas avoir eu à en souffrir. Mais je pense que cela tient au fait que je travaille sur plusieurs projets en simultané et que mon cerveau brasse les histoires en permanence. Quand je travaille, il y a toutefois des moments où je ralentis, où je commence à trouver ce que j'écris moins bon et c'est souvent là que je m'arrête pour changer de projet. Dès que je « sèche », je prend cela comme le signe qu'il est temps de me relancer sur autre chose afin de retrouver de l’énergie. Ainsi, je ne m'ennuie jamais et surtout je ne torture pas mes histoires pour les écrire. Je ne les force pas à venir. Elles sont en permanence dans ma tête et dès qu'elles sont prêtes, elle sortent sur le papier. Quant à Lyon, cela fait bien longtemps que je n'y suis pas passé, donc oui, j'y viendrai un de ces quatre. Parlez en à vos libraires ;-) Autrement, dans les mois qui viennent, je dois bientôt passer en dédicace par Besançon, Épinal, Bayeux, Tours et Saint-Maur-des-Fossés. J’essaie de mettre les dates à jour sur mon blog et sur Facebook.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Phooka 16646 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines