Magazine Concerts & Festivals

Uli Jon Roth Band au Spirit of '66 de Verviers, le 27 mai 2013

Publié le 27 mai 2013 par Concerts-Review

Uli Jon Roth Band - 2013.05.27 - Spirit of '66 Verviers

582083_10151628632569301_111880968_n.jpg

983788_10151628719219301_1289678754_n.jpg

Contrairement à Michael Schenker le 10 mai dernier, Uli Jon Roth n'a pas fait "sold out" hier au  

Spirit of '66 et c'est bien dommage car au niveau talent, ce fan de Jimi Hendrix et adepte de la Sky guitar est aussi talentueux, sinon plus que le blond germain.

 En 2h25 de concert, Uli nous a livré un aperçu de son immense talent sans donner dans l'autosatisfaction

970322_10151628632644301_61800591_n.jpg
masturbatoire de manche ni sans les pauses archétypiques du style "regarde comme je suis le meilleur" qui caractérisent bien souvent certains de ses collègues un tant soit peu doués et qui le savent trop bien. 

Bref, c'est en toute modestie qu' Uli nous a délivré 22 morceaux dont 20 étaient uniquement des oeuvres de Scorpions, groupe au sein duquel il a (fort heureusement pour eux) tenu le rôle de leader jusqu' à son départ en 1978. 

C'est, à mon sens, lui qui a donné ses lettres de noblesse au quintet de Hanovre.

 Après son départ, le groupe n' a plus jamais eu ce côté flashy qui me plaisait tant même si, commercialement parlant, la carrière de nos Teutons a été très florissante.

 Cette tournée placée sous le signe du Scorpion est donc l'occasion pour Uli Jon de fêter ses 40 ans d'appartenance à ce sympathique animal de la classe des dromopodes.

 C'est vrai qu'on écoute pas (plus) tous les jours Scorpions et encore moins les premiers albums qui ont un peu pris la poussière sur les étagères de rangement. Mais hier, le vent divin (Kamikaze en japonais) qui soufflait sur le Spirit a balayé tout ça et remit les choses en place.

 Le Tsunami a rappelé à l'assistance que Mr. Roth est un tout grand mais aussi que les 6 premiers albums de

307081_10151628632734301_1889471495_n.jpg
Scorpions contiennent quelques merveilles qui n'ont pas pris une ride!.

 Si je ne m'étais pas confiné dans ma réserve légendaire je me serais surpris à agiter la tête comme au bon vieux temps, lorsqu'il y avait encore des bals au cours desquels on passait de la vraie musique et qu'il y avait des barrières nadar sur lesquelles poser le pied en faisant semblant de jouer de la gratte! Quoi? de l'Air Guitar? 

Oui, petit! 

Parce que si vous croyez que c'est nouveau comme discipline, mes enfants, eh bien que nenni, détrompez-vous, papa et maman (parfois) ont inventé ça dans les années 70. La tête dans les hauts-parleurs crachant leurs décibels, les cheveux volant en tous sens alors que des rigoles de sueur dégoulinaient sur nos visages béats de bonheur auditif.

 Ca c'est dit, comme ça on en calmera certains qui pensent tout savoir.

 P****n que c'était bon cette césure d'une seconde avant l'attaque meurtrière du solo de "He's A Woman, She's A Man" sur le double "Tokyo Tapes" de Scorpions.

 Ressortez-le du placard et montez le volume, si vous ne ressentez pas des frissons partout quand Uli attaque les cordes à toute vitesse alors c'est foutu. Revendez l'album à un plus méritant, ouvrez la fenêtre du sixième, montez sur le rebord et puis...

 Alors en vrac, on passera de "All Night Long" à "Crying Days" "Speedy's Coming ", coucou au "Virgin Killer et hop, nous voilà "In Trance". 

Rien que du bon, je vous le disais, et si vous ne me croyez pas, consultez la setlist en fin d'article. Pour terminer ces 2 heures 25 de souvenirs, Uli a choisi "All Along The Watchtower" de Bob Dylan mais version Hendrix avant de nous emmener sur les ailes de Jimi avec "Little Wing". 

Il y a certains artistes qui poussent l'auditoire à regarder continuellement sa montre, Uli Roth n'en fait pas partie car, là où certains arrivent à lasser en 45 minutes, avec notre homme on se prend à dire, "quoi? déjà fini?" alors que ça fait pratiquement 2 heures 30 qu'il est en scène. 

Musicalement grand, le concert d'hier me pousse encore une fois, comme lors de celui de Michael Schenker, à constater qu' il est très difficile à un chanteur, même professionnel, de prendre la place de Klaus Meine. 

Le Turinois qui s'y est essayé hier s'en est certainement rendu compte aussi. 

A certains moments, c'était très (trop) juste et ça sonnait...faux! 

Vous me suivez? 

Quant à Uli, il est toujours aussi sympa. 

Très agréable discussion à table avant le concert, autographe de mon album "Taken By Force" et photo après le concert. 

Un guitariste à aller voir et revoir assurément.

972084_10151628632809301_1214858940_n.jpg

 Setlist : 01. All Night Long. 02. Longing For Life. 03. Crying Days. 04. They Need A Million. 05. The Sails Of Charon. 06. Life's Like A River. 07. Drifting Sun. 08. Sun In My Hand. 09. Evening Wind. 10. Speedy's Coming. 11. Virgin Killer. 12. We'll Burn The Sky. 13. In Trance. 14. Fly To The Rainbow. 15. I've Got To Be Free. 16. Yellow Raven. 17. Polar Nights. 18. Dark Lady. 19. Pictured Life. 20. Catch Your Train. 21. All Along The Watchtower. 22. Little Wing.

946932_10151628719184301_2081939988_n.jpg

Mitch Zoso Duterck


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Concerts-Review 34037 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte