Magazine Culture

Information et Désinformation

Publié le 22 avril 2008 par Pierre-Olivier Carles

Je viens de découvrir que je ne crois plus les médias.

Bon, OK, je suis sans doute plus lent que la moyenne ou vraiment candide, mais il y a encore quelques temps, j'avais tendance à croire encore ce que je lisais dans certains journaux ou medias "crédibles". Or, je m'aperçois qu'il n'y a finalement aucun moyen de contrôle sur la qualité, la véracité et dans la façon dont nous arrive l'information.

On sait qu'il y aura cette année plus d'informations créées que sur ces 5000 dernières années, et que ce volume devrait doubler encore l'année prochaine. On sait qu'un journal moyen, genre La Tribune ou Le Monde, offre autant d'informations en une semaine, qu'un Européen du XVIIIème n'en voyait en une vie. Au milieu de tout cela, chacun doit se forger une opinion, de ce qui est vrai où ne l'est pas.

J'ai publié il y a quelques jours une note "militante" pour contribuer aux voix qui s'élèvent pour la libération du Tibet et inviter ceux qui le souhaitent à boycotter la cérémonie d'ouverture des JO de Pékin. C'était lors du passage chahuté de la flamme olympique. J'avais, pour donner un réceptacle à cette action, créé un groupe Flickr.

Je viens de supprimer ce groupe (en sortant les membres que je remercie au passage d'avoir gentiment adhéré à cette démarche et auprès de qui je présente toute mes excuses pour les voir entraîné dans ce projet aussi peu sérieux) pour une raison simple : j'ai demandé quelque chose à la communauté sur un sujet dont, potentiellement, je ne connais rien.

Bien-sûr la Chine est sans doute une dictature, bien sûr les Tibétains sont sans doute opprimés, bien-sûr je me souviens d'un gars qui a arrêté un char sur une place qui est devenu l'une des plus célèbres du monde, bien-sûr j'ai lu des tonnes de trucs sur le sujet avant de me lancer dans la création de ce groupe, bien-sûr... Mais si tout cela était faux ? Du moins, si tout cela n'était qu'une partie de la vérité ?

Lorsque les américains ont envahis l'Irak, ils n'avaient pas le moindre doute sur le bien-fondé de leur démarche et la menace extraordinaire que représentait ce pays. Aujourd'hui, on sait que tout ça n'était que du bullshit et que l'Irak était dans un tel état de délabrement qu'ils en devenaient à peine plus dangereux que le Vatican.

Je ne sais pas ce qu'il se passe en Chine, je ne peux plus croire ce que je vois à la TV ou ce que je lis dans les journaux et les blogs crédibles sont introuvables au milieu d'une masse de skyblogs débiles.

Deux exemples :

A voir chez Pierre Chappaz, le militant tibétain qui a attaqué la jeune escrimeuse en fauteuil roulant serait potentiellement un Chinois fauteur de trouble piloté par le gouvernement pour discréditer les tibétains... et peut-être pas, car la photo pourrait être un fake réalisé par des pro-tibétains ?!?

La mort de Pascal Sevran, des suites d'un cancer, annoncée hier sur Europe 1 et France 2 dans la foulée, puis reprise comme une traînée de poudre n'était pas vérifiée. Avérée fausse, elle discrédite l'ensemble des médias, car pour ces deux-là qui ont fait une erreur, c'est l'ensemble de ce système qui est mourant. Au passage, j'imagine la tête de la famille et des proches :-(

Alors que faire ?
Pour commencer, je vais arrêter de "militer" sur ce que je ne pourrais pas vérifier... Cela devrait aller vite, c'était la première fois que je prenais publiquement une position politique et elle n'était pas vraiment de nature à ne pas être consensuelle :-)

Plus sérieusement, je pense que la seule solution est de se baser sur deux piliers que je conseille aux clients de Stonfield InWorld, lorsque l'on évoque leur stratégie de communication sur le web : Identité et Réputation.

Je vais, en gros, constituer mon réseau social personnel dédié à l'information.

Je m'explique...
Si l'importance de l'identité numérique n'est plus à démontrer, il est impossible de la dissocier de la réputation numérique. Je ne vais donc plus m'informer qu'auprès de personnes (journalistes, blogueurs ou amis) que non seulement j'aurais clairement identifié, mais dont en plus, la réputation du sérieux dans l'approche de l'information et de l'intégrité sera irréprochable.

Cela devrait malheureusement me priver d'énormément de sources différentes, mais quel intérêt d'avoir une information qui au final est fausse, biaisé ou incomplète ?

J'ai référencé certaines sources et j'ai également la chance d'avoir des amis dans divers secteurs et un peu partout sur la planète (du moins, sur les zones qui m'intéressent...).
Je peux les lire et/ou les contacter assez facilement. Ces informations, qui transiteront par eux, seront alors considérées crédibles. Lorsque Pierre Chappaz dévoile l'histoire du fauteur de trouble sino-tibetain, il n'affirme pas que c'est la vérité, il nous amène simplement à nous poser la question. C'est ce que j'appelle être rigoureux dans l'approche, car sa réputation est très bonne, donc ce qu'il publie en est d'autant plus crédible. S'il avait été plus radical, je n'aurais pu m'empêcher de penser qu'il y a un doute réel sur la crédibilité de cette photo, et qu'il a tort de l'utiliser aveuglément.

Tout le reste qui n'est pas issu de "mon réseau social d'informations", je le rangerai dans la case "People", car éventuellement divertissant mais sans aucune possibilité de vérification sérieuse, donc potentiellement fausse. Si l'une de mes sources fiables est défaillante ne serait-ce qu'une seule fois, sur l'intégrité de son approche, elle changera instantanément et définitivement de catégorie : zéro tolérance.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pierre-Olivier Carles 46 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines