Magazine Culture

VA – Circuit d’Actes 3

Publié le 21 juillet 2013 par Hartzine

Il y a, entre la France et la Belgique, de petites structures indépendantes qui discrètement, presqu’en cachette tels des sages maîtres de l’alchimie, donnent vie à des compilations singulières et dignes du plus vif intérêt. Parmi celles-ci, le label franco-belge La Forme Lente (LFM) rendra bientôt disponible via bandcamp le troisième volume de son Circuit d’Actes. Soit une sélection serrée – 11 pistes maximum, pas plus – pouvant être considérée à juste titre comme une sorte de papier de tournesol de la musique minimale électronique internationale.
Illustration Sonore, qui ouvre la compilation, est un duo parisien qui avec Flying Lights et Violence stimule la curiosité. On est confronté à la cold-wave la plus pure, celle polaire, tellement le son est dur, vide, triste, mélancolique, doucement violent, comme seul Kas Product aurait pu en faire. Changement de climat lorsque l’on passe à l’écoute de Xero Kline Coma, projet minimal synth cold-wave californien. Et si jusqu’alors, on n’avait jamais pensé à une différence notable entre synth-pop française et américaine, le contraste finalement rend tout plus clair : la propreté et la netteté du son américain, combinées à des rythmes beaucoup plus frénétiques, rendent celle de Xero Kline Coma beaucoup plus proche des expériences électroniques de Mr Plaza et du premier John Foox pour l’instrumentation, du Personal Jesus de Depeche Mode pour les vocalises.
Une immense vague de froid resurgit avec Position Parallèle : projet parallèle de M. Geoffroy Delacroix (plus connu sous l’alias Geoffroy D., ou identifié directement avec son patronyme Dernière Volonté). Geoffroy Delacroix est le romantisme noir et décadent qui devient musique. Dans Position Parallèle, son génie est éclatant, que ce soit dans le choix stylistique du chant en français ou dans sa capacité à créer par un jeu subtil de synthétiseurs, soit des atmosphères mélancoliques et désolées (Si Je Te Croise), soit une fusion des ambiances coldwave avec des rythmes italo disco des années 80’ (Pop Mortem).
Les sons et la mélodie se durcissent avec Post Festum, jusqu’à devenir encore plus angoissants et paranoïaques avec Shiny Black Mater et leurs morceaux La Pelote du Chat et le presque néo-folk expérimental Roses and Ashes, où l’on croirait entendre la voix de Douglas Pearce ressuscité de Death in June. La compilation se termine avec A Jovaneck Dedicalva de Új Látásmód Fúzió, groupe hongrois au un nom imprononçable débitant une sorte de new-wave ska respectueuse des années 80.

Teaser


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Hartzine 82717 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines