Magazine Culture

Loi Hadopi, SNEP et filtrage P2P

Publié le 19 avril 2008 par Sdc
loi hadopi

Avez vous déjà entendu parler de la loi Hadopie ?
Pour comprendre ce qu'est la loi hadopi, voici quelques liens que vous n'aurez pas manqué d'archiver dans vos favoris et autres bookmarks.
En ces temps où l'actualité du rapport entre l'industrie musicale et le monde numérique est passionnante.

Les tests de filtrage des réseaux P2P menés par le SNEP ne semblent pas concluants. Cela pourrait couter plus cher de filtrer que de laisser faire. Autant d'articles qui hérissent le poil de ladite organisation qui communique via son président : Hervé Rony. Via Electronlibre.info

Le parlement Européen de son côté signale aux autorités culturelles gouvernementales que le projet de loi Olivennes, rebaptisé loi Hadopi n'a qu'un défaut : la riposte graduée est assimilée à une violation des droits fondamentaux et des droits de l'Homme. Un détail dont notre ministre de la culture se fout puisque "Le Parlement européen n'a pas une bonne compréhension de ce que nous allons faire et nous allons le leur expliquer". C'est vrai que ce parlement est composé d'un ramassis d'analphabètes.
Immédiatement une réflexion heurte mon esprit :
Je ne suis pas député, à peine lettré et j'ai moi aussi besoin d'explications. Via Numerama.com

Sur les sujets de la surveillance du net, du filtrage et autres réjouissances panoptiques lisez la Quadrature du Net. Site internet citoyen qui a le mérite de démêler l'écheveau de désinformation pour mettre les choses au clair et en liens.

Autant d'articles qui me donnent envie de poser une question à l'industrie musicale : tu manges banane ?


Retour à La Une de Logo Paperblog

LES COMMENTAIRES (4)

Par toto
posté le 12 septembre à 15:59
Signaler un abus

NON A LA REPRESSION NON A LA DISPARITION DE LA COPIE PRIVEE

OUI A LA LIBERTE D’ECHANGER DES ŒUVRES ENTRE PARTICULIERS SUR INTERNET OUI A UNE REDEVANCE POUR REMUNERER LA CREATION ARTISTIQUE

La solution de licence globale a été imaginée pour permettre de légaliser les échanges non commerciaux d’œuvres entre particuliers contre le paiement d’une redevance*.

Cette solution avait été partiellement adoptée à l’Assemblée nationale, le 21 décembre 2005. La licence globale a cependant été écartée lors de la reprise des discussions, en mars, dans le cadre de manœuvres procédurales particulièrement douteuses, à la suite d’une vaste campagne de désinformation organisée par les opposants à cette licence.

Mais il n’est pas trop tard ! Le Sénat doit se prononcer à son tour, au courant du mois de mai, sur le texte du projet de loi sur le droit d’auteur adopté le 21 mars dernier à l’Assemblée nationale.

D’ici là, signez la pétition contre la répression et pour une solution de légalisation des échanges d’œuvre sur internet.

Mobilisez-vous en diffusant la pétition auprès de vos proches.

  • L'Alliance Public-Artistes rappelle que la licence globale optionnelle n'a pas vocation à couvrir les téléchargements effectués sur les sites commerciaux.

Signer la pétition - Voir les signataires

Contact

Par toto
posté le 11 septembre à 19:18
Signaler un abus

La copie privée *peut avoir comme source une œuvre achetée par le copiste ou reçue suite à la diffusion (dans le cas de la diffusion d'un film à la télévision par exemple). La question de la licéité de la source reste en suspens : l'exception de copie privée suppose-t-elle que le fichier à partir duquel est fait la copie soit licite? La Cour de cassation, dans son arrêt du 30 mai 20062, avait évoqué ce point en reprochant à la cour d'appel de Montpellier3 d'avoir relaxé un étudiant accusé d'avoir copié illégalement 509 films sans se prononcer sur le caractère licite ou non de la source. L'affaire avait été renvoyé devant la cour d'appel d'Aix-en-Provence. Celle-ci a éludé cette question en fondant la condamnation du jeune internaute sur le fait qu'il prêtait les CD litigieux à ses amis et dépassait ainsi le cadre de l'usage privé. *La copie privée ne doit pas être confondue avec la copie de sauvegarde qui concerne notamment les logiciels, et qui se limite à des sources acquises par le copiste, sans redistribution.

Par Oo)••(oO
posté le 02 juillet à 09:28
Signaler un abus

Mort de rire !!! Le gouvernement ce croit capable de nous stopé avec leur loi à deux balle ? Ils n'ont vrément rien compris.

Par anonyme
posté le 13 mai à 12:49
Signaler un abus

Bonjour je m'appel Jean Philippe MAURER. Je suis député UMP de la 2ème circonscription de Strasbourg. J'ai voté POUR Hadopi car j'ai rien compris à la loi alors j'écoute les ordres de Nico. J'habite 60 rte Polygone 67100 STRASBOURG et mon réseau estcrypté en WEP ou WPA. Veuillez éviter de me le pirater s'il vous plait.

A propos de l’auteur


Sdc 17 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog