Magazine Culture

Une critique d'Henri Delorme - Mag-Chic

Publié le 06 mai 2013 par Marc Villemain


Il faut toujours se méfier des apparences… Un livre court n’est pas un petit roman… Celui de Marc Villemain détonne dans l’univers littéraire contemporain par son style d’écriture. Il en va de la haute écriture comme il en est de la haute couture.
L’ouvrage taille un joli costume à ceux qui prennent les anciens pour des vieux débris comme si on admettait une obsolescence programmée du genre humain… De nos jours… ça et là on ne voit que manifestations.. et les vieux vous les imaginez dans la rue?
Et si la colère venait non pas des jeunes, mais des vieux ?
Et si les vieux décidaient un beau jour d’en finir avec un monde qui les marginalise et attend qu’ils s’éteignent en ruminant le passé devant leur poste de télévision ?
On nous bassine avec un soi-disant « nouveau mai 68 ».
Et si les vieux se levaient et entreprenaient tout à coup de chambarder l’ordre du monde ?
Marie et Donatien — lui qu’on appelle « le Débris » —, sont de ces vieux qui vont mener la charge. Deux amants sages, las, pacifiques, n’éprouvant rien de l’antique peur de mourir mais bien désireux de partir la tête haute et de laisser derrière eux un monde pas trop ingrat. Julien, leur fils, a choisi son camp, celui d’une jeunesse en rupture d’histoire, pour entonner la rengaine de l’avenir. Entre eux, le fossé de la révolte.
Le narrateur, ami d’enfance de Donatien, raconte, avec ses mots arrachés à la terre, les minutes de cette improbable insurrection, de cette force tranquille que Donatien aura tenté de ragaillardir jusqu’à l’impensable - et jusqu’au drame.
Ces personnes âgées qui meurent abandonnées dans des EHPAD qu’on n’ose plus appeler maison de retraite au cœur d’interminables discussions de pensions alimentaires.
Un jour, j’ai croisé une grand-mère qui marchait en regardant le sol comme si elle avait peur de lire l’indifférence de notre société tournée vers les jeunes, vers ce culte de l’éternité de la jeunesse… Les vieux du livre marchent le regard fier... Iils refusent la résignation.
Se résigner, n’est ce pas mourir un peu ?
Et si notre société faisait le choix de se débarrasser des ses fardeaux qu’elle pense traîner et qu’un tour de vis budgétaire éliminerait ?
L’heure de la révolte a sonné chez Marie et Donatien prêts à tout... y compris commettre l’irréparable face à leur fils, qui représente l’arrogance de ces jeunes face a ces personnes âgées devant être obligatoirement rentables.
Notre société qui a le culte des chiffres et des profits doit s’interroger sur le sort réservé à ses anciens… Soyons en reconnaissants à Marc Villemain d’avoir posé la question dans ce roman qui, mine de rien, pose beaucoup de questions. Quel monde voulons-nous laisser à nos enfants ?
J’ai découvert la littérature au sens noble du terme au long de ces 88 pages bourrées de charge émotionnelle. Un livre « militant », je dirai de conviction, à lire pour étayer sa réflexion sur soi et sur son devenir…Pour qu’un jour, âgé, on puisse marcher dans la rue… le regard fier.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Marc Villemain 11835 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine