Magazine Beaux Arts

La naissance de la démocratie à Athènes au Ve siècle av. J

Par Abdesselam @abdesselam

Pnyx

Avec la chute du tyran Hippias va naitre à Athènes du Ve siècle un autre art du pouvoir politique basé sur des règles sophistiquées et éclairées : les Athéniens viennent de créer la démocratie.
La démocratie : signifie que la souveraineté appartient à tout le peuple.
En particulier, cette souveraineté doit être étendue au petit peuple, par opposition à la souveraineté des miliaires, propriétaires fonciers et  aristocrates qui se partageaient le pouvoir sous les anciennes tyrannies.
Pour éviter le retour de tyrans tel que Hippias ou l’usurpation d’un pouvoir par un groupe, les Athéniens vont mettre en jeu des dispositifs efficaces. En voici  quelques exemples :

  • Le pouvoir est au centre c’est-à-dire n’appartient pas a un groupe au détriment d’un autre.
  • La cité est un concept abstrait qui le bien de tous et non pas un bien matériel pouvant appartenir a une élite.
  • Les stratèges sont élus pour une période de un an renouvelable exceptionnellement par décret. De plus un stratège ne gouverne pas seul ; mais au sein d’un collège de 10 personnes,  pour éviter la confiscation de la souveraineté par une personne unique et le retour au pouvoir absolu.
  • À la fin de leur mandat, les élus peuvent répondre individuellement de leur conduite, si un simple citoyen juge leurs gestions des affaires douteuses.  Périclès lui-même bien que puissant stratège sera attaqué par ses ennemis pour gestion fastueuse et devrai s’expliquer sur les dépenses de son ami Phidias.

Les institutions démocratiques athéniennes.

L’ecclésia

C’est le noyau de la démocratie athénienne. C’est un assemblé qui regroupe tous les citoyens. Cette assemblée se tient sur la colline du Pnyx (et non pas à l’Agora !!).
L’ecclésia va s’organiser progressivement pour devenir périodique. Tous les citoyens sans exception peuvent assister a cette assemblée.  Du reste on va mettre en place un système d’indemnité pour ceux qui ne peuvent s’y rendre pour des motifs sérieux. (Éloignement géographique, perte de rentrées d’argent pour les artisans, pauvreté, etc.)
À l’ecclésia les citoyens discutent des lois proposées par la Boulé. C’est à l’ecclésia que sont tirés au sort les magistrats de la Boulé, que peut se décider un ostracisme.
Seule l’Ecclésia peut décider de la guerre et de la paix.
Les citoyens par l’intermédiaire l’ecclésia peuvent également gérer les finances de la cité.

La Boulé.

La Boulé est un conseil de 500 personnes tirées au sort parmi les citoyens. En pratique, chacune des dix tribus d’Athènes présentait 50 bouleutes tirés au sort.  On ne peut être bouleutes plus de 2 fois au cours de son existence. Ce qui laisse donc la possibilité à tous les citoyens d’accéder a cette fonction. La boulé est chargé d’élaborer les décrets qui seront ensuite présentés devant l’assemblée de l’Ecclésia pour un vote de tous les citoyens.

À côté de ces deux institutions principales, il faut citer l’Héliée qui était le tribunal du peuple. L’Héliée est composée de 6 000 citoyens de plus de 30 ans (les héliastes), ils étaient chargés de rendre la justice. Les membres de l’Héliée étaient désignés par tirage au sort tous les ans par l’Ecclésia.
Les Héliastes perçoivent une indemnité (triobole) pour mener à terme tous les débats.
Le temps de parole de défenses et accusation est mesuré par une clepsydre.

La notion de citoyen à Athènes.

Le citoyen est à la base de la démocratie athénienne. Pour être citoyen à  Athènes du Ve siècle il fallait avoir un père citoyen. Les métèques, les esclaves sont exclus. Être de sexe masculin.
Il fallait subir une série d’éducation dont la plus importante est l’éphébie qui est un apprentissage de deux ans dès l’âge de 18 ans.

Finalement la démocratie athénienne est une démocratie directe où participent tous les citoyens
de façon effective. Il serait intéressant de transposer  non pas ces intuitions eux-mêmes, mais l’état l’esprit qui a motivé élaboration de ces institutions.

Quelques acteurs de la démocratie d’Athènes:

Périclès

pericles

Clisthene

clisthene

Thucyde

Thucyde

Note :
c’est à Clisthène qu’on doit les réformes démocratiques en 508 av. J.-C.
Thucydide  naissance 460  av. J.-C et décès 495 ou 400 av. J dira :
« Du fait que l’État, chez nous, est administré dans l’intérêt de la masse et non d’une minorité, notre régime a pris le nom de démocratie ».
« La démocratie en confiance avec l’intelligence »



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Abdesselam 116 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte