Magazine Culture

Et la Mongolie-Intérieure alors ? …

Publié le 22 avril 2008 par Kakushin
  • Non, le boycott des Jeux ne serait pas une mesure intelligente
  • Mais les minorités doivent être assurées d'une certaine autonomie culturelle
  • le cas de la Mongolie-Intérieure
  • l'activiste Mongol Hada
  • le mouvement pour l'autodétermination de la Mongolie-Intérieure au Japon

J'ai déjà évoqué dans un précédent article que je n'approuvais pas du tout le boycott des JO de Beijing 2008. Je sais qu'adopter une telle position peut rapidement faire de moi le méchant, celui qui est du côté des bourreaux. Mais en fait il n'en est rien. Je suis pour le respect des peuples et des cultures minoritaires, mais je n'apprécie que très peu le moralisme occidental qui se dresse contre la Chine, non pas pour la protection des Tibétains, mais juste pour faire chier un pays dont la puissance et le potentiel ne peuvent que nous rendre (comment dire) suspicieux, et passablement de mauvaise foi… Le dernier épisode en date, celui de la décision de Betrand Delanoë de faire du Dalaï-Lama citoyen d'honneur de Paris, nous démontre une fois de plus le pathétisme de nos réactions épidermiques. Au fond, le patriotisme chinois, tel qu'il s'exprime dans les actions anti-françaises, n'est que le pendant de notre propre suffisance.
Et pourtant, je répète que je suis pour l'expression des cultures et pour l'épanouissement culturel des minorités, ou qu'elles se trouvent. Mais ce qui m'énerve, c'est qu'à l'Ouest on ne semble connaitre des minorités chinoises que le cas des Tibétains. Or il y a d'autres minorités qui vivent dans des régions autonomes, comme les Ouigours du Xinjiang (ou Turkestan oriental), ou bien encore les Mongols de la Mongolie-Intérieure. Et c'est sur ces derniers (sans doute ceux dont on se soucie le moins) que je vais me pencher.

Et la Mongolie-Intérieure alors ? …

Les Mongols sont un peuple dispersé sur deux territoires: la Mongolie (capitale: Ulaan-Baator) et la Mongole-Intérieure (région autonome de la République Populaire de Chine). Voici la composition ethnique de cette région:

  • Hans (79%)
  • Mongols (17%)
  • Mandchous (2%)
  • Hui (0,9%)

On assiste depuis les années 70 à un encouragement de l'installation de Chinois Han dans cette région, ce qui a pour conséquence de rompre l'équilibre ethnique, et à terme, de menacer la culture traditionnelle mongole, à commencer par la langue. C'est ce qui a poussé certains étudiants mongols à organiser une résistance à travers des mouvements politiques.

C'est le cas de Hada, un activiste politique de Mongolie-Intérieure actuellement incarcéré à la prison de Chifeng.Il est né dans une famille mongole, le 29 novembre 1955. Au début de 1981, il est devenu un participant actif du mouvement étudiant grandissant de Mongolie-Intérieure, qui visait à préserver l'identité ethnique mongol contrôlé par les Chinois en Mongolie intérieure. Dans les années 1980, Xi Haiming (Mongol : Temtselt Shobshuud), Huchuntegus (Chinois : Hu Qing Te Gu Si), Wang Manglai (Chinois : Wang Mang Lai) et Hada, tous trois étudiants dans les universités de Hohhot, ont envisagé de fonder le Parti du peuple de Mongolie intérieure, un parti politique pour les Mongols de Mongolie-Intérieure.
En mai 1992, Hada et d'autres activistes mongols dont Tegexi mettent en place le Comité de Sauvegarde de la Culture Mongole (rebaptisé ultérieurement l'Alliance démocratique de Mongolie méridionale), dont Hada a été élu président. En 1994, le groupe a commencé la publication d'un périodique, la Voix de la Mongolie du Sud, et, en 1995, a rédigé une nouvelle Constitution qui décrit la mission principale de l'Alliance «s'opposer à la colonisation par les Hans et luttent pour l'autodétermination, la liberté et la démocratie dans la Mongolie du sud. ” Il fut arrêté en 1995, et en 2004, l'association Human Rights in China a dévoilé les tortures que Hada a subit.
Le mouvement pour l'autodétermination de la Mongolie Intérieure ne rencontre qu'un écho très limité en Occident (pas de figure symbolique comme c'est le cas du Dalaï-Lama), mais rencontre un certain succès au Japon. Ce qui n'est pas si étonnant puisque le Japon a toujours vu le peuple mongol comme un peuple cousin.
Les photos ci-dessous sont celles de réunions organisées à Tôkyô devant l'ambassade de Chine, le 2 mars 2006, réunissant une trentaine de membres du
Parti du Peuple de Mongolie-Intérieure.

Et la Mongolie-Intérieure alors ? …
Et la Mongolie-Intérieure alors ? …

Et la Mongolie-Intérieure alors ? …

Et la Mongolie-Intérieure alors ? …


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Kakushin 218 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines