Magazine Beaux Arts

Le Vatican à la 55ème Biennale de Venise

Publié le 11 juin 2013 par Oliaiklod @Olia_i_Klod

Pour la première fois le Saint Siège participera à la Biennale internationale d’art de Venise avec une exposition dans la Salle d’armes Nord, du 3 juin au 18 novembre 2013.

Le Vatican à la 55ème Biennale de Venise

Le pavillon du Saint-Siège à la Biennale d’art de Venise est le fruit d’une longue réflexion, engagée dès 1965 par le pape Paul VI dans son message aux artistes, réunis dans la chapelle Sixtine, par lequel il invitait à "ne pas laisser se rompre une alliance longtemps féconde".

En 1973, les Musées du Vatican se sont ouverts à l’art moderne. Puis, en 1999, Jean-Paul II a adressé à son tour une longue lettre aux artistes. En 2009, Benoît XVI a reçu de très nombreuses personnalités du monde de la culture dans la chapelle Sixtine.

À l’instigation du cardinal Gianfranco Ravasi, président du Conseil pontifical pour la culture, l’idée est née d’un pavillon du Saint-Siège à Venise, accueillie favorablement par les organisateurs de la Biennale, mais qui n’a pu aboutir dès 2011, faute de temps.

Antonio Paolucci, directeur des Musées du Vatican, a déclaré : «Le Saint-Siège veut choisir le meilleur de l’art contemporain et de ne pas s’exposer à la critique. L’État du pape a invité huit autres pays qui participent ainsi pour la première fois à la Biennale : les Bahamas, le Royaume de Bahreïn, la République du Kosovo, le Koweït, les Maldives, la Côte d’Ivoire, le Nigeria et le Paraguay.

Jamais avare de symboles, le Saint-Siège a choisi le thème sous-tendu par les 11 premiers chapitres du Livre de la Genèse pour sa première exposition à la 55e Biennale d’art contemporain de Venise. Le pavillon est petit, son emplacement discret, mais les premiers visiteurs ne parlaient que de lui lors de l’inauguration officielle.

Ces plasticiens montreront, donc, la Création, la Dé-création, la Ré-création…

Le Vatican à la 55ème Biennale de Venise

Le photographe tchèque Josef Koudelka par exemple présente ses photographies de sites archéologiques antiques. Des images puissantes posées à même le sol, qui créent un fort contraste avec leurs paysages noir et blanc, dévastés par l’exploitation industrielle des hommes ou les guerres.

Dans une autre pièce, le Studio Azzurro, collectif de vidéastes milanais, a conçu un manège d’images où les acteurs, comme emprisonnés derrière un écran, deviennent fous, hurlent, se débattent et laissent des traces de main. C’est une œuvre multimédia autour de la Création, activée par l’imposition des mains des visiteurs : des sourds-muets miment la création de différentes espèces animales et végétales, tandis que des détenus de la prison citent les noms de leurs ancêtres. Au centre, un dispositif permet au visiteur d’interagir sur  une vidéo circulaire projetée au sol. En plaçant sa main dans un halo de lumière, il peut reproduire une version floue et itérative de la création de l’homme par Dieu, peinte par Michel-Ange sur le plafond de la chapelle Sixtine, au Vatican.

Le Vatican à la 55ème Biennale de Venise

Enfin, les peintures de l’Américain Lawrence Carroll, mêlant de la cire ou de la glace à des matériaux pauvres comme des ampoules ou des fragments de toiles, suggèrent une possible re-création, fragile et humble.

Il a aussi fallu trouver des sponsors, tâche ardue en ces temps de crise. Le groupe énergétique ENI et la banque Intesa SanPaolo ont finalement apporté les 70 000 €uros nécessaires au financement du pavillon.

Le Vatican à la 55ème Biennale de Venise


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Oliaiklod 11319 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte