Magazine Cinéma

Passe-passe

Par Ffred

Passe-passe

L'histoire

Une sortie d'autoroute manquée et voilà Darry Marzouki, prestidigitateur au chômage, croisant la route d'Irène Montier Duval, une belle bourgeoise, le sac Hermès rempli de billets de banque. Par amour, elle a servi d'intermédiaire dans une vente d'armes entre un ministre français et la Corée. L'affaire s'est ébruitée. Le ministre veut lui faire porter le chapeau. En fuite, elle propose à Darry de le payer pour qu'il la conduise à Genève dans sa belle BMW.
Le hic, c'est que la BMW n'est pas à Darry. Il l'a volée sur un coup de tête à son beau-frère, petite frappe un tantinet irritable, qui promet de l'étriper s'il ne la rend pas. Ne pouvant accepter la proposition d'Irène, Darry s'invente une identité d'altermondialiste se rendant à Locarno pour un sommet. Irène, qui rêve de changer d'air, se prend au jeu.
Ils ont peu en commun. Ils passeront trois jours ensemble. Trois jours inoubliables... A leurs trousses, des Coréens, la DST, un ministre et le beau frère... Au bout de chemin, l'amour pour l'un, la liberté pour l'autre.

Mon avis

Voilà une réalisatrice, Tonie Marshall, qui après un début de carrière sympathique (Pas très catholique, Enfants de salaud) et une consécration (Vénus Beauté) public et critique (plus une razzia de Césars), n'y arrive plus. Déjà France Boutique laissait à désirer mais était sauvé par un casting très en forme. Au plus près du paradis venait se faire naufrager les stars Deneuve et Hurt. Malheureusement la série continue. Son nouveau film Passe-passe l'enfonce un peu plus dans l'impasse. Très alléchant sur le papier, l'entreprise tourne court et c'est la déception à l'arrivée. Le scénario ne décolle jamais. Le mélange des genres et des thèmes (politique, magouilles, famille, amour...) plutôt que de nous emmener vers une comédie pétillante, drôle et enlevée comme elle aurait pu et du l'être, nous fait mourir d'ennui très vite. Ce n'est pas drôle, et c'est tout de même ce que l'on demande à une comédie ! Ca lorgne beaucoup du côté de Hors de prix ou de Quatre étoiles, qui, s'ils n'étaient pas mes favoris, étaient tout de même plus réussis tant sur le fond que sur la forme. La mise en scène est plate et sans saveur et n'arrive pas à nous intéresser à cette rencontre improbable et aux aventures de ses deux héros. Les acteurs font ce qu'ils peuvent mais pas assez, ils eux aussi l'air de s'ennuyer. Le couple Baye/Baer ne fonctionne pas vraiment, il ne fait pas spécialement rêver. Même les seconds rôles, souvent les meilleurs dans ce genre de film, ne sont pas à la hauteur. On a connu Guy Marchand, Maurice Benichou, Michel Vuillermoz ou Bulle Ogier (elle a quasiment le même rôle que dans Faut que ça danse !) biens plus performants par ailleurs. Seuls consolations : le charme de Mélanie Bernier et la grande gueule de Joey Starr. C'est peu !

Encore raté donc pour Tonie Marshall. On attend d'un metteur en scène de son envergure autre chose qu'une longue mise en image des produits de ses partenaires commerciaux. Finalement la voiture, l'hôtel et les accessoires de luxe sont les vraies stars et les vrais gagnants de cette comédie. Pas vraiment drôle !!!

'Passe-passe' scene (Image 18913945.jpg)

Filmographie Tonie Marshall

Passe-passe
 
Passe-passe
 
Passe-passe

Passe-passe
 
Passe-passe
 
Passe-passe

Tu dois activer le JavaScript pour afficher cette vidéo. &
 

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Ffred 143 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines