Magazine Culture

[notes sur la création] Pierre Dhainaut

Par Florence Trocmé

«  J’ai toujours eu en écrivant la certitude, charnelle, d’une force qui vient du plus intime de nous-même, qui nous projette vers ce que nous devrions nous interdire de nommer : le travail n’est à ce point opiniâtre que pour permettre au langage de ne pas la tromper, de s’accomplir en l’épanouissant. Je ne m’explique pas autrement le paradoxe du poème, de son chant comme de son silence : il tient et à la fois ne tient pas à ses mots… Un poème lorsqu’il s’achève élargit comme il recueille, nous n’avons pas fini et nous pesons moins. Si nous n’éprouvons que la sensation du ressac, de la chute, c’est que nous ne l’avons pas mené là où nous retrouvons le monde et les autres, la terre des souffrances et des joies, dans la ferveur accrue, la ferveur qui est le seul sacré. »
Pierre Dhainaut, La Parole qui vient en nos paroles, Ed. L’herbe qui tremble, 2013, dans  « Entretien avec Patricia Castex Menier », p.62-63. 
[choix de Sylvie Fabre G.]  


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 14972 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines