Magazine Beaux Arts

Images de l’amour

Publié le 27 mai 2013 par Christianpoulot @lemodalogue

only-you-only-me-8
Lara Gasparotto

Jusqu’au 2 juin se tient l’exposition Only you Only Me, images de l’amour, amour de l’image. Mon amour pour les designers belges et ma curiosité m’ont poussé ce jour-là à ouvrir les portes du Centre Wallonie-Bruxelles.

 

Je ne connaissais aucun des quatorze photographes ou vidéastes listés, hormis Erwin Olaf, ce dimanche fut donc placé sous le signe de la découverte. Parmi ceux qui m’ont le plus particulièrement ému Lara Gasparotto (née à Liège en 1989) capte ses amis dans leur quotidien et leur intimité, pose un regard attentionné (amoureux?). Quelque chose de Nan Goldin que j’apprécie particulièrement.

only-you-only-me-9

Lara Gasparotto

Chez Chrystel Mukeba, c’est l’évocation du temps qui passe, de la vieillesse (elle à photographié sa grand-mère), de l’absence à travers une nature morte qui m’interpelle.

Qui ne s’est jamais posé ces questions: « A quoi pense cette vieille personne assise en face de moi? », « Ressasse-t-elle des souvenirs de jeunesse? », « Quelle conscience du présent a-t-elle? » ou veux-t-elle simplement comme la Divine Garbo qu’on la « Leave me alone! »

only-you-only-me-11

Chrystel Mukeba, Confrontations (2009-2011)

« Un seul être vous manque et tout est dépeuplé », écrivait Alphonse de Lamartine, dans son poème L’isolement. Il y a beaucoup de solitude et sans doute beaucoup d’amour dans les instants suspendus du photographe de renommée internationale, Erwin Olaf.
La tension qui règne dans ces intérieurs froids à l’esthétique de magazine de mode va de pair avec l’intensité des sentiments qu’expriment ses personnages suite à un amour perdu(?), un amour absent(?).

only-you-only-me-13

only-you-only-me-18

only-you-only-me-14

Et que dire de la série intitulé Neige, du photographe Capitaine Longchamps (né en Belgique en 1953). Chaque personnage masculin du film « un peu d’amour » (1923) est recouvert de pointillés blancs évoquant la neige, méthode de prédilection de recouvrement et d’interprétation des images baptisée « neigisme » par le photographe. Elle donne à sourire de par son caractère un peu iconoclaste, mais ne manque pas de nous interpeller sur la place de « l’autre » dans la relation.

only-you-only-me-1

La série d’Antonio Caballero, ci-dessous, est une de mes préférés. Le photographe mexicain saisi des instants à vive teneur dramatique, on croirait à des scènes de films latins où règnerait une haute tension entre les sexes, siège de la passion.

Regards brulants, guns, adultère, macho men

only-you-only-me-2

Antonio Caballero, « Revista Capricho » (1960-1980)

only-you-only-me-3

Antonio Caballero, « Revista Capricho » (1960-1980)

only-you-only-me-4

Antonio Caballero, « Revista Capricho » (1960-1980)

only-you-only-me-19

Antonio Caballero, « Revista Capricho » (1960-1980

Que nous l’aimions ou la haïssions comme le disait André Gide, la famille et les souvenirs que nous créons avec elle, reste indispensable à notre développement. Plonger dans les albums de famille est souvent un moment riche en émotion. Que faire alors lorsque l’on est privé de ces « archives familiales »?

Le photographe Willy Del Zoppo, nous livre, à sa manière, une réflexion sur le temps qui passe. De vieilles photos de famille glanées dans divers marchés aux puces ou brocantes servent de support à son travail. Il met en scène ces anciennes photographies dans un nouveau contexte.
Ces photos dans leur nouvelle situation, ne demandent qu’à être « recueillies », « réappropriées » et ce dans une démarche solipsiste (soit les intégrer à la réalité, l’existence certaine de l’artiste) afin d’imaginer l’histoire de ces anonymes.

only-you-only-me-17

Willy Del Zoppo, « Les Archives solipsistes », 2011

only-you-only-me-16

Willy Del Zoppo, « Les Archives solipsistes », 2011

Pour clore l’exposition j’ai été fasciné par les vidos de Nicolas Provost. L’effet de répétition dans une œuvre artistique, que ce soit en musique, photographie ou peinture m’a toujours séduit.
Dans « Gravity », 2007 Nicolas Provost superpose des bouts de vidéos issues de standards hollywoodiens. Tous ces extraits ont a trait avec l’amour (baisers, étreintes passionnées…). De par l’effet de scintillement provoqué par le montage, cette vidéo vient exciter notre regard. Les sourires, les corps à corps s’enchaînent mais ne sont jamais exactement les mêmes tout comme les images de cette séquence vidéo. « Gravity » à un effet hypnotique comme lorsque l’on est sous le charme de l’être aimé.


« Only you, only me, images de l’amour, amour de l’image » (jusqu’au 2 juin)
Centre Wallonie-Bruxelles
127-129 rue Saint-Martin 75004 Paris


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Christianpoulot 2726 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte