Magazine Culture

Un Vénitien anonyme

Publié le 08 juillet 2013 par Haiyken @JALFDM
Un Vénitien anonyme, écrit par Donna Leon.303 pages, chez POINTS Policier.
Un Vénitien anonymeRésumé : À Mestre, banlieue industrielle de Venise, un équarrisseur découvre le cadavre d'un travesti. Le mort n'est autre qu'un respectable directeur de banque. Le commissaire Guido Brunetti commence à flairer le scandale. Il doit retrousser ses manches pour plonger dans les méandres nauséabonds de la prostitution masculine et trouvera sur sa route les très vertueux citoyens de la Lega della Moralità, dans une cité des Doges où la corruption semble être considérée comme un des Beaux-Arts. Rien n'est pire que Venise au mois d'août et il faut beaucoup d'humour et d'humanité pour ne pas rendre son tablier de flic...
-
Quel plaisir de retrouver le commissaire Brunetti dans sa troisième enquête, tout du moins sur papier, au cœur de Venise. Je dois avouer que depuis que j'ai découvert Donna Leon et son personnage fétiche, je suis vraiment envouté par ses polar à l'italienne. Les histoires ont une saveur toute particulière, très loin de ce qu'on peut avoir avec Los Angeles ou des thriller scandinaves des plus glacials. Tout au contraire, dans un Vénitien anonyme, Donna Leon accable ce pauvre Brunetti d'une terrible canicule, qui à défaut de vraiment servir l'intrigue, pose avec beaucoup d'intelligence un cadre tout à fait oppressant pour une enquête qui n’a au départ ni queue ni tête.
C'est donc le troisième livre qui met en scène Brunetti et également le troisième que je lis de Donna Leon. J'ai décidé de les prendre dans l'ordre d'écriture, en espérant que ce soit également la chronologie de l'histoire. Car il y a toujours une histoire dans les polar qui réutilisent encore et encore le même personnage. Sa personnalité s'affine et sa vie évolue au fil des enquêtes. Cette fois, ce que j'ai beaucoup aimé, c'est que l'auteur mette en avant certains personnages secondaires, comme Patta, le supérieur de Brunetti, une comédie ambulante dont la petite mésaventure apporte un peu de légèreté à cette affaire sordide. En parallèle, on continue de voir évoluer la petite famille du commissaire, avec un peu moins d'importance que dans les précédents mais juste assez pour qu'on les voit évoluer. A mon grand étonnement, c'est cette fois la mère de Brunetti qui est introduite, et on se rend compte que le pauvre homme a un passé qui doit lui peser lourd sur les épaules. 
Concernant l'enquête, j'ai trouvé vraiment intéressant de mélanger un scandale de prostitution et même de travestisme à des embrouilles financières et immobilières. Quel drôle de mélange ! Donna Leon tisse avec beaucoup d'efficacité tout un jeu de piste et nous dévoile la vérité petit à petit. C'est relativement bien ficelé même si on pourrait reprocher à la conclusion d'être un peu brutale et qui ne nous laisse pas vraiment le temps de tout rassembler dans notre tête. Cela reste bien joué.   J'ai apprécié la petite dose d'action et de danger qui s'ajoute à l'enquête, avec la mort d'un policier, qui même si ce n'est qu'un personnage secondaire introduit pour l'occasion, c'est toujours un peu violent. Je trouve bien que cela ait un réel impact sur Brunetti et ses collègues. Je n'ai pu m'empêcher de penser aux Neufs Dragons de Michael ConnellyHarry Bosch doit lui aussi faire face à une terrible perte. Cela dynamise terriblement le bouquin et a recentré mon attention au moment où je commençais peut être à trouver le temps long.
Mais ce que j'aime particulièrement dans ce livre (et dans les précédents que j'ai lu) c'est l'ambiance. Je découvre avec beaucoup de plaisir la vie vénitienne. Un vrai régal. J'ai grandit en Provence, et je pense que c'est le plus proche de l'Italie qu'on peut avoir en France, du coup, j'utilise mes souvenirs d'enfance pour coller des images aux mots de Donna Leon. Je pense que l'ambiance caniculaire, les tomates fraîches, les figues, l'huile d'olive et la lecture sur une terrasse au couché du soleil accompagné d'une légère brise m'ont beaucoup parlé. J'ai peut être même d'avantage apprécié tous ces détails que l'enquête en elle même. Ce livre m'a donné un avant-goût de l'été alors qu'il faisait encore pas très beau par chez moi. Un régal.
Encore un succès à mettre sur le compte de Donna Leon, qui décidément m'a conquis avec son commissaire Brunetti et ses aventures vénitiennes ! Une sacré ambiance, tout un panel de personnages hauts en couleur et, réellement, une saveur tellement différente de ce que j'ai l'habitude de lire. J'ai déjà la suite sur mon étagère et je n'ai qu'une hâte, retourner en Italie.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Haiyken 86 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine