Magazine Beauté

Promised land (Gus Van Sant)

Publié le 07 mai 2013 par Carnetauxpetiteschoses @O_petiteschoses

Fraichement débarqués dans un village rural, pour une période courte et circonscrite, Steve Butler et sa collègue Sue, font partie de la firme Global. Leur travail consiste à recueillir auprès de la population le maximum de signatures pour procéder à l’extraction du gaz de schiste qui se trouve sous leurs pieds. Mais la valeur de cette entreprise est remise en question. En d’autres termes, et pour simplifier, cette action n’est-elle pas une menace environnementale ? Est-ce vraiment la bonne action à effectuer ? Est-ce pour un bien ? Craignant toute opposition, qu’elle vienne d’un des habitants ou d’un environnementaliste quelconque, les deux collègues s’installent en ville, et n’ont que quelques jours pour rencontrer les habitants.

promised-land-matt-damon-frances-mcdormand

Filmés dans leur quotidien, nous suivons le tandem dans toutes leurs tâches, qu’elles soient anodines (faire les courses, aller se détendre dans un bar…) ou fastidieuses comme de faire du porte-à-porte pour convaincre les gens. Ce faisant nous commençons à nous ranger de leur côté, impliqués dans leur entreprise par cette proximité recherchée. Pour une fois, nous sommes du côté des « méchants ». Car en effet, le doute plane sur les implications et les conséquences de l’extraction du gaz de schiste. N’est-ce pas condamner davantage ces habitants déjà criblés de dettes, en menaçant notamment leur santé ? N’est-ce pas promettre à des gens dans le besoin, un avenir meilleur à tort ?

A mesure que les deux collègues développent leur discours, ils essaient aussi bien de convaincre leur interlocuteur que de se persuader eux-mêmes de la justesse de leur acte. D’autant que Steve Butler, adepte du demi-mensonge, amoindrit les faits, ou en dissimule une partie de manière à ce que la réalité ne soit pas trop difficile à supporter pour ceux à qui s’adresse. Cette faculté de mentir compulsive lui est d’ailleurs reprochée par Sue un peu plus tard dans le film. Le tandem d’acteurs, porté par Frances McDormand, révèle un héros, Steve Butler (Matt Damon) en pleine crise d’identité.

Promised Land

Brusquement face à l’opposition d’un des habitants, Frank Yates, professeur, mais aussi un ancien ingénieur de chez Boeing qui soupçonne justement les risques environnementaux, provoqués par la fraction hydraulique (le procédé d’extraction) qu’il place au-dessus des avantages économiques ; Steve est ébranlé dans ses convictions. S’ouvre alors un questionnement intéressant sur son propre travail, en même temps que sur les notions de Bien et de Mal. Rapportées au domaine très pratique et sur lequel il est parfois difficile de prendre du recul (ou tout du moins de remettre en question), du travail quotidien. Ici on est contraint de se poser, d’ailleurs les deux collègues prennent le temps, ils sont contraints de prolonger leur séjour. Serait-il possible d’avoir la conscience tranquille tandis que l’on ment à des gens sur leur avenir ? Comment défendre une cause aussi peu noble ? Pris dans ce dilemme, Steve se bat contre ses doutes et contre lui-même, jusqu’à l’arrivée d’un rival de taille.

Promise Land

Dustin, est l’environnementaliste que Steve et Sue redoutaient tant de voir. Beau garçon et beau parleur, il s’emploie à convaincre la population du village du côté néfaste de l’entreprise Global. Il déploie une armada de moyens, et rallie à sa cause avec facilité bon nombre d’habitants. C’est l’homme à abattre pour Steve qui se dresse contre lui de toutes ses forces. Ce double apparait effectivement comme son opposé, à l’aise là où il ne l’est pas, lui mettant une distance dans la vue sur chaque tableau. Dustin est bien accueilli, il sympathise avec les habitants, sort avec la jolie fille du village, et s’allie avec Frank Yates. A l’inverse, Steve est diabolisé et n’a pas toutes les chances de son côté (même la météo lui fait défaut pour la foire qu’il organise).

Dans le déroulement de l’intrigue, on ne peut pas faire l’économie de saluer le scénario qui réserve des surprises. C’est réussi et on ne s’y attend pas. Pour Steve, le coup dur est porté par une dissolution du méchant, une prise de conscience d’un vide, qui le ramène directement à son questionnement initial, à savoir si ce qu’il fait est juste.

promised-land-movie-Steve&Alice

L’issue qu’il trouve est malheureusement ponctuée de phrases moralisatrices un peu gratuites et inutiles, sur le fait de savoir prendre soin de quelqu’un ou de quelque chose. Est-ce parce que je m’attendais à ce que le réalisateur élève le film au rang d’Elephant (pour ne citer qu’un de ses films), que la fin m’a un peu déçue ? J’en retiens tout de même le traitement de la question de l’éthique et du travail, et le twist final.

A voir :
Promised land, un film américain de Gus Van Sant (1h46)

Articles en rapport:


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Rubens, Van Dyck, Jordaens et les autres, Musée Marmottan

    Rubens, Dyck, Jordaens autres, Musée Marmottan

    Cornelis Schut (Anvers, 1597 – Anvers, 1655), Suzanne et les vieillards Huile sur toile, 118,7 x 107,5 cm Acheté en 2008 au marchand d’art Jacques Leegenhoek,... Lire la suite

    Par  Kenza
    BEAUX ARTS, CULTURE
  • Le projet Muller van Severin

    Composé par la photographe Fien Muller et l’artiste Hannes Van Severen, – qui n’est autre que le fils du célèbre designer Marteen Van Severen -, le projet... Lire la suite

    Par  La Maison Suspendue
    BEAUX ARTS, CONSO, CULTURE, DESIGN ET ARCHITECTURE, GRAPHISME
  • Couvent de Sant Francesc – David Closes

    Couvent Sant Francesc David Closes

    Dans la petite ville catalane de Santpedor, l’architecte David Closes a réhabilité le couvent de Sant Francesc datant du XVIIIe, en salle de spectacle ave... Lire la suite

    Par  One360
    CULTURE, MÉDIAS, SOCIÉTÉ
  • Soldat d’aplomb : Liesa Van der Aa – TROOPS (album)

    Soldat d’aplomb Liesa TROOPS (album)

    Liesa Van der Aa – TROOPS (cover album)On aurait pu titrer cet article « Eloge d’une femme-mur » tant l’écoute de TROOPS laisse comprendre que Liesa Van der Aa... Lire la suite

    Par  Greencatsbabies
    CULTURE, MUSIQUE
  • La bague Menottes Dinh Van

    bague Menottes Dinh

    La maison de joaillerie Dinh Van, créée en 1965 par Jean Dinh Van, a créé les menottes enlacées . Symbole fort et audacieux, les Menottes dinh van sont... Lire la suite

    Par  Framboise32
    CINÉMA, CULTURE
  • Ron van der Ende – Sculpture en Relief

    Ende Sculpture Relief

    L’artiste plasticien néerlandais Ron van der Ende est spécialisé dans le bas-relief mural construit à partir de bois récupéré, en s’inspirant de... Lire la suite

    Par  One360
    CULTURE, MÉDIAS, SOCIÉTÉ
  • Impression Domino de Dinh Van

    Impression Domino Dinh

    Impression Domino est une collection de bagues qui vient compléter La collection Impression de la maison Dinh Van. Les bagues se déclinent en Or blanc, or... Lire la suite

    Par  Framboise32
    CINÉMA, CULTURE

A propos de l’auteur


Carnetauxpetiteschoses 1154 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte