Magazine Cinéma

Shameless (US) - Paul Abbott

Par Anaïs


Shameless (US) - Paul Abbott



Créateur :
 Paul Abbott.

Genre : Tragi-comédie.
Diffusion : Showtime.
Création : 2011.Saisons : 3.Shameless (US) - Paul Abbott

Synopsis :

Pour les enfants Gallagher, la vie est tout sauf un long fleuve tranquille... Fiona, l'aînée, âgée de 20 ans, élève du mieux possible sa sœur et ses quatre frères. Leur mère, Monica, les a abandonnés pour refaire sa vie avec une femme. Quant à leur père, Frank, paumé, chômeur et alcoolique, il dilapide l'argent des allocations familiales... 

De même que Raising Hope, Shameless (US) est ce qu'on appelle une série white trash c'est-à-dire une série centrée sur une ou plusieurs familles "blanches" et pauvres – fauchés, pour être plus exacte.

Si côté littérature, Mille soleils splendides est, à ce jour, le livre qui porte le mieux son nom, côté série, la palme revient inconstestablement à Shameless (US) (littéralement, "sans honte, sans pudeur").Bien que plus aseptisée (américanisée, serais-je même tentée de dire) que sa jumelle britannique, dont elle est le remake, Shameless (US) demeure en effet on ne peut plus politiquement incorrecte. Et pour cause, elle est le fruit de la collaboration de Paul Abbott, créateur de la version britannique et John Wells, réalisateur de The Company Men et producteur (entre autres) d'Urgences (ER) et d'À la Maison Blanche (The West Wing). 

La difficulté majeure était donc, excepté conserver la facture originelle qui se caractérise par une écriture très "crue", de réussir à transposer l'atmosphère de Shameless (UK)qui prend place à Manchester et notamment le mode de vie prolétaire qui y est dépeint dans Shameless (US) qui se situe, elle, aux Etats-Unis et plus spécifiquement à Chicago sans en altérer la vraisemblance. Mission amplement réussie à mon sens !


Les intrigues rocambolesques de Shameless (US) sont en effet doublées d'une mise en scène volontairement rudimentaire qui confère un hyperréalisme troublant – car paradoxal – mais probant à l'ensemble. La série ne manque donc de crédibilité à aucun moment et ce en dépit de nombre de situations pourtant hautement surréalistes où même vous, spectateur, vous qui ne pouvez décemment pas envisager que cela puisse véritablement arriver, finissez par le concevoir.
Bien que ni la liberté de ton, ni la violence des scènes, ni l'humour déjanté n'égalent son homologue britannique, Shameless (US) demeure toutefois ma préférée des deux car la tribu qui la constitue est nettement plus charismatique. Il émane en effet du casting une fraîcheur et une alchimie incroyables : William H. Macy est ainsi parfait en ivrogne invétéré, Emmy Rossum, émouvante en sœur aînée surchargée et Joan Cusack, hilarante en agoraphobe aux pratiques sexuelles pour le moins singulières. 

Le nombre conséquent de personnages (sept chez les Gallagher, sans compter les amis et voisins) occasionne une grande diversité qui se trouve justement être, selon moi, le point fort de la série. Tous ces protagonistes sont en effet d'une richesse inouïe pour les scénaristes qui peuvent dès lors traiter de sujets aussi divers et variés que l'homosexualité, l'éducation ou encore l'addiction. 

Outre le comique de situation, l'humour trivial et cinglant, l'extrême violence ou encore les anecdotes complètement barrées, Shameless (US) est donc aussi et surtout une série poignante. Difficile en effet de ne pas s'attacher à cette famille pleine de bonne volonté – même si les moyens utilisés pour s'en sortir ne sont pas toujours légaux  qui accumulent les galères et semblent ne jamais voir le bout du tunnel !

En résumé, une série déjantée, crue qui vient s'ajouter à la courte liste des remakes américains réussis (derrière The Office évidemment) et qui décrypte avec cynisme et émotion le quotidien d'une famille démunie.Et en bonus, je vous laisse découvrir le générique (que je vénère personnellement !) et qui représente incroyablement bien l'esprit de la série :


Les petit plus

Vous n'êtes pas sans savoir si vous êtes adepte de séries (sinon, eh bien, ce sera désormais chose faite !) que la grande majorité des épisodes (pour ne pas dire tous) s'ouvrent sur un bref retour sur lesévènements les plus marquants des épisodes précédents, souvent amorcé par le traditionnel "Previously on [insérez ici le nom de la série]". Shameless a elle la particularité d'avoir personnalisé, que dis-je, épicé ces résumés, ce à chaque nouvel épisode mais, également, à chaque début de saison. Comme j'ai conscience que, dit comme ça, cela peut rester quelque peu abstrait, voici un petit exemple de ce qui vous attend si vous vous lancez dans la série (naturellement, je n'ai sélectionné que le pré-résumé histoire de ne pas vous spoiler).

N'hésitez pas si : 
  • vous n'avez jamais vu de séries white trash (qu'attendez-vous ?) ;
  • vous appréciez tout particulièrement les ambiances à la Misfits ou à la Skins ;
  • vous êtes tombé sous le charme de Raphaël Personnaz dans La stratégie de la poussette (vous aimerez encore plus son sosie dans la série, Justin Chatwin*) ; 
*À noter également, pour ces messieurs (ou ces mesdames indifférentes au charme masculin), la présence de la lumineuse Emmy Rossum dans la série.

Fuyez si :

  • les intrigues familiales n'ont aucun intérêt à vos yeux ;
  • vous n'aimez pas les séries débridées à outrance ;
*** Le conseil (in)utileCette fois je m'adresse aux papas désespérés, vous qui êtes chaque jour viscéralement blâmés voire détestés par vos enfants (bien souvent en pleine crise d'adolescence). D'abord, rassurez-vous, c'est normal. Ensuite, si vous désirez enrayer le processus et leur prouver ô combien ils ont de la chance de vous avoir, vous et vos imperfections, mettez-les devant Shameless (bon bien sûr, avant, assurez-vous qu'ils sont en âge de regarder cette série un brin trash). Ils ne pourront alors 1. que vous être reconnaissants de leur avoir fait découvrir cette pépite 2. réaliser qu'à côté de Frank Gallagher vous êtes un saint.En savoir plus sur le créateurDu haut de ses 24 ans de carrière, Paul Abbott a plus d'une corde à son arc : acteur, scénariste et producteur, il débute toutefois en tant que consultant pour Coronation Street. En 1994, il obtient le BAFTA de la meilleure série dramatique pour Cracker dont il a produit la deuxième saison et enchaîne dès lors les réussites : ainsi, Clocking Off, The Secret World of Michael Fry ou encore la (très plébiscitée) mini-série State of Play le consacrent comme l'un des meilleurs scénaristes des années 2000. Il créé ensuite Shameless en 2004, une série en partie autobiographique et son remake américain, dont je parle dans ce billet, sept ans plus tard. Enfin, l'année dernière, il a lancé la très remarquée Hit & Miss qui met en scène une tueuse à gages transexuelle et que je vous recommande également fortement (source : wikipedia.org et allocine.fr).


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Anaïs 50 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines