Magazine Culture

[poètes] Walter Benjamin, par Jean-René Lassalle

Par Florence Trocmé

BenjaminWalter Benjamin (1892-1940), Allemand juif, marxiste et antifasciste, appartient certes à l’histoire de la philosophie et à ces écrivains qui nourrissent les idées d’un présent mouvant vers le futur. Mais il se laisse aussi entrevoir par le kaléidoscope de la poésie – certains de ses textes dans Sens unique ou Images de pensée fonctionnant comme poèmes en prose -, attiré-repoussé comme d’autres philosophes par cet art. Platon chasse les poètes de la cité mais Nietzsche écrit des vers et Maria Zambrano dans Philosophie et Poésie (1946) propose une complémentarité, dans l’emploi du médium langage, entre une recherche analytique de vérité et un art de l’extase à paradoxes. Ainsi Walter Benjamin, traumatisé par le suicide anti-guerre de son jeune camarade d’université le poète Fritz Heinle en 1914, finira par lui dédier un cycle de 50 sonnets (plus quelques autres) écrits entre 1915 et 1925, qui donnés en 1940 à George Bataille au milieu d’autres textes qu’il jugeait importants en fuyant les Nazis, ne seraient retrouvés à la Bibliothèque Nationale de Paris par le philosophe Giorgio Agamben qu’en 1981 et publiés en 1986 en Allemagne. Les sonnets de Walter Benjamin sont de forme classique (4/4/3/3 métrés rimés), peuvent sembler résonner de Rilke ou Stefan George, ou n’appartiennent apparemment pas à sa philosophie démystifiante mais quelque part une voix originale alimente, parfois illumine ces poèmes qui dépassent le thérapeutique ou l’élégie, vers une poésie pensée. Walter Benjamin, qui dans « La tâche du traducteur » (1921) offre sa conception exigeante et mystique d’un « pur langage », qui dans « L’œuvre d’art à l’ère de sa reproductibilité technique » (1936) considèrera la perte d’aura de l’art dans sa multiplication industrielle, qui dans « Thèses sur l’histoire » (1940) dessinera l’ange de l’histoire allant vers le futur en se retournant sur les massacres du passé, a peut-être aussi tenté de se réapproprier l’angélisme de son ami poète et l’aura d’un art qui métamorphose le langage, en insérant ses particulières images de pensée dans la tradition occidentale de la savante boîte à musique du sonnet. Temporairement, car comme semble-t-il, dans son interprétation de l’évolution entre « Deux poèmes de Friedrich Hölderlin » (1915), les dieux tragiques et la beauté du soleil peuvent être remplacés par le rayonnement de la pensée. 
[Jean-René Lassalle]    
 
Bibliographie sélective : 
Sonette, Suhrkamp 1986 
Iluminationen, Suhrkamp 1977   (belle anthologie représentative, sans les sonnets) 
Traduction en français (choix): 
Œuvres I, II, III, Folio Essais 2000. 
Sens Unique, 10/18 2001 
Images de pensée, Bourgois 2011 
Allemands, Théâtre Typographique 1992 
Europe n° 1008, avril 2013, numéro spécial sur Walter Benjamin 
Il ne m’a pas été possible à ce moment de voir une autre version française des Sonnets de Walter Benjamin, mais certains auraient été traduits par Philippe Lacoue-Labarthe et Alexander Garcia-Düttmann. 
Sitographie : 
•Fritz Heinle, le poète dédicataire des Sonnets de Walter Benjamin, dans Poezibao  
•Textes et photos sur Shadowtime, l’opéra avant-gardiste du compositeur anglais Bryan Ferneyhough et du poète nord-américain Charles Bernstein sur la descente aux enfers du penseur Walter Benjamin :  
•Un philosophe poète vu par un poète philosophe : « Temps d’ombre », le livret de Charles Bernstein pour Shadowtime traduit en français par Juliette Valéry.

Photo ©florence trocmé, exposition Zerstörte Viefalt, actuellement à Berlin : comment l'extraordinaire vie culturelle berlinoise, dans toute sa diversité, a été tuée par les Nazis entre 1933 et 1938....  


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 14972 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines