Magazine Culture

Let's play at... La Nuit De L'Erdre # 8

Publié le 08 juillet 2013 par Ohplayitlouder @Ohplayitlouder
     Pour démarrer l'été comme il se doit, il faut un festival. Pour inaugurer la saison, j'ai jeté mon dévolu sur la Nuit De L'Erdre, festival à taille humaine & à la programmation hétéroclite... Croyez-moi, ça valait le détour! 
Let's play at... La Nuit De L'Erdre # 8
Ce n'est pas un mythe: le temps n'est pas très souvent clément en Bretagne. Alors quand les Dieux de la météo décident (enfin) de nous accorder un peu de soleil, on se dit que se serait dommage de ne pas en profiter. Alors on prends son temps, on traîne si bien... Qu'on rate Elle m'a dit. Après m'être maudite pendant quelques minutes, on décide quand bien même de profiter du concert de Cali. La setlist est très variée & le chanteur prends un malin plaisir à alterner les morceaux de ses différents albums. De Venez Me Chercher, en passant par Qui Se Soucie De Moi jusqu'à 1000 Cœurs Debout; tout y passe. Pendant le pêchu Je Sais Ta Vie, Cali s'offre un bain de foule mérité. Toujours aussi déchaîné, il transforme le Parc du Port-Mulon en une véritable armée de bras levé sur Cantona, avant de s’époumoner (et nous aussi, par la même occasion) sur Je M'en Vais. Le très attendu C'est Quand Le Bonheur? prends la relève & on aurait aimé rester sur une si belle note. Mais le rappel, un peu trop long à mon goût, me laisse un peu perplexe. Dommage, j'aurai aimé un Happy End à la hauteur du concert.

Le concert que j'attendais tant commence avec les premières notes de I Need A Dollar. Mais c'était juste pour la blague, puisque les musiciens d'Aloe Blacc changent de chanson en cours alors que le public chante déjà les fameux "hey hey" du refrain. L'accueil réservé à Aloe Blacc est amplement justifié. En plus d'être un Chanteur, avec un grand C, c'est un véritable showman. Charmeur, il s'amuse à désigner du doigt le public sur You Make Me Smile. Si bien qu'au milieu du concert, il sépare la foule en deux & prépare une allée. Il pointe alors du doigt un spectateur "Yeah, you, show me what you've got!" Et ses musiciens dans tout ça? Le groove, l'énergie, la bonne humeur: tout y est. Loving You Is Killing Me ou Hey Brother se détachent véritablement du lot. Pour le rappel, Aloe Blacc revient avec trois titres, dont I Need A Dollar. Pour de bon, cette fois-ci. On voudrait que le concert continue, encore & encore, mais toutes les bonnes choses ont une fin, non?

23h08. Celui que tout le monde attends ne pointe toujours pas le bout de sa fourrure sur scène. Et pourtant, les drapeaux à l'effigie de The Heist, les déguisements & même les manucures sont de sortie... True story. Dès les premières notes de Ten Thousand Hours, c'est la folie... A tel point que Macklemore, accompagné de son accolyte Ryan Lewis s'arrête au bout du second morceau pour essayer de calmer les mouvements de foule. Sans surprise, Macklemore jouera Can't Hold Us (deux fois) & Thrift Shop. D'ailleurs, avant de l'entamer, il emprunte dans le public un manteau de fourrure presque identique à celui de son clip (pour revoir son clip, c'est par là). Le rappeur prends le temps de parler à son public, & ce n'est pas si fréquent que ça, alors on en profite! Surtout quand il annonce le scoop du siècle... "You know what? My friend Snoop Dogg always smokes some weed". Il retrouve tout son sérieux pour le sublime Same Love, où il défend les minorités, & plus particulièrement, la cause homosexuelle. "I believe in tolerance & equality for all" scande-t-il avant les premières notes du piano. Plus léger sur And We Danced ou Make The Money, Macklemore se dévoile sur l'émouvant Irish Celebration où il fait monter sur scène une cornemuse! Irlandais/Bretons, même combat?

Rien qu'en regardant la scène, ornée de palmiers gonflables, on se doute que les Naïve New Beaters n'ont pas changé. Toujours aussi drôle & décalé, le trio enflamme rapidement les spectateurs avec leur énergie communicative. On danse, on chante, on rit... Que demander de plus pour un concert réussi? Une setlist parfaite. Et ça tombe bien, puisque c'est exactement ce qu'on proposé les NNBS. Entre Bang Bang ou Get Love, David Boring profite pour nous glisser quelques confidences... Comme sa "première petite amie Nadège Dos Santos". Leur dernier album - La Onda - est aussi représenté avec Shit Happens ou le titre éponyme, La Onda. Le concert se termine par Jersey, déjà incontournable. Mais comme le chante David Boring quelques minutes plus tôt dans Live Good, "go it's time to go".

Pas le temps de se remettre de mes émotions puisque Breakbot assure le dernier concert de la soirée. Ed Banger vient tout juste de fêter ses 10 ans, ce serait dommage de rater ça! 
Au bout de deux chansons seulement, une panne technique déchaîne quelques "rembourser!!". Rien de très grave puisque quelques minutes après cet incident, Breakbot peut tranquillement retrouver sa place. Si les lights sont remarquables, il ne se passe pas forcément grand chose derrière les platines du DJ, quand bien même il est rejoint par des musiciens & Irfane pour One Out Of Two. Sans rancune, Baby I'm Yours était largement à la hauteur de mes espérances & transforme le parc en dancefloor géant! 
Je vous laisse avec le teaser 2013 du festival, Enjoy... & play it louder!!

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Ohplayitlouder 462 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines