Magazine Culture

La double renaissance d'Henri de Régnier

Par Pmalgachie @pmalgachie

La double renaissance d'Henri de Régnier Les écrivains nous plaisent d’abord par leur œuvre. (Ce qui semble une évidence se perd parfois, à notre époque, dans les effets médiatiques derrière lesquels l’œuvre disparaît.) Mais les écrivains nous plaisent aussi par leurs lectures. Parfois parce que leur finesse apporte un éclairage inédit sur d’autres livres. Parfois parce qu’elles remettent en lumière un nom oublié. Bernard Quiriny, écrivain apprécié pour ses nouvelles et son roman, critique littéraire lucide, vient d’agir en passeur pour rapprocher de nous les textes si lointains d’Henri de Régnier. Henri de Régnier… Ah ! bien sûr, on se souvient qu’il a existé, puisqu’on a croisé son nom ici ou là, généralement dans un contexte historique qui le tient à bonne distance et épargne le besoin de pénétrer dans son œuvre. Situé en parfait équilibre entre deux siècles – il est né en 1864 et mort en 1936 – il semble aujourd’hui avoir été un notable des lettres dont les livres sont trop inscrits dans son temps pour avoir encore quelque chose à nous dire. Et voilà que Bernard Quiriny affirme le contraire. Sans tenter de le hisser à un autre statut que le sien – écrivain mineur, c’est dit et ce n’est pas si péjoratif qu’il y paraît, – il en fait, dans Monsieur Spleen, non seulement un personnage digne d’intérêt, ce dont on se doutait un peu en raison de la place qui fut la sienne, mais aussi l’auteur de livres qui mériteraient d’être lus. En outre, Bernard Quiriny est convaincant. Son analyse passionnée est de celles qui vous donnent envie, toutes affaires cessantes, de prendre le chemin qu’il nous montre. Et tant pis si Henri de Régnier n’est plus guère réédité aujourd’hui – il le sera peut-être davantage demain, puisque le cent cinquantième anniversaire de sa naissance sera célébré en 2014. Les bibliothèques virtuelles offrent des ressources considérables, il est possible d’y trouver la quasi intégralité d’une œuvre qui suscite ainsi une soudaine curiosité. Mais les numérisations diverses fournissent des documents de qualité inégale, peu utiles dès lors qu’on désire aller au-delà d’une simple consultation. Après l’accumulation – 75 fichiers sont désormais rangés dans notre bibliothèque sur disque dur –, il fallait passer à l’étape suivante: la réédition, occasion idéale pour lire et relire, à force de corrections, des pages que l’on s’approprie ainsi un peu. Que choisir dans l’impressionnante production de l’écrivain? Bernard Quiriny a pensé à tout: il a désigné le premier ouvrage qui mériterait de revivre. «Le jour où on rééditera Régnier, il faudra commencer par les Histoires incertaines. Le fantastique connaît ces temps-ci un petit retour en grâce, qui s’explique peut-être par les mêmes raisons que sa vogue au XIXe siècle – dégoût du matérialisme, envie de réenchanter le monde, etc.» La double renaissance d'Henri de Régnier Les voici donc à nouveau, ces Histoires incertaines situées, pour deux d’entre elles, à Venise, ville chérie par Henri de Régnier qui a souvent écrit sur elle. Elles sont pleines d’une rêverie dont l’objet est presque indéterminé. Elles mettent en scène des collectionneurs, des antiquaires, des érudits dans le décor de maisons anciennes chargées d’un passé mystérieux. Elles sont peut-être moins fantastiques, au sens propre, que Bernard Quiriny n’a envie de le croire, mais elles actionnent les mécanismes propres au genre pendant un temps assez long pour faire penser que nous sommes en effet sur ce terrain. Elles ont, surtout, gardé tout leur pouvoir de séduction. Il ne reste plus qu’à les lire. Disponible au format epub (1,99€) et sur papier (170 pages, 10€ + frais de port), la réédition de cet ouvrage, précédée de la préface que vous venez de lire, vient de paraître.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • [CLASSEMENT 2017/2018] - 50 à 41

    50 - VIDA - SAISON 1 (NEW)La relation entre deux soeurs américaine d’origine mexicaine était un sujet qui aurait pu facilement tourner au vinaigre mais par... Lire la suite

    Par  Delromainzika
    CULTURE, MÉDIAS, SÉRIES, TÉLÉVISION
  • [Critique] PAPILLON (2018)

    [Critique] PAPILLON (2018)

    21 Août 2018 Gilles Rolland CRITIQUES 0 commentaire Partager la publication "[Critique] PAPILLON (2018)" FacebookTwitter Titre original : Papillon Note:... Lire la suite

    Par  Onrembobine
    CINÉMA, CULTURE

A propos de l’auteur


Pmalgachie 8645 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines