Magazine Culture

Nouvelle Calédonie, fin de la traversée en voilier

Publié le 12 décembre 2012 par Jacquesroad
Malgré quelques nouvelles petites avaries techniques, Tiki finit par atteindre la Nouvelle Calédonie. Le génois a définitivement rendu l'âme et le moteur a souvent des ratés, mais notre embarcation, bien que plus tres etanche, flotte encore. Le 6 decembre, nous aterrissons sur l'atoll de Beautemps-Beaupré, dans les Iles Loyauté. Pouvant enfin ouvrir les bouteilles achetées en duty free à Port-Vila, nous manoeuvrons entre les recifs avec un bon coup dans le nez. Cependant, malgré l'allure totalement freak de notre equipée, nous arrivons, sains et saufs, à Ouvéa. Cette étape marque la fin de ma traversée du Pacifique en voilier et c'est l'heure de dire au revoir à Betina et à Jean-François. Nous fêtons ce retour en " France ", comme on se doit. Nous dégustons un bon vieux camembert, accompagne d'un grand verre de vin rouge : un vrai bonheur, un peu surrealiste sur une plage faisant face au lagon turquoise. J'abandonne ici mes amis, pour rejoindre au plus vite Nouméa, où je dois prendre un avion pour Auckland. J'y ai bientôt rendez-vous avec Capucine, qui profite de ses vacances pour venir partager la prochaine étape néo-zélandaise de ce voyage.
Nouvelle Calédonie, fin de la traversée en voilier
Nouvelle Calédonie, fin de la traversée en voilier
Nouvelle Calédonie, fin de la traversée en voilier
Nouvelle Calédonie, fin de la traversée en voilier
Je ne passe que cinq jours a Noumea. C'est un temps trop court pour me faire une idee des lieux mais, de prime abord, la ville ne me seduit pas vraiment. Le cout de la vie est deux fois plus cher qu'en Metropole et les tensions raciales entre Kanackes et Caldoches sont encore bien tangibles. Je ne me sens pas vraiment a ma place ici et c'est avec plaisir que je retrouve quelques amis navigateurs, dont c'est le port d'arrivee pour passer la saison cyclonique : Vero et Pierre sur Visiteur, Viviana, Manu et Francois sur San Miguel, Torsten sur Blue Nose...
Nouvelle Calédonie, fin de la traversée en voilier
Nouvelle Calédonie, fin de la traversée en voilier
Nouvelle Calédonie, fin de la traversée en voilier
Nouvelle Calédonie, fin de la traversée en voilier
En relisant les differents recits que je viens de faire de cette traversée du Pacifique, je m'aperçois que je n'ai pas assez insisté, voir pas du tout parlé, des aspects difficiles du voyage en voilier. Les images mentent toujours et les photos d'îles paradisiaques que vous voyez sur ce blog se méritent ! Je vous garantis que cela n'a rien à voir avec des vacances sur un bateau de croisière. Voyager en voilier est un véritable sacerdoce. Tout d'abord, un bateau, ça bouge tout le temps, 24 heures sur 24, même un catamaran à l'arrêt. En plus, c'est petit, alors on se cogne partout. Et il s'agit aussi de vivre à plusieurs dans des espaces très restreints, dans la promiscuité, avec très peu de confort. L'eau douce, l'électricité et le gaz sont très limités. Pendant les traversées, on dort peu et par session de trois heures, pour assurer les quarts. Je vous le dis, c'est pas toujours marrant de devoir aller prendre un ris en pleine nuit, sous une pluie battante, quand le bateau roule et tangue dans tous les sens. Et c'est d'autant plus pénible quand le temps change tous les quarts d'heure. Inversement, quand il y a petole et que la mer est lisse comme un lac, il ne faut pas se lasser de passer des journées entières à la regarder. Puis, sur un voilier, il y a la casse et la maintenance. Il faut sans cesse réparer quelque chose si on ne veut pas voir son embarcation rapidement ruinée par l'océan. La mer rouille et pourrit tout, rappelant sans cesse à l'homme qu'il n'a rien à faire là. Le sel dévore aussi les chairs, la moindre plaie bénigne pouvant se transformer en infection grave. Et on ne peut pas dire : " Allez, j'en ai marre, je descends " ou bien : " Tiens, je vais faire un tour " ou encore attendre que le docteur passe. Enfin, c'est dangereux. La règle est simple : si on tombe à l'eau, on est mort ! C'est presque impossible qu'un bateau sous voile ait le temps de faire demi tour pour vous récupérer sans vous perdre définitivement de vue, surtout lors d'un quart de nuit. Parmi tous les bateaux que j'ai rencontré depuis le Panama, beaucoup on eut de gros soucis, qui les ont obligé a ajourner leur voyage. Un Américain, ayant cassé son mât, a dû attendre d'être ravitaillé en fuel pour pouvoir regagner les Marquises au moteur, ce qui lui a pris plus d'une semaine. Un Suisse-Allemand a brisé son safran en passant sur une baleine endormie à la surface. Il a dérivé jusqu'à ce qu'il croise un bateau de pêcheurs, qui a pu l'aider à faire les réparations nécessaires. Des Anglais se sont fait attaquer par des orques, qui ont fini par couler leur bateau et la petite famille a passé plusieurs jours entassée dans son canot de survie, avant de pouvoir etre secourue. J'en passe et des meilleures. Malgré la technologie actuelle, prendre la mer reste une vraie petite aventure. Comme dit le chanteur Renaud : c'est pas l'homme qui prend la mer, mais bien la mer qui prend l'homme ! Alors quand on traverse le Pacifique, cet océan qui fait du tiers de la circonférence terrestre - a bord d'un voilier, on a vraiment le temps de voir à quel point c'est grand - et qu'on a passé plus de huit mois sur l'eau, on ressent parfois une certaine fatigue.
Nouvelle Calédonie, fin de la traversée en voilier
Nouvelle Calédonie, fin de la traversée en voilier
Nouvelle Calédonie, fin de la traversée en voilier
Nouvelle Calédonie, fin de la traversée en voilier
Pourtant, chaque année, environ 200 voiliers se lancent dans un tour du monde. Alors pourquoi s'imposer cela ? Parce que c'est " magique " - j'aime bien ce joli mot qui ne veut rien dire - en fait, pour ma part, c'est parce que j'aime ça, tout simplement,  la mer, sans doute comme tous ces voileux, forcément un peu fous, des aventuriers pas bien fréquentables, pas des gens très normaux, ce qui les rend généralement très appréciables.
Nouvelle Calédonie, fin de la traversée en voilier

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jacquesroad 2 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines