Magazine Culture

Un pont entre la musique afro-cubaine et la musique africaine

Publié le 09 juillet 2013 par Souillacenjazz

Un pont entre la musique afro-cubaine et la musique africaine
Roberto Fonseca a très gentiment répondu à nos questions : Vous venez jouer à Souillac votre spectacle « Yo ». Pouvez-nous nous parler de ce projet ? Quelle est son origine ? comment vous l’avez pensé ? avec qui ? pourquoi ?Ce projet est complètement différent à tout ce que j’ai fait auparavant. Je compose et je joue d’une manière nouvelle, mes racines afro-cubaines se font plus présentes ici. Avec Daniel Florestano, on a eu l’idée d’établir un pont entre la musique afro-cubaine et la musique africaine. Pour cela, on a utilisé les sonorités de la musique électronique actuelle et, en même temps, on a utilisé des instruments analogiques, et ainsi on est arrivé à trouver un équilibre entre la tradition et la modernité. Après le hip hop, la musique électronique, est-ce que ce projet est foncièrement différent ? si oui en quoi ? si non qu’ont-ils de commun ?Les thèmes sont différents mais en même temps ce projet ressemble aux autres parce que le rythme est fondamental.Pouvez-nous nous parler de vos musiciens : Jorge Chicoy, Yandi Martinez, Ramsés Rodriguez, Joel Hierrezuelo, Cherif Soumano ? Les musiciens sont très gentils, très simples, et ce sont des êtres humains avec un cœur en or. Pour moi, c’est très important d’être entouré par des personnes qui respectent et apprécient ma musique. Pour moi, un groupe est comme une famille où tout le monde peut s’exprimer et où on fait tous attention les uns aux autres sur scène et en dehors. C’est pour cela, que je me sens si à l’aise et je me régale avec ces musiciens de génie avec lesquels j’ai l’honneur de jouer. Vous utilisez de multiples claviers, piano, orgue Hammond, Rhodes, Moog C’est toujours un peu intrigant pour les spectateurs de voir les pianistes jongler d’un clavier à l’autre, avec semble-t-il jubilation. Qu’apportent l’un à l’autre chaque instrument ?Chaque instrument a une sonorité différente, c’est comme les couleurs dans un dessin, comme si chaque instrument était une couleur différente. Avec tous les instruments on donne vie à la peinture. Cette année, le festival programme des concerts dans lesquels des musiciens chevronnés vont à la rencontre de jeunes musiciens. Vous avez sans doute vécu quelque chose d’analogue an jouant avec Ibrahim Ferrer. Pouvez-nous nous parler de cet événement ? De la passation en musique ? Quels sont les quatre ou cinq musiciens qui comptent le plus pour vous ? Grâce à mon expérience avec Ibrahim et grâce au soutien qu’il m’a procuré, je trouve très important le soutien apporté aux jeunes musiciens par les anciens de même que le respect des plus jeunes aux musiciens plus expérimentés. Ceci est une sorte de rétro-alimentation qui maintiendra la musique toujours en vie. La musique n’a pas été créée pour faire de la compétition mais pour prendre du plaisir. C’est pour ça que je ne supporte pas lorsque les gens disent « ce musicien est meilleur qu’un autre ». On n’a pas le droit de dire ça et encore moins lorsqu’il s’agit d’une musique faite d’une manière tellement personnelle. Pour moi, il y a beaucoup de musiciens qui sont très importants, mais il serait injuste de n’en garder que cinq, mais si le plus important pour moi dans l’histoire de la musique est J.S. Bach.Le lieu du concert a-t-il un impact sur le concert ? Parfois les lieux influencent notre façon de jouer, et c’est évident que cet endroit nous fera ressentir des belles choses. Que représente pour vous le concert à Souillac en jazz ?C’est la musique qui me fait vivre, c’est pour ça qu’à chaque concert j’ai la sensation que, concrètement, le temps de mon séjour ici sur la terre perdure.Marie-Françoise

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Souillacenjazz 609 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines