Magazine Culture

La fille automate, Paolo Bacigalupi

Publié le 28 mai 2013 par Bouquinovore @bouquinovore

La fille automate, Paolo Bacigalupi Auteur: Paolo Bacigalupi Titre Original: The Windup Girl Date de Parution : 2 mai 2013 Éditeur : J’ai lu Nombre de pages : 638 Prix : 8,00€ 7,60€


Quatrième de couverture :A la fin du XXIe siècle, après un krach énergétique, la calorie est devenue l'unité la plus recherchée. Anderson Lake travaille en Thaïlande pour une multinationale agroalimentaire. Il rencontre Emiko, une fille automate qui n'est pas humaine mais un être artificiel programmé pour satisfaire les désirs des hommes d'affaires de Kyoto.
Extrait - Non. Pas de mangoustan. (Anderson Lake se penche, l'index en avant.) Je veux celui-ci. Kaw pollamai nee khap. Celui à la peau rouge avec les poils verts. La paysanne sourit, dévoilant des dents noircies par le bétel et désigne une pyramide de fruits entassés à côté d'elle. - Un nee chai mai kha ? - C'est ça. Ceux-ci. Khap. (Anderson hoche la tête et se force à sourire.) Comment les appelle-t-on ? - Ngaw. Elle prononce le nom lentement, par égard pour ses oreilles étrangères, et lui tend un échantillon. Anderson prend le fruit en fronçant les sourcils. - C'est nouveau ? - Kha. Elle opine. Anderson fait tourner le fruit dans sa main, l'étudié. Cela ressemble plus à une anémone de mer au ton criard, ou à un poisson-globe étrangement velu, qu'à un fruit. Des vrilles grossières saillent de toutes parts, lui chatouillent la paume. La peau du fruit a la couleur de la rouille vésiculeuse mais, quand il le renifle, il ne flaire aucune odeur de pourriture. Il semble parfaitement sain, malgré son apparence. - Ngaw, répète la paysanne puis, comme si elle lisait ses pensées : Nouveau. Pas rouille. Anderson hoche distraitement la tête. Le soi du marché autour bruisse des chalands matinaux de Bangkok. Des montagnes de durians emplissent les allées en piles puantes tandis que les poissons à tête de serpent et les plaa à nageoires rouges éclaboussent les passants depuis leurs bassins. Des bâches polymères d'huile de palme ploient sous la fournaise du soleil tropical, ombrant le marché avec leurs figurations peintes à la main de sociétés maritimes ou du visage de la Reine Enfant révérée. Un homme le bouscule, des poulets carmin à la main levée haut, qui se débattent et caquettent leur outrage, en route vers l'abattoir ; une femme en pha sin coloré marchande en souriant avec les vendeurs, faisant baisser les prix du riz U-Tex transpiraté et de la nouvelle variante de tomates. Rien de tout cela ne touche Anderson. - Ngaw, répète la femme, cherchant à attirer son attention. Les longues vrilles du fruit lui chatouillent la paume, le mettant au défi de reconnaître son origine. Un nouveau succès thaï dans le piratage génétique, de même que les tomates, les aubergines et les piments qui débordent des étals avoisinants. Comme si les prophéties grahamites se réalisaient. Comme si saint François lui-même se retournait dans sa tombe, agité, se préparant à traverser le monde avec le trésor des calories historiques perdues 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bouquinovore 17957 partages Voir son blog

Magazines