Magazine Culture

KELEANA Tome 1 de Sarah J. Maas

Par Phooka @Phooka_Book

Tome 1: L'assassineuse


KELEANA Tome 1 de Sarah J. MaasEditions La Martinière jeunesse(couverture provisoire)sortie le 5 septembre 2013dès 13 ansenviron 500 pages
Présentation de l'éditeur:

Le royaume d’Adarlan, d’où toute magie a été bannie, est gouverné d’une main ferme par un roi tyrannique. Keleana, membre de la secte des Assassins et opposée au pouvoir du roi, est emprisonnée dans les mines de sel d’Endovier depuis plus d’un an. Pour gagner sa liberté, Keleana doit représenter le prince Dorian dans un tournoi à mort dont l’unique survivant devra servir le roi pendant 4 ans. Mais les concurrents, l’un après l’autre, sont éliminés de façon mystérieuse et Keleana sent son tour venir. Manifestement, d’obscures forces magiques ressurgissent dans l’ombre de la cité et la jeune Assassineuse va devoir leurs faire face…Heureusement, elle pourra compter sur l’aide de deux hommes : son entraîneur, le beau capitaine Chaol, et le prince Dorian en personne, qui sont tous deux tombés amoureux d’elle. Et dont les charmes ne la laissent pas indifférente…
L'avis de Phooka:
Bon commençons par la conclusion: Keleana est un excellent roman jeunesse qui se dévore avec plaisir. Pour autant il est loin d'être parfait, il est même bourré de défauts dus sans doute à la jeunesse de l'auteur quand elle a écrit cet opus (16 ans). Ceci étant, que cela ne vous empêche pas de le découvrir car pour ma part, je me suis vraiment régalée et si je ne l'ai pas lu d'une traite, c'est juste parce que c'est quand même un joli pavé de quasiment 500 pages.

Entrons maintenant un peu plus dans le détail et cette fois commençons par le début : le titre ! L'assassineuse, quelle horreur! Je trouve ce terme tout simplement horrible. Même si assassin est un nom masculin et qui reste masculin pour une femme, c'est quand même difficile de digérer assassineuse, mais bon ce ne sont là que des considérations personnelles. Je précise que le titre original est Throne of glass, sans doute trop proche du trône de fer pour être traduit littéralement ?

Keleana est donc ... une assassineuse ! Un assassin quoi :). Elle s'est même faite prendre et purge une longue et douloureuse peine dans les mines de sel d'Endovier, dont personne ne revient vivant. elle y survit cependant, sachant que c'est une trahison qui l'a amenée là où elle est. Et puis, un beau jour, le prince Dorian, accompagné du capitaine Chaol, vient la chercher pour lui proposer un marché. Si elle s'engage à être son champion dans le challenge qu'a imaginé le roi, elle pourra, si elle gagne, recouvrer sa liberté. Dorian est un Havilliard, fils du tyran qui règne sur ce royaume et contre lequel Keleana a une dent, mais elle accepte cependant le marché. Sa liberté, elle en rêve depuis des mois ...

Keleana est donc emmenée au château de verre. Là, elle va s'entraîner durement pour retrouver la forme et elle va combattre tous les autres champions. Chaque épreuve est différente et elle doit avoir de multiples atouts pour gagner.

Franchement le scénario est  bien  ficelé, même s'il est simpliste et les épreuves du challenge qui le jalonne imposent un rythme rapide. Le lecteur s'y plonge avec délice et suit les progrès de Keleana. Mais comme je le soulignais au début, le roman n'est pas exempt de défauts et loin s'en faut même. Ce sont vraiment des défauts de jeunesse. Keleana, une si terrible criminelle, adore les belles robes, les fanfreluches, les bijoux, les bals et la lecture. Une vraie midinette, ce qui nuit un peu à sa réputation de monstre sans cœur. Évidemment elle va plus ou moins s'éprendre de Dorian et de Chaol. Et puis elle est si jeune. Comment peut elle savoir autant de choses à 18 ans ? Être capable d'utiliser toutes sortes d'armes, de poisons, de techniques, mais en même temps être férue de littérature et de musique, être capable de jouer du piano comme une virtuose. Ça fait un peu beaucoup pour une seule et même personne. Mais franchement, on lui pardonne parce qu'au delà de tout ça, Keleana est un personnage incroyablement attachant et intéressant.

Et il en est de même pour les autres personnages du roman. Dorian, ce beau prince au père tyrannique, se comporte comme un vrai môme parfois. Chaol lui est tout en réserve et sans doute le personnage le plus réaliste du livre.
Les dialogues sont parfois un peu légers et simplistes, limite enfantins. Quant aux épreuves que l'on attend avec impatience, elles sont souvent éclipsées, l'auteur se concentrant plutôt sur les relations entre les personnages et sur le mystère qui rôde derrière.

Mais alors me direz-vous, il n'y a que des défauts dans ce roman?

Non pas du tout, il y a en a, certes, comme je viens de le dire, mais la trame est si bien construite, les personnages si attachants que le lecteur oublie bien vite ces particularités pour se concentrer sur tout le reste. Et ma foi, tout le reste est franchement réussi, on se fait piéger très vite, dès les premières pages et on a qu'une envie : savoir ce qui va se passer ensuite. Le style est fluide et se lit très agréablement, le récit est suffisamment complexe pour convenir à tous les âges, les héros sont éminemment plaisants et on se plait en leur compagnie. Bref, comme déjà souligné, c'est un roman qui a beaucoup de charmes et qui est vraiment enivrant. Les pages se tournent toutes seules et arrivé à la fin, on regrette de l'avoir lu si vite.

J'en reviens au tout début de cette chronique pour redire que Keleana est un excellent roman jeunesse et s'il est loin d'être exempt de défauts, il n'en est pas moins un coup de cœur, comme quoi inutile d'être parfait pour plaire. J'ai réellement hâte d'en découvrir la suite, car je suis sûre que l'auteur aura gagné en maturité et si elle continue sur cette voie, cela promet de très belles surprises.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Phooka 16646 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines