Magazine Culture

Les émeutes de la faim

Publié le 21 avril 2008 par Jcgbb

emeutes-de-la-faim-a-haiti-par-toiouvrant.1208730415.jpgEgypte, Cameroun, Côte d’Ivoire, Ethiopie, Madagascar, Philippines, Indonésie, Haïti : ces pays et d’autres ont vu ces derniers temps leurs populations protester contre l’inflation du prix du riz, du blé, du maïs. Et ces émeutes de la faim ne sont, dit-on, qu’à leur commencement. Et cela se comprend.

La première cause est purement arithmétique. En Indonésie par exemple les familles dépensent la moitié de leur revenu pour s’alimenter ; ailleurs la proportion peut monter jusqu’aux trois quarts. Mettons que le reste aille au logement et au transport, et faisons varier les prix.

Connaissant l’ordre des besoins humains, qui donne la priorité à la faim, la montée du prix des denrées aura pour conséquence l’impossibilité de s’acquitter de ses autres dépenses. Non paiement qui place aussitôt la majeure partie de la population dans l’illégalité, et conduit aux violences.

La seconde cause est politique. Connaissant les exigences des hommes, l’impossibilité de subvenir à leurs besoins sans qu’il en aille de leur faute sera à leurs yeux une cause légitime de révolte. Car personne ne consentira à obéir à un pouvoir incapable d’assurer la survie de ceux qu’il gouverne.

Soit un contrat stipulant que j’obéirai aux lois de l’Etat à condition de mourir de faim. Il faudrait avoir perdu tout bon sens pour l’accepter. Mais, comme dit Rousseau, la folie ne fait pas droit. Une telle convention entre un peuple et son gouvernement est donc illégitime et nulle. Dès que la subsistance des sujets n’est plus assurée, le pacte social est rompu.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jcgbb 2111 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine